Rénovation du quartier de la rue de Brest à Rennes [Muet]

20 juin 1964
1m 17s
Réf. 00702

Notice

Résumé :

A Rennes, l'ancienne rue de Brest va changer de visage. Les vieux immeubles et maisons vétustes vont laisser place à des immeubles modernes. Les travaux ont commencé. Henri Fréville, le maire de la ville, a dévoilé les plans du nouveau quartier où s'élèvera bientôt l'immeuble "Les Horizons".

Date de diffusion :
20 juin 1964
Source :
Personnalité(s) :

Contexte

Si l'immédiat après-guerre est marqué par la reconstruction de la ville abîmée par les bombardements, les années 50 - qui correspondent à l'arrivée d'Henri Fréville en tant que maire - sont celles du renouveau de la politique urbaine. Au cours des années 50 et 60, de grandes opérations d'urbanisme vont se développer à Rennes.

Ce seront parfois des constructions nouvelles : la cité d'urgence de Cleunay (créée en 1954 pour loger les plus démunis, c'est une des premières de France et bien que provisoire à l'origine, elle durera et sera ré-habilitée dans les années 80), la ZUP de Maurepas, la ZUP de Villejean conçue par Louis Arretche(1962-70),

la ZUP du Blosne conçue par Michel Marty (1965-1985).

Mais ce seront aussi des réhabilitations de quartier, celle du Colombier mené par Louis Arretche qui débute en 1962 et celle de Bourg-l'évêque (1961-1975), dont il est question dans le film.

Ce quartier qui s'étendait autour de la rue de Brest était un quartier populaire, peuplé d'ouvriers de l'arsenal et des tramways d'Ille-et-Vilaine, d'artisans et de petits commerces. L'usine Véron (toujours présente sous le nom Monier mais maintenant installée dans la ZIL de Lorient) spécialisé dans le recyclage des chiffons y tient une place importante.

Ce quartier dont la convivialité est souvent évoquée par les plus anciens était cependant très vétuste et parfois qualifié « d'îlots insalubres ». Cet état bloquait le développement de Rennes vers Villejean, aussi dès 1957, la société de Rénovation de l'Ilot de la rue de Brest » fut créé et les premiers habitants furent déménagés vers Cleunay. En 1962, la déclaration d'utilité publique était acceptée.

Le chantier est confié à Georges Maillols qui doit non seulement construire des habitations mais aussi rectifier le bras de la rivière et prévoir des voies de communication. Ce sera le quartier de Bourg-l'évêque, vitrine de la modernité rennaise dans les années 1970 que de Gaulle visitera en 1967. L'immeuble le plus novateur et le plus élégant parmi les nombreuses barres est sans conteste « Les Horizons », bâti par Georges Maillol.

En savoir plus :

voir le site de l'association de Bourg-l'évêque.

Martine Cocaud

Transcription

Disponible prochainement.