A la Découverte du Mercantour

18 août 1979
10m 07s
Réf. 00018

Notice

Résumé :

Le Parc National du Mercantour a été crée en 1979. Sa création a suscité polémiques et réactions car les chasseurs se sont sentis menacés. La fonction du parc est de protéger le milieu naturel et connaître les espèces qui y vivent. De même le parc doit accueillir le public et le sensibiliser aux questions d'environnement.

Type de média :
Date de diffusion :
29 octobre 1988
Date d'événement :
18 août 1979
Source :
France 3 (Collection: 12/13 )

Éclairage

Le parc national du Mercantour est le troisième parc national créé dans la région, après Port-Cros (1963) et Les Ecrins (1973). Il est en gestation depuis près de quinze ans lorsqu'il voit enfin le jour, le 18 août 1979. Il a fallu vaincre les réticences des chasseurs et celles des élus et promoteurs qui misent sur les stations de ski et ont fait repousser neuf projets successifs. Le Conseil général des Alpes-Maritimes aurait même voulu pouvoir déroger à la loi de 1960 sur les parcs nationaux.

Dix ans après sa création, ce parc qui s'étire le long de la frontière italienne et qui couvre 28 communes (6 dans les Alpes-de-Haute-Provence, 22 dans les Alpes-Maritimes) s'organise autour d'une zone centrale, qui englobe la Vallée des Merveillles, bien connue pour ses gravures rupestres. La protection de la flore et de la faune, leur étude scientifique, la sensibilisation du public à la nature font partie de ses missions principales. C'est d'ailleurs à partir d'une réserve de chasse que le parc s'est constitué, comme son homologue qui se trouve sur le versant italien, avec lequel il forme un même ensemble. Ce qui apparaît à juste titre comme une réussite dans le reportage n'en continue pas moins à susciter les passions. Elles ont été ravivées avec la réapparition du loup en 1992, et son expansion dans les Alpes du Sud à partir du Mercantour. Du côté de certains chasseurs et éleveurs, on a accusé le parc de l'avoir introduit afin de limiter la croissance des troupeaux de chamois, mouflons et autres bouquetins. Rien ne peut étayer cette thèse, alors que tout indique que ce repeuplement est issu naturellement du déplacement de loups venus d'Italie où ils sont protégés depuis 1976. Mais c'est en quelque sorte, pour le parc du Mercantour, la rançon du succès.

Jean-Marie Guillon

Transcription

Présentateur
C'est dans le domaine de la découverte puisqu'on enchaîne avec « A la découverte de » proposé par Jean-Marie Molinengo et toute son équipe, aujourd'hui, le Mercantour.
Jean-Marie Molinengo
Le parc national du Mercantour est le dernier-né des six parcs nationaux que compte la France. Il fut créé officiellement le 18 août 1979. Mais cette création suscita pendant dix ans, de 1969 à 1979 les plus vives passions et les plus ardentes polémiques. Car ce parc fut la grande peur des chasseurs. Fort heureusement, aujourd'hui les antagonismes entre partisans et adversaires de ce parc se sont dissipés. Les chasseurs sont rassurés, le gibier n'a jamais été aussi abondant à sa périphérie. Ce parc du Mercantour a une superficie de deux cent cinq milles hectares. Il s'étend sur vingt-deux communes du département des Alpes Maritimes et sur six communes du département des Alpes de Haute Provence, intéressant ainsi une population de dix-sept milles habitants environ. Denis Clément, vous êtes le directeur adjoint de ce parc, alors quelles sont les missions de celui-ci ?
Denis Clément
Oui, on peut préciser que les deux cent cinq mille hectares que vous avez cités comprennent à la fois la zone périphérique du parc national et la zone centrale. La zone étant celle qui fait l'objet de protection très particulière justifiée par la qualité du milieu.
Jean-Marie Molinengo
Et sur combien d'hectares s'étend-elle cette zone ?
Denis Clément
Alors, cette zone centrale fait à peu près soixante-dix mille hectares sur les deux cent mille.
Jean-Marie Molinengo
Alors, les missions de ce parc ?
Denis Clément
On peut dire qu'il y a trois missions principales pour un parc national, la première de ces missions est liée précisément à cette zone centrale, c'est protéger le milieu et connaître son fonctionnement. C'est donc si vous voulez faire en sorte que le milieu naturel ne subisse pas d'agression, que la faune et la flore, que les paysages restent le plus naturels possible, et c'est aussi connaître ce milieu naturel, connaître donc les espèces qui y vivent, essayer de voir de quelle façon elles vivent, et tout faire pour mieux les protéger. C'est donc la première mission. Une deuxième mission, c'est l'accueil du public et faire comprendre le milieu naturel, le sensibiliser ce public face à la nature, c'est une mission importante aussi du parc national donc d'accueillir le public dans ce parc. Et puis la troisième mission, c'est de participer à l'activité économique locale à travers divers moyens, bien sûr à travers le développement de l'image touristique du parc national et de la zone périphérique, et puis c'est participer à toutes les activités qui peuvent se mener, presque toutes les activités qui peuvent se mener dans les communes entourant le parc national, sa zone centrale.
Jean-Marie Molinengo
Son site est magnifique, il est le parc national français de montagne situé le plus au sud. Il bénéficie donc d'un ensoleillement exceptionnel. Véritable jardin surplombant la Méditerranée, sa flore rassemble quelque deux mille espèces, presque la moitié de celles répertoriées sur l'ensemble de la France et qui s'élèvent à quatre mille deux cents, Jean-Louis Cossa ?
Jean-Louis Cossa
Oui, comme vous le précisez, ce parc est très riche. C'est une zone en France qui est la plus représentative des espèces endémiques. Il y a ici une quarantaine d'espèces. Alors, qu'est-ce qu'une espèce endémique ? C'est une espèce que l'on ne trouve nulle part ailleurs dans les montagnes d'Europe ou dans les montagnes américaines. Entre autres, Saxifraga Florulenta, qui a été choisi comