Le Canal d'Athènes, une réalisation du Canal de Provence

08 novembre 1979
04m 19s
Réf. 00016

Notice

Résumé :

Inauguration aujourd'hui en Grèce du Canal d'Athènes construit par la Société du Canal de Provence. Le Canal d'Athènes fait 200 kilomètres de long. Cet ouvrage d'art, le plus important du XXe siècle en Grèce, résout le problème de l'eau à Athènes dont la population a beaucoup augmenté en 50 ans. Monsieur Zardinidis, ministre des Travaux publics de Grèce, explique pourquoi il a fait appel aux services du Canal de Provence.

Date de diffusion :
08 novembre 1979
Personnalité(s) :

Éclairage

Le problème de l'eau en général, celui de l'alimentation en eau de villes qui ont beaucoup et vite grossi, se posent de la même façon tout autour de la Méditerranée. Pour satisfaire les besoins, il faut la faire venir de loin, le plus souvent de châteaux d'eau montagneux. Ce reportage donne un exemple de coopération méditerranéenne engendrée par cette communauté de problèmes. Le savoir faire de la Société du canal de Provence, en particulier en matière de régulation automatisée, lui a permis de conquérir le marché de l'approvisionnement en eau d'Athènes. L'eau est captée dans les monts Oïti, en Grèce centrale et stockée dans le barrage-réservoir du Mornos, construit à partir de 1972 et dont le remplissage vient de se terminer. Le canal qui conduit cette eau est long de 190 km (dont 30 de galeries et 110 de canaux) avec un débit de 23 m3/sec.

L'agglomération d'Athènes est passée de moins de 500 000 habitants à plus de 3 millions (dont 800 000 pour la ville elle-même), soit près d'un tiers de la population du pays. C'est pourquoi, compte tenu de ce poids et de la dimension du projet, c'est l'État grec qui en était le maître d'oeuvre.

Jean-Marie Guillon

Transcription

Journaliste
Pour la Grèce, le canal d'Athènes c'est incontestablement l'ouvrage d'art le plus important du 20ème siècle. Et si la France et plus particulièrement la Provence sont étroitement associées à cette réussite ce n'est pas le fait du hasard. C'est parce que la réputation du canal de Provence en matière de régulation et d'alimentation en eau a dépassé depuis bien longtemps nos frontières et est arrivé aux oreilles des responsables politiques grecs. Athènes est une des villes les plus importantes du pourtour méditerranéen. Le problème de l'eau pour cette ville se résume en deux chiffres, en 50 ans la population est passée de 400 000 à 3 000 000 d'habitants. Cette usine de traitement de l'eau dans la banlieue nord d'Athènes est l'aboutissement du canal, c'est lui qui l'alimente à raison de 23 mètres cube par seconde. Mais avant d'en arriver là, il a fallu chercher cette eau, très loin, à près de 200 km de là, à l'ouest, au barrage de Mornos. Dès 1972, c'est le canal de Provence qui a été sollicité par le ministre grec des travaux publics et cette collaboration de 7 ans a donc trouvé ces jours-ci son aboutissement. Comment avez-vous été amené à solliciter le concours des ingénieurs français du canal de Provence ?
Nikos Zardinidis
La décision de collaborer avec la compagnie du canal de Provence a été prise après un appel d'offre qu'a effectué le gouvernement grec qui était alors au pouvoir.
Journaliste
Naturellement, cette décision a été favorisée par la réputation technique de la société du canal de Provence et après la visite de ses réalisations. Il n'y a aucun doute que la ressemblance des climats et des conditions nous a aidé à ce choix. Il y a en effet similitude entre la Grèce et la Provence, même problème d'eau, ressemblance des climats et des paysages géographiques. Avec le concours du bureau d'études grecques Tetraktys, le canal de Provence a impliqué sur un terrain plus difficile avec des méthodes de travail différentes sa propre technologie. Ainsi, grâce aux procédés de régulation dynamique, l'eau du barrage de Mornos arrive à Athènes par sa seule force de gravitation sans aucun système de pompage. Or la dénivellation entre la prise d'eau au départ à Mornos et l'arrivée à l'usine de traitement n'est que de 140 mètres, alors que l'ouvrage est long de 188 km. C'est une prouesse technique sans précédent en Europe, les différents partenaires français et grecs ne cachent d'ailleurs pas leur fierté.
Nikos Zardinidis
Nous les Grecs, nous croyons maintenant que l'oeuvre est déjà terminée, que c'est une oeuvre en Grèce le plus grand aux Balkans et le plus grand en Europe. Je crois que le résultat de cette collaboration avec les consultants de la compagnie du canal du Provence a déjà donné des preuves que cette collaboration est une collaboration avec des résultats très importants.
Journaliste
Et à l'avenir vous auriez tendance à favoriser un peu la France sur le plan de nouveaux marchés ?
Nikos Zardinidis
Ecoutez, tout d'abord nous connaissons bien maintenant la compagnie du canal de Provence. Je crois que la préférence qui a déjà donnée à cette compagnie nous donne des droits d'avoir toujours donné comme faveur à des grandes compagnies françaises et avec un grand choix, on nous a déjà aidé, de terminer cette oeuvre.