Parcours thématique

Un demi-siècle de batailles électorales

Antoine Rensonnet

Présentation

Inventée par et pour le général de Gaulle, l’élection présidentielle au suffrage universel est indissolublement liée à François Mitterrand.

Tour à tour finaliste surprise (1965), défait de peu (1974), vainqueur historique (1981) et maître stratège largement réélu (1988), il incarne le scrutin roi du système politique de la Ve République qui, en retour, constitue l’acmé et le précipité de sa trajectoire.

Mais, en cinquante ans de vie politique, François Mitterrand, directement ou non, s’engagea dans bien d’autres combats électoraux durant lesquels il afficha de multiples visages.

Le prétendant (1946-1958)

Le jeune ministre

Le parcours électoral de François Mitterrand commence avec la naissance de la IVe République. Le 10 novembre 1946, après avoir échoué cinq mois auparavant dans la Seine, il est élu député de la Nièvre sur une liste d’action et d’unité républicaine, apparentée à l’Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR), petite formation à laquelle il n’adhère qu’un an plus tard pour, immédiatement, devenir l’une de ses principales figures de proue.

Le positionnement de l’UDSR, traversé par des courants contradictoires et qui ne parvient pas à s’imposer comme le grand parti issu de la Résistance, reste, quoiqu’il se réclame du socialisme, longtemps ambigu mais, situé au cœur de l’échiquier politique, il offre au jeune François Mitterrand l’opportunité d’occuper de nombreuses responsabilités ministérielles entre 1947 et 1953 dans des équipes gouvernementales dont le centre de gravité politique, tantôt situé à gauche, tantôt à droite, diffère sensiblement au cours du temps.

Revenant sur cet épisode au début des années 1970, alors qu’il est leader de l’union de la gauche, François Mitterrand préfèrera gommer ces aspérités.

François Mitterrand vu en 1973

François Mitterrand vu en 1973

François Mitterrand est-il un personnage de roman ? Telle est la question posée par le journaliste. François Mitterrand revient sur ses origines familiales et sur son parcours politique, dans un reportage fait à l'occasion de l'émission A Armes égales qui l'oppose à Alexandre Sanguinetti.
10 jan 1973
04m 08s
Fiche (00283)
Portrait de François Mitterrand avant les législatives

Portrait de François Mitterrand avant les législatives

Un peu plus d’un mois avant les législatives des 4 et 11 mars 1973, un portrait, construit autour d’une interview et marqué par le témoignage de son frère Robert, est consacré, lors du journal télévisé de la mi-journée, à François Mitterrand. La trajectoire, les passions et l’actualité politique du leader socialiste sont alors évoquées.
25 jan 1973
11m 39s
Fiche (00200)

L'ancrage à gauche

Il est en revanche tout à fait exact que, sous sa présidence, à partir de novembre 1953, l’UDSR s’ancre plus nettement à gauche. François Mitterrand devient ainsi, comme ministre de l’Intérieur, l’un des principaux piliers du gouvernement Mendès France (juin 1954 à février 1955). Aux côtés de celui-ci et avec la SFIO, il participe ensuite au Front républicain, formé en vue des législatives du 2 janvier 1956.

Intervention radiophonique avant les législatives

Intervention radiophonique avant les législatives

Trois jours avant les législatives anticipées du 2 janvier 1956, François Mitterrand, président de la petite Union démocratique et socialiste de la Résistance, intervient à la radio pour présenter les propositions du parti qu’il dirige. Celui-ci, qui s’inscrit dans la coalition dite de Front républicain, entend d’abord mener une politique visant à ramener la paix en Algérie.
30 déc 1955
05m 07s
Fiche (00035)

Après la courte victoire de cette coalition, il est nommé garde des Sceaux dans le ministère dirigé par le socialiste Guy Mollet (février 1956 à mai 1957). Il peut alors légitimement espérer être bientôt appelé à la présidence du Conseil mais la guerre d’Algérie, qui se transforme en crise politique le 13 mai 1958, précipite l’effondrement de la IVe République et le retour au pouvoir du général de Gaulle.

François Mitterrand dénonce un coup d’Etat et choisit la voie de l’opposition la plus résolue manifestant pour la défense de la République le 28 mai et votant contre la nouvelle Constitution le 28 septembre.

L’opposant (1958-1968)

La traversée du désert

Mais le pouvoir gaulliste et la Ve République s’imposent. Comme nombre d’opposants, François Mitterrand est balayé lors des élections législatives des 23 et 30 novembre 1958 et doit quitter le Palais Bourbon. Bien qu’il retrouve un siège de parlementaire dès les sénatoriales du 26 avril 1959, commence la période la plus délicate de sa carrière politique.

En dehors de la trouble affaire de l’Observatoire, il disparaît même pour de longues années des antennes de la RTF. Deux raisons à cela : d’une part, les gaullistes s’assurent un quasi-monopole sur celles-ci ; d’autre part, il n’apparaît pas comme l’un des principaux leaders d’une opposition désunie.

Cependant, dans l’ombre ou depuis la tribune de l’Assemblée qu’il retrouve en novembre 1962, François Mitterrand ne cesse, avec virulence et éloquence, de fustiger « le pouvoir personnel » qui serait la marque du nouveau régime. Contre celui-ci et son chef, il signe, en 1964, un pamphlet au titre évocateur, Le Coup d’Etat permanent.

L'expérience de la FGDS

C’est là son premier pas vers la candidature lors de la présidentielle des 5 et 19 décembre 1965. Profitant de l’échec de la voie socialo-centriste promue par Gaston Defferre, il réunit derrière lui - pour la première fois depuis 1936 et le Front populaire - l’ensemble des forces de gauche alors qu’il ne dirige qu’une petite formation, la Convention des institutions républicaines (CIR) dans laquelle il a fondu l’UDSR.

En outre, il crée une fédération - la FGDS (Fédération de la gauche démocrate et socialiste) - qui regroupe, fors le petit PSU, l’ensemble de la gauche non communiste. Sur ces bases, il obtient un résultat inespéré (31,7 % au premier tour, 44,8 % au second) poussant le général de Gaulle au ballotage.

Contrairement à ses alliés - le secrétaire général de la SFIO Guy Mollet ou les communistes -, il a parfaitement anticipé les nouvelles logiques, personnalisée et bipolarisée, de l’élection présidentielle et, au-delà, du système politique français.

Il devient alors la principale figure de l’opposition, rendant pérenne la FGDS - qu’il préside - et approfondissant la stratégie d’union de la gauche par la signature d’un accord de désistement réciproque avec les communistes pour les législatives des 5 et 12 mars 1967, souvent présentées comme le troisième tour de la présidentielle.

Durant la campagne, où l’opposition, comme lors de la présidentielle, dispose d’un important temps de parole à la télévision pour faire connaître ses positions, François Mitterrand peut jouer de son nouveau statut, affrontant le Premier ministre Georges Pompidou lors d’une réunion électorale à Nevers ou dénonçant les interventions du général de Gaulle qui renoncerait à être le garant de la Constitution pour se comporter en chef de majorité.

Réunion électorale à Nevers avec Georges Pompidou

Réunion électorale à Nevers avec Georges Pompidou

Avant les législatives des 5 et 12 mars 1967, le Premier ministre Georges Pompidou et François Mitterrand, président de la FGDS, qui réunit la SFIO, les radicaux et la CIR, s’affrontent lors d’une réunion électorale à Nevers le 22 février. Le second entend montrer que droite et gauche s’opposent dans presque tous les domaines, notamment les institutions.
22 fév 1967
04m 20s
Fiche (00188)
Intervention télévisée avant les législatives

Intervention télévisée avant les législatives

Trois jours avant le premier tour des législatives des 5 et 12 mars 1967, François Mitterrand, président de la FGDS, qui réunit la SFIO, les radicaux et la CIR, regrette que le général de Gaulle intervienne à la veille du scrutin et après la clôture de la campagne officielle. Le chef de l’Etat renoncerait ainsi à être le garant de la Constitution et mettrait en cause l’équité de la campagne.
02 mar 1967
04m 17s
Fiche (00003)

François Mitterrand sort renforcé de cette consultation : les gaullistes et leurs alliés ont failli ne pas retrouver leur majorité à l’Assemblée quand la FGDS et le PCF progressent très nettement. Les futures échéances étant éloignées - présidentielle et législatives ne sont prévues qu’en 1972 -, il dispose a priori du temps nécessaire pour rapprocher les différentes composantes de la FGDS et conduire des discussions programmatiques avec le PCF. Il pourrait ainsi présenter une véritable proposition d’alternance au moment où le pouvoir gaulliste donne des signes d’usure.

Las, Mai 1968 va bouleverser ces plans et François Mitterrand va réagir à la crise à contretemps. Alors que les manifestations étudiantes et ouvrières pour réclamer le départ du général de Gaulle ne cessent de prendre de l’ampleur et que celui-ci, qui a annoncé un référendum à l’objet bien flou mais dans lequel il met en jeu son mandat, ne semble savoir comment réagir, François Mitterrand donne une conférence de presse le 28 mai.

Mêlant le réel (l’appel à voter Non) et l’hypothétique (la démission du général de Gaulle et la chute du gouvernement), il propose, outre la formation d’un gouvernement provisoire dirigé par Pierre Mendès France, sa candidature à l’Elysée.

Conférence de presse du 28 mai 1968

Conférence de presse du 28 mai 1968

Alors que le mouvement social et étudiant de mai 1968 semble devenu incontrôlable et que l’annonce d’un référendum par le chef de l’Etat n’a fait qu’amplifier la crise, le président de la FGDS, François Mitterrand, prend la parole le 28 mai. Considérant la succession du général de Gaulle ouverte, il se déclare candidat à la présidence de la République.
28 mai 1968
07m 03s
Fiche (00113)

C’est une erreur politique. Le président de la République trouve les mots et les moyens pour mettre un terme à la crise. Renonçant au référendum et procédant à la dissolution, il provoque des législatives anticipées les 23 et 30 juin 1968 que la gauche aborde, la peur du désordre s’étant conjoncturellement imposé comme l’enjeu principal, en position très défensive. François Mitterrand le sait et son appel pour replacer le vote dans une temporalité plus longue reste vain.

Intervention télévisée avant les législatives

Intervention télévisée avant les législatives

Pour sa dernière intervention lors de la campagne officielle avant le premier tour des législatives anticipées des 23 et 30 juin 1968, le président de la FGDS, François Mitterrand, tente, alors que le pouvoir gaulliste exploite la peur du désordre consécutive au mouvement social de mai, de réinscrire le scrutin dans une perspective temporelle différente.
21 juin 1968
05m 05s
Fiche (00133)

La défaite de la gauche tourne à la catastrophe et François Mitterrand, qui, pour avoir dévoilé trop tôt ses ambitions gagne une encombrante réputation d’opportunisme, est bientôt éliminé par ses rivaux au sein de la FGDS. A l’automne 1968, celle-ci n’existe plus et son ancien président siège à l’Assemblée parmi les non-inscrits.

Le conquérant (1969-1981)

Le premier secrétaire du PS, maître d’œuvre de l’union de la gauche

Pour la seconde fois, la carrière politique de François Mitterrand semble proche de son terme. Mais les événements vont rapidement lui redonner un rôle central.

En effet, après son échec lors du référendum du 27 avril 1969, le général de Gaulle démissionne et une nouvelle élection présidentielle est organisée les 1er et 15 juin 1969. S’il ne peut s’y présenter, François Mitterrand plaide à nouveau pour une stratégie d’union de la gauche qui ne peut - il le sait - se réaliser.

Or l’échec d’une gauche déchirée, dont tous les candidats sont éliminés dès le premier tour, et la large victoire de Georges Pompidou indiquent qu’il ne se trompait pas. Sa stratégie reste la bonne. Autre constat : si la FGDS a volé en éclats à la première tempête, c’est que ses structures étaient trop lâches pour y résister.

Aussi faut-il à François Mitterrand un parti puissant. Organisant, avec une habileté tactique consommée, le rapprochement de la CIR et du Parti socialiste, qui vient de substituer à la SFIO, il prend la tête de celui-ci lors du congrès d’Epinay (11 au 13 juin 1971). Il précise alors l’objectif, la « vocation majoritaire » du parti, et la tactique, la signature d’un programme commun de gouvernement avec le Parti communiste - ce qui est chose faite le 27 juin 1972.

Esquissée dès 1965, l’union de la gauche, grande œuvre de François Mitterrand, devient une réalité. Reste à vérifier son attractivité électorale et les législatives des 4 et 11 mars 1973 font alors figure de test.

Le premier secrétaire du PS, lors d’une conférence de presse le 12 février, n’hésite pas à exprimer clairement sa volonté de renverser la majorité.

Intervention télévisée avant les législatives

Intervention télévisée avant les législatives

Pour sa dernière intervention lors de la campagne officielle avant le premier tour des législatives anticipées des 23 et 30 juin 1968, le président de la FGDS, François Mitterrand, tente, alors que le pouvoir gaulliste exploite la peur du désordre consécutive au mouvement social de mai, de réinscrire le scrutin dans une perspective temporelle différente.
21 juin 1968
05m 05s
Fiche (00133)

Quelques années seulement après les désastres de 1968 et 1969 et alors que le PCF continue d’effrayer bon nombre de Français, elle semble quelque peu utopique. Finalement, la droite conserve une nette majorité mais la progression de la gauche et le rééquilibrage en son sein en faveur du PS constituent des résultats encourageants pour François Mitterrand.

Incontestablement, autour du parti d’Epinay et de son leader, naît une dynamique politique. La présidentielle anticipée des 5 et 19 mai 1974 le confirme avec éclat. Candidat unique des forces du programme commun (43,2 % au premier tour), François Mitterrand échoue d’un souffle face à Valéry Giscard d’Estaing (élu avec 50,8 % le 19 mai). Trop courte pour ne pas être frustrante, cette défaite n’en est pas moins pleine de promesses pour l’avenir.

La marche vers le pouvoir : percées, coup d’arrêt et inébranlable résolution

L’arrivée de la gauche au pouvoir est désormais une hypothèse plus que probable. Le débat politique devient alors passionnel - les taux de participation records en témoignent -, sinon hystérique et la bipolarisation droite/gauche s’impose jusque dans les assemblées locales.

Aussi les cantonales deviennent-elles des « élections politiques », comme le souligne François Mitterrand et le scrutin des 7 et 14 mars 1976 se révèle très favorable à la gauche et plus particulièrement au PS.

Déclaration après le premier tour des cantonales

Déclaration après le premier tour des cantonales

Au soir du premier tour des élections cantonales des 7 et 14 mars 1976, marqué par une forte participation électorale (plus de 65 %) et une importante progression du Parti socialiste, François Mitterrand livre ses premières réactions sur le scrutin.
07 mar 1976
02m 14s
Fiche (00137)

Les élections municipales des 13 et 20 mars 1977, soigneusement préparées par le PS, confirment et accentuent cette tendance. Alors que les listes d’union s’imposent, souvent après d’âpres négociations, comme une nouvelle norme, la gauche triomphe. A l’issue du scrutin, elle dirige 159 des 221 villes de plus de 30 000 habitants contre 103 auparavant. Le PS s’empare notamment de Brest, Montpellier, Nantes ou encore Rennes.

François Mitterrand, qui compare alors la gauche à une « force tranquille », ne peut que se réjouir de ce succès qui semble annoncer une victoire presque inéluctable lors des législatives des 12 et 19 mars 1978.

La stratégie socialiste pour les municipales de 1977

La stratégie socialiste pour les municipales de 1977

Extrait du discours de François Mitterrand au congrès extraordinaire du Parti Socialiste à Dijon, à propos de l'Union de la gauche.
16 mai 1976
01m 23s
Fiche (00138)
Réaction de François Mitterrand après les municipales

Réaction de François Mitterrand après les municipales

Le 20 mars 1977, au soir du second tour d’élections municipales triomphales pour l’union de la gauche, François Mitterrand, premier secrétaire du PS, ne cache pas sa légitime satisfaction et dresse les perspectives, éminemment favorables, qui se dessinent pour une gauche en progrès constant depuis cinq ans, alors que les divisions de ses adversaires apparaissent toujours plus grandes.
20 mar 1977
03m 44s
Fiche (00028)

Mais l’union profite plus au PS qu’au PCF et, entre les deux partenaires, les tensions s’accumulent au point que, en septembre 1977, les négociations sur l’actualisation du programme commun aboutissent à un constat d’échec. L’union de la gauche est ainsi rompue.

François Mitterrand évoque les relations entre socialistes et communistes avant les législatives

François Mitterrand évoque les relations entre socialistes et communistes avant les législatives

François Mitterrand rappelle qu'en juin 1972 il a signé le Programme commun de gouvernement de la Gauche. Il désapprouve les exigences post-programme commun du Parti Communiste. Mais il laisse la porte ouverte à un éventuel accord pour les prochaines élections législatives. Il refuse de parler de la présence de ministres communistes dans le gouvernement si la gauche était victorieuse après le 2e tour du scrutin. Il regrette les propos tenus par les dirigeants communistes contre les socialistes.
26 jan 1978
15m 29s
Fiche (00029)

Les deux partis se présentent donc sans alliance lors des législatives. Au soir du premier tour, la gauche est légèrement majoritaire en voix mais l’issue demeure incertaine tant la qualité des reports entre socialistes et communistes s’annonce mauvaise.

A la hâte, les deux partis paraphent toutefois un accord de désistement le 13 mars.

Accord électoral de la gauche pour le second tour des législatives de 1978

Accord électoral de la gauche pour le second tour des législatives de 1978

Accord électoral entre les partis de gauche pour le 2e tour des élections législatives. Images de la poignée de main Mitterrand-Marchais-Fabre après l'accord. Les trois hommes se déplacent ensuite au milieu des photographes et des journalistes.
14 mar 1978
03m 41s
Fiche (00141)

Il se révèle insuffisant pour éviter une nouvelle défaite de la gauche, qui, si elle n’a rien d’une déroute, constitue, au vu des espoirs nés les années précédentes, une immense déception.

François Mitterrand se voit alors contesté dans les rangs du PS notamment par Michel Rocard qui souhaite en prendre la tête. Mais le premier secrétaire s’accroche à son rêve élyséen, repoussant les assauts des rocardiens lors du congrès de Metz (6 au 8 avril 1979) et menant la liste socialiste lors des premières élections européennes, le 10 juin 1979, où il ne recueille qu’un résultat assez moyen (23,5 %) mais néanmoins suffisant pour préserver ses ambitions.

François Mitterrand, Simone Veil et Georges Marchais débattent sur l'Europe

François Mitterrand, Simone Veil et Georges Marchais débattent sur l'Europe

Dans le cadre des élections européennes de 1979, François Mitterrand débat avec les trois autres principales têtes de liste en France. Cela donne notamment lieu à une passe d'armes avec Georges Marchais, partenaire du PS dans le cadre du Programme commun.
04 mai 1979
07m 12s
Fiche (00265)

Maîtrisant l’appareil socialiste, il est à nouveau investi candidat socialiste pour l’élection présidentielle des 26 avril et 10 mai 1981.

Réunissant un score très satisfaisant lors du premier tour (25,8 %), profitant de l’effondrement communiste (15,3 % seulement pour Georges Marchais) - qui vide de toute substance le discours de son adversaire qui tente de jouer sur la peur suscitée par le PCF - et du rejet du pouvoir en place dans un contexte de crise économique, il est élu, à sa troisième tentative, président de la République.

