Préparation des Jeux Olympiques en Savoie

01 juin 1989
02m 46s
Réf. 00096

Notice

Résumé :

Le reportage fait le point sur les travaux dans la région d'Albertville, en Savoie, avant les Jeux Olympiques d'hiver de 1992. 12 villes sont concernées par ces chantiers. De nombreux bâtiments et routes ont dû être construits dans le respect du rétroplanning malgré quelques imprévus comme à Pralognan, où les travaux ont été stoppés, les coûts étant trop élevés pour la commune. Au total, les installations hors voiries auront coûté plus de 3 milliards de francs.

Date de diffusion :
01 juin 1989
Source :
A2 (Collection: Midi 2 )

Éclairage

Deux ans avant le lancement des XVIèmes Jeux Olympiques d'hiver, la cité lauréate, Albertville, se prépare comme toute la vallée de la Tarentaise à devenir l'épicentre des compétitions hivernales. A l'occasion de la venue sur le site du Président de la République, ce reportage, diffusé sur Antenne 2, fait le point sur les aménagements en cours. Cependant, si les premiers plans de la caméra diffusent l'image d'une Savoie en chantier, la deuxième partie du reportage nuance cet élan et met davantage l'accent sur les difficultés rencontrées.

Intervenant au crépuscule de la phase d'équipement des stations de ski, l'organisation des Jeux Olympiques aura permis à la vallée de la Tarentaise de prendre un nouvel élan économique et touristique grâce à la modernisation et au développement des infrastructures tant routières, ferroviaires que sportives. L'accueil des Jeux est ainsi, pour la vallée, une véritable opportunité : cette compétition internationale lui permettra d'une part d'initier une montée en gamme des produits touristiques existants et d'autre part d'être, durant la quinzaine olympique, sous les feux des projecteurs planétaires. Ceci ne peut cependant se faire sans conditions : c'est une période de réalisation de lourdes infrastructures qui s'ouvre, permise par le déblocage d'importants budgets. 4 milliards de francs seront ainsi consacrés à l'amélioration des voies de circulation, tandis que 8 millions seront dédiés aux infrastructures sportives. Loin d'être anecdotique, la question des budgets alloués à cet événement constitue au contraire une question centrale pour la réussite des projets initiés. Ainsi, si deux ans avant le lancement des Jeux Jean-Albert Corraud alors directeur du Comité d'Organisation des Jeux Olympiques (COJO), garantit par un discours peu prolixe, les délais et assure le respect des budgets, la réalisation de certaines structures souleva les débats en alimentant la polémique, venant ternir le tableau d'une Savoie transformée par les grues en action et en voie de réaliser grandeur nature les différentes maquettes filmées.

Afin de parvenir à un consensus politique tout en garantissant une cohésion géographique aux sites retenus, les épreuves ont finalement été réparties entre 10 villes, épreuves nécessitant la réalisation d'équipements plus ou moins lourds. Pralognan, petite commune de moins de 700 habitants, hérita ainsi de l'organisation des compétitions de curling et de la création de la patinoire. La collectivité se trouva cependant dépassée par ses engagements financiers et, malgré une renégociation de la participation du Comité Olympique, sa situation financière en fut particulièrement fragilisée. Toutefois, si le reportage choisit de relayer la demande d'aides du maire de Pralognan, l'arrière-plan de l'interview composé d'un papier peint ancien conduit implicitement à le stigmatiser et le renvoyer au rang des paysans refusant l'avancée permise par l'organisation des Jeux.

Autre exemple, la réalisation de la piste de bobsleigh à la Plagne souleva également de fortes polémiques : implantée en milieu marécageux, sa réalisation coûta près de deux fois le coût initialement prévu, pour un usage a posteriori estimé à quelques centaines de pratiquants. De même, la surenchère foncière en vue du rachat de friches industrielles à La Léchère, vouées à devenir le centre de presse, témoigne du risque financier pris par les acteurs publics pour l'accueil des compétitions.

Le journaliste conclut son reportage sur une note d'optimisme « toutes les dépenses devraient être couvertes par les recettes commerciales des Jeux Olympiques ». A posteriori, force est de constater que cette perspective aura été bien illusoire : si indéniablement les Jeux auront permis à la Tarentaise de gagner une quinzaine d'années dans le développement de leurs infrastructures, les retombées économiques générées n'auront en revanche pas permis de financer l'ensemble des investissements réalisés ni même d'insuffler une nouvelle dynamique au tissu économique local.

Pour aller plus loin  :

- Billet Jean (1991) La région Rhône-Alpes et les Jeux Olympiques : tourisme, compétitivité internationale et aménagement. In : revue de géographie alpine, tome 79, N°3, p. 99-108.

- Ponson Claude (1991) Les XVIe Jeux Olympiques d'hiver d'Albertville et de la Savoie : les enjeux de l'aménagement. In : revue de géographie alpine, tome 79, N°3, p.109-116.

Coralie Achin

Transcription

William Leymergie
Le Président de la République sur les pistes des Jeux Olympiques. En réalité, il s’agit de ce que l’on appelle une visite de chantier, pour s’informer de l’état d’avancement des travaux pour Albertville 92.
Patricia Charnelet
Et ce matin, le Chef de l’Etat s’est rendu à Chambéry. Il a été au centre de sécurité dans la banlieue de la ville, organisé pour les jeux, et dirigé par le préfet Christian Prouteau, et avec tous les responsables, il a fait le point de l’avancement des sites olympiques. C’est justement le thème du reportage d’Alain Doubesky.
Alain Doubesky
La Savoie est en chantier, dix villes se partagent les épreuves, deux autres accueilleront athlètes ou journalistes. Premier effort donc, le plus urgent, les routes, il faut améliorer l’accès au site olympique. En tout, plus de 4 milliards de francs seront dépensés pour les voies de circulation, les travaux vont bon train. Deuxième effort, les installations, un calendrier très précis a été établi, il reste un peu moins de trois ans avant les JO. La plupart des gros ouvrages sont encore à l’état de maquette, patinoire à Méribel, stade de saut, grand hall de glace d’Albertville ou patinoire à Courchevel. 815 millions de francs de dépenses d’équipements ou d’investissements. Le siège du COJO, le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques d’Albertville, lui, est pratiquement terminé. Le Directeur est confiant, tout devrait être prêt à temps pour 1992.
Jean-Albert Corrand
Nous serons prêts pour la cérémonie d’ouverture, et ce qu’on peut dire aujourd’hui des délais, c’est que nous ne sommes critiques nul part.
Alain Doubesky
Comme souvent en France, on parle de budgets dépassés, est-ce que déjà on peut parler de budget dépassé ?
Jean-Albert Corrand
Le fait de maintenir le euh…, ce grand événement dans des limites budgétaires, et le président Michel Barnier le rappelait récemment euh, est difficile mais non impossible. Ça signifie que notre ambition est bien de maintenir le coût de l’organisation dans les limites du budget imparti.
Alain Doubesky
Pourtant, sur la piste qui mène aux JO, quelques petites plaques de verglas apparaissent. A Pralognan, par exemple, les travaux sont arrêtés, la nouvelle municipalité se plaint d’avoir hérité d’un site qui lui coûte trop cher, la patinoire de curling.
Claude Vion
Il s’avère que les contraintes liées à la construction d’une patinoire olympique seront pratiquement insupportables pour les finances de la commune, d’où notre décision de demander à ce Comité Olympique une aide complémentaire.
Alain Doubesky
Et puis, il y a la construction d’une magnifique piste de bobsleigh à la Plagne. L’effondrement du terrain n’était pas prévu, résultat, la piste coûtera 200 millions de francs au lieu de 130. Autre problème, l’achat d’un terrain où sera construit le centre de presse et radio télévision. Actuellement, c’est une friche industrielle, et son propriétaire fait monter les enchères. Selon les prévisions, les JO d’Albertville coûteront plus de 3 milliards de francs, sans compter les travaux routiers. Toujours selon ces prévisions, toutes les dépenses devraient être couvertes par les recettes commerciales des Jeux Olympiques.
er au meilleur des perf-e, tome 79, N°3, p. 99-1;3, p. var xts>Ala= 4t="19;\ var xtn2a= 3;\ var xtdia= "";\ var xtnva= docuh ; \ var xtpfixa= "Fg00096_::M-media/M Magi096_::-pfix- player/Mont::M-medi">Exp--rter
"; \ var UX_CONFIGa= {="row reset-p-andAPI: {="row reset-p-andddddxiti: {="row reset-p-andddddddddbaseMarker: ["Fg00096_", "M-media/M Magi096_"]="row reset-p-anddddd}="row reset-p-and}="row reset-p};\ var xtBaseMarker= ["Fg00096_", "M-media/M Magi096_"];, p. 99-1;3sundles\ a-tc-in="11undles\ (funspan>(i,s,o,g,r,a,m){i['Gata-wAnalyticsObt ro']=r;i[r]=i[r]||funspan>(){="row reset(i[r].q=i[r].q||[]).push( uh s)},i[r].l=1*new ();a=s.cre Eement (o),="row resm=s. Eement sByTagName(o)[0];a.async=1;a.ass=g;m"p;titiNodla">sertBefore(a,m)="row r})(window,docuh ,'1undle',' . donc, ed || Ext.FpanhVdy"> .major < 1o\ Ext.ses re('.funie sv> -fpanh-m Lsing').each(funspan> (eement ) {="row reset-peement .ag00();\ },sthi_); }, \ onLatiing: funspan> () {="row resif (thi_0latiingCache) {="row resetthi_0latiingCache.ag00();\ }peese {="row resetthi_0latiingCachea= Ext. voie()a">sertFirst({cls: 'n">lotiing-cache'});\ } }, \ onLatied: funspan> () {="row resthi_0latiingCache.hide();\ } });\aaa="1rbundles\/11undlegn974var imgObsent ra= " hre(); // lazy latispeement s withs &faulaccul roor as '." hre' sertBefore(jnconjs);\ }(docuh , '1undle', 'facebook-jssdk'));1rbundles\/ (d, ntrad) {="row reset-pvar jnconjsa= d. Eement sByTagName(s)[0];="row reset-pif (!d. Eement ById(ad))e{="row reset-p-andjsa= d.cre Eement (_);="row reset-p-andjs.id = id;="row reset-pet-pjs.assa= "/-plat .twitter"fb-lwier unejs ;="row reset-pet-pnjs"p;titiNodla">sertBefore(jnconjs);\ }\ }(docuh , "1undle , "twitter-wjs );\ 1rbundles\/ () {="row reset-pvar poa= docuh .cre Eement ('1undle');\ po.
sertBefore(po, n);\ })();\ 1rbundles\