Cyclotourisme en famille en Picardie

28 septembre 1977
04m 55s
Réf. 00121

Notice

Résumé :

Reportage sur le cyclotourisme en Picardie dans le cadre de l'opération "1000 bicyclettes en Picardie" lancée par le comité régional de tourisme. Une famille loue des vélos et se renseigne sur circuits dans l'Oise. On la suit sur les routes picardes.

Type de média :
Date de diffusion :
28 septembre 1977
Source :
TF1 (Collection: Sur deux roues )
Lieux :

Éclairage

L'opération "1000 bicyclettes en Picardie", promue par le Comité Régional de Tourisme à partir de 1976, s'inscrit dans un contexte de renouvellement et de diversification des formes de pratique du cyclisme. Si les médias célèbrent depuis le début du vingtième siècle la vitesse et la performance en narrant les exploits des "forçats de la route" lors des grandes épreuves cyclistes (notamment le Tour de France), les années 1970 sont marquées par la montée d'une tendance inverse : le rejet de la compétition, l'usage du sport comme moyen de libération des corps mais aussi la recherche de nouveaux cadres d'exercice à la campagne. Dès lors, la bicyclette, qui connaît un nouvel essor en pleine crise pétrolière (les ventes de cycles augmentent alors fortement), devient pour certains le moyen de transport idéal pour s'évader "en douceur" de la ville, jouir des bienfaits de la nature et mettre à distance les moyens de déplacement classiques comme l'automobile.

Certes les compétitions cyclistes ont toujours un retentissement important en Picardie, que l'on songe au succès du Tour de l'Oise. Mais elles cohabitent dorénavant avec une modalité de pratique donnant la primauté aux sens. Il ne s'agit pas, pour ses adeptes, de traverser les espaces à toute allure, de mettre en exergue les capacités musculaires et cardiovasculaires, mais plutôt de profiter des paysages, de prendre son temps pour admirer la nature, de respirer à plein poumon l'air de la campagne picarde. Là où le modèle sportif traditionnel ne reconnaît que le vainqueur ou le vaincu, des classements, des mesures ultra précises, des gestes répétitifs et stéréotypés, les cyclotouristes insistent davantage sur ce que les escapades à vélo leur permettent de ressentir. Le père de famille interrogé dans le reportage évoque ainsi la sensation de "liberté", l'"impression de quitter la ville", le plaisir que l'on éprouve à respirer, à regarder à droite et à gauche et à observer les oiseaux. Bref, si le cyclisme sportif célèbre la vitesse, le cyclotourisme fait au contraire l'éloge de la lenteur. Ce dernier peut donc se pratiquer en famille, sur des vélos adaptés qui privilégient le confort plutôt que le rendement.

Née de la volonté de promouvoir le patrimoine naturel et culturel local, l'opération "1000 bicyclettes en Picardie" parvient donc à séduire un public sensible aux formes alternatives de loisirs touristiques. Prenant le contre-pied d'une société où tout s'accélère, le cyclotourisme représente en effet une manière plus "apaisée" de partir à la découverte du territoire picard.

Sébastien Stumpp

Transcription

Expert
Le comité régional du tourisme a lancé dette opération 1000 bicyclettes en 1976 pour deux raisons.
Homme
Voilà.
Journaliste
1000 bicyclettes en Picardie, un slogan publicitaire ou une réalité ?
Homme
Vous avez Piastro ici.
(Bruit)
(Musique)
Homme
Bonjour mademoiselle. C’est moi qui vous ai téléphoné, il y a deux jours, à propos de l’opération de location de bicyclette. Alors voilà…
Réceptionniste
Vous êtes arrivés ?
Homme
Nous arrivons.
Réceptionniste
Alors vous prenez ce matin ?
Homme
Nous voulons prendre ce matin. Nous sommes 6. Et il y a une question que je n’ai pas très bien comprise, au téléphone : c’était les conditions de location. Est-ce que vous pouvez…
Réceptionniste
Alors à partir du moment où vous êtes 6, vous bénéficiez du tarif de groupe c'est-à-dire plus de 4 personnes, forfait week-end. Donc il vous en vaudra 14 francs pour deux jours. Mais vous prenez 2 jours ou 3 jours ?
Fille
Trois jours.
Homme
3 jours. Enfin, si on trouve assez de choses à faire.
Réceptionniste
Donc si vous prenez trois jours, ça vous fera 14 francs plus 9 francs.
Homme
D’accord, 23.
Réceptionniste
Par bicyclette.
Homme
Il faut vous laisser une caution ?
Réceptionniste
Non, non. Absolument pas. Aucune caution. Juste un contrat signé entre vous et moi.
Homme
Ça, c’est bien. J’ai un autre problème. Alors c’est que, comme vous l'avez compris, je ne connais pas du tout la région et on voudrait se faire un itinéraire, voir un petit peu ce qu’on pourrait faire.
Réceptionniste
Oui, on va prendre la carte de la forêt, on va faire l’itinéraire ensemble si vous voulez.
Fille
Les vélos, ils sont à 10 vitesses ou à 5 vitesses ?
Réceptionniste
Ils sont à 5 vitesses. le type randonneur avec 5 vitesses.
Homme
Enfin, pour la Picardie, franchement, 5 vitesses, ça doit suffire.
Réceptionniste
Oui, il n’y a pas trop de relief.
Homme
Ce n'est pas le Tourmalet. Oui Piastro c'est à 18 km de Compiègne.
Expert
La première, c’est de développer les activités cyclotourismes en Picardie. Et la deuxième, c’est de favoriser la connaissance de la Picardie et d’améliorer l’image de marque de cette région qui est trop souvent méconnue.
Journaliste
Qui avez-vous trouvé ?
Expert
Essentiellement, pour l’instant, ce sont les gens du pays, les habitants, qui connaissent par ouie dire cette opération et qui, donc, profitent de cette opération pour visiter les environs de leur village pendant leur week-end. Au niveau des gens qui pratiquent le vélo, il existait deux catégories de personnes. Les premières qui sont des adeptes de la bicyclette et de la randonnée, qui préfèrent donc déjà avoir un vélo solide, robuste, rapide, adapté, et puis deuxièmement, les gens qui pratiquent le vélo de temps en temps pour découvrir une ville, pour faire une petite balade de 10 km. Et à ce moment-là, nous avons acquis deux types de vélos : un modèle randonneur homme et un modèle adapté aux femmes et aux enfants pour la petite balade.
(Musique)
Journaliste
Rouler comme ça, en groupe, ça pose des problèmes ?
Homme
Disons que de jour, ce n’est pas très très contraignant. Il faut savoir une chose : premièrement, éviter les nationales fréquentées. Je crois que vraiment, on ne peut pas mélanger les vélos qui roulent entre 20 et 30 à l’heure avec des voitures qui, elles, roulent à 90. Ça, c’est vraiment dangereux et c’est très désagréable. La deuxième chose, c’est qu’il faut effectivement savoir rouler en file et toujours penser que le danger est derrière soi. A vélo, le danger n’est pas devant. C’est un petit peu comme sur une autoroute quand on est en voiture. Il faut savoir ce qui vous arrive par derrière. Bien sûr, rouler en file indienne et puis passer les enfants, les moins expérimentés devant. Etre soi-même derrière de façon à avoir toujours un œil sur ce qui peut arriver et avertir ses compagnons de route.
(Bruit)
Homme
Tu veux de l’eau ? Quelqu’un d’autre veut de l’eau ? Tiens ? Regarde. Un automobiliste a certainement beaucoup de mal à comprendre ça. Quand on est sur son vélo, on commence tout d’abord par éprouver la sensation de liberté. On respire, on peut lever la tête. Bon, évidemment, les choses aussi vont moins vite donc on n’est pas en constant danger, obligé de surveiller sa route et son compteur. On peut en profiter pour regarder à droite, à gauche. On peut s’arrêter. On peut prendre des petits chemins. Et puis, si on aime la nature, ce qui est notre cas, on peut essayer d’observer les oiseaux. On a l’impression d’avoir vraiment quitté la ville et puis de s’intégrer à la nature.
(Bruit)