La gauche accède au pouvoir pour la première fois sous la Ve République. L’événement est historique.

Le président (1981-1995)

Le président et les législatives

Pour que l’alternance soit pleinement réalisée, la gauche doit encore se doter d’une majorité à l’Assemblée nationale. François Mitterrand doit donc dissoudre et le fait dès son entrée en fonction. De nouvelles législatives ont lieu les 14 et 21 juin 1981.

Durant la campagne, le nouveau chef de l’Etat reste discret mais intervient cependant, par la voix du secrétaire général de l’Elysée Pierre Bérégovoy ou en marge d’un déplacement en province, pour enjoindre aux Français de confirmer leur choix du 10 mai - ce qu’ils font, en l’amplifiant très nettement, offrant une large majorité absolue au seul PS.

Discours de François Mitterrand avant les législatives

Discours de François Mitterrand avant les législatives

Elu président de la République le 10 mai 1981, François Mitterrand a dissous l’Assemblée nationale. Le 9 juin, cinq jours avant le premier tour des législatives, il prononce, à Montélimar où il effectue le premier déplacement officiel en province de son septennat, un discours dont la dernière partie est consacrée au scrutin. Il demande alors aux électeurs les moyens de mener sa politique.
09 juin 1981
03m 28s
Fiche (00240)

Soucieux d’adopter une position de surplomb mais aussi de rester cohérent avec l’ancien opposant qui dénonçait inlassablement toutes les interventions de ses prédécesseurs lors des campagnes, le président souhaite demeurer éloigné du jeu électoral.

Si, incidemment, à l’occasion de l’annonce d’une nouvelle dévaluation du franc le 23 mars 1983, il commente le résultat des municipales des 6 et 13 mars - pour minorer l’ampleur de la défaite, pourtant évidente, de la gauche -, il renonce bel et bien à son ancien costume de chef de parti.

Toutefois, lors des législatives, décisives pour la perpétuation de son pouvoir, il redescend dans l’arène. Avant le scrutin du 16 mars 1986, il défend donc sa majorité - très menacée et finalement défaite - mais soigne les formes en répondant aux questions du journaliste Yves Mourousi avant l’ouverture de la campagne officielle quand le général de Gaulle, Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing s’étaient adressés aux Français après sa clôture, sans que ses opposants ne puissent leur répondre.

Interview télévisée avant les législatives

Interview télévisée avant les législatives

Deux semaines avant les législatives du 16 mars, François Mitterrand est interviewé par Yves Mourousi lors de l’émission Ca nous intéresse… Monsieur le Président. Soutenant résolument la majorité socialiste sortante, il ne refuse toutefois pas l’hypothèse d’une cohabitation si la droite l’emporte, mais souhaite continuer à assumer ses pouvoirs dans tous les cas de figure.
02 mar 1986
02m 43s
Fiche (00152)

S’il ne va pas jusqu’à cet extrême, la tentation de peser plus résolument sur des élections à l’issue incertaine est néanmoins grande lors des législatives de 1988 qui ont lieu les 5 et 12 juin, un mois après sa réélection très aisée à la présidence de la République (34,1 % le 24 avril et 54,0 % le 8 mai).

C’est que, après une campagne placée sous le signe de la France unie et de l’ouverture, provoquer une dissolution ne va pas de soi. Aussi François Mitterrand la justifie-t-il lors d’une allocution solennelle - ce qu’il avait soigneusement évité de faire sept ans plus tôt - avant de s’exprimer à nouveau entre les deux tours du scrutin devant le journaliste Patrick Poivre d’Arvor.

Annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale

Annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale

Réélu président de la République le 8 mai, François Mitterrand a nommé Michel Rocard à Matignon. Le nouveau gouvernement ne disposant pas de majorité à l’Assemblée nationale, le chef de l’Etat est contraint de procéder à sa dissolution. Mais cette décision semblant entrer en contradiction avec les thématiques de sa campagne, il la justifie lors d’une allocution.
14 mai 1988
03m 43s
Fiche (00022)

La dernière bataille

Cela marque le terme du combat électoral pour François Mitterrand mais ce n’est pourtant pas sa dernière campagne.

En effet, il engage toutes ses forces dans la bataille de l’adoption du traité sur l’Union européenne, dit de Maastricht, qu’il soumet à référendum le 20 septembre 1992. Le président défend alors longuement le projet, accepte de débattre avec l’un de ses opposants, Philippe Séguin, et une fois le succès du Oui acquis - d’extrême justesse (51,0 %) - évoque, lors d’une allocution, « l’un des jours les plus importants de l’histoire de notre pays ».

François Mitterrand s'exprime sur le traité de Maastricht

François Mitterrand s'exprime sur le traité de Maastricht

A quatre jours de l'ouverture officielle de la campagne référendaire sur la ratification du traité de Maastricht, le président de la République participe à une émission de télévision et s'engage en faveur du "oui".
03 sep 1992
01m 39s
Fiche (00080)
François Mitterrand après la ratification de Maastricht

François Mitterrand après la ratification de Maastricht

Déclaration du Président de la République, François Mitterrand, à la télévision depuis le Palais de l'Elysée, à la suite de la ratification de justesse par la France du traité de Maastricht.
20 sep 1992
02m 41s
Fiche (00128)

Cette dernière bataille est donc une ultime victoire pour le vieux président mais si étroite qu’elle indique que celui-ci a échoué à imposer l’Europe comme horizon commun aux Français. Elle témoigne aussi de son affaiblissement politique.

Touché par l’impopularité, malade, il ne participe pas à la campagne précédant les législatives des 21 et 28 mars 1993 qui tournent au désastre pour un PS cerné par les affaires et réduit à une cinquantaine de sièges seulement.

Deux ans plus tard, il n’apporte qu’un soutien des plus timides à Lionel Jospin, candidat socialiste à la présidentielle des 23 avril et 7 mai.

Conclusion

François Mitterrand quitte l’Elysée le 17 mai 1995. Après la passation de pouvoir avec son successeur Jacques Chirac, il souhaite retourner au siège du PS, rue de Solférino, pour y faire ses adieux.

Il affirme alors que « le Parti socialiste est désormais le parti de l’alternance ». Les faits, bientôt, viendront lui donner raison - et ce à quelque échelon que ce soit.

Du point de vue du système politique français, il s’agit sans aucun doute de son principal legs.

François Mitterrand fait ses adieux au PS rue de Solférino

François Mitterrand fait ses adieux au PS rue de Solférino

François Mitterrand s'est rendu au siège du Parti socialiste, rue de Solférino pour saluer les très nombreux socialistes présents pour écouter le discours de l'ancien chef de l’Etat qui se montre optimiste sur l’avenir du Parti socialiste et ses capacités à rassembler.
17 mai 1995
03m 01s
Fiche (00103)

Bibliographie

  • Becker (Jean-Jacques), Histoire politique de la France depuis 1945, Paris, Armand Colin, 2015.
  • Benetti (Julie), Chevallier (Jean-Jacques), Carcassonne (Guy) et Duhamel (Olivier), Histoire de la Ve République. 1958-2015, Paris, Dalloz, 2015.
  • Bergounioux (Alain) et Grunberg (Gérard), L’ambition et le remords. Les socialistes français et le pouvoir (1905-2005), Paris, Fayard, 2005.
  • Bergounioux (Alain) et Tartakowski (Danielle) (dir.), L’union sans unité. Le programme commun de la gauche : 1963-1978, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.
  • Martin (Pierre), Comprendre les évolutions électorales. La théorie des réalignements revisitée, Paris, Presses de SciencesPo, 2000.
  • Vigreux (Jean), Croissance et contestations (1958-1981), Paris, Le Seuil, 2014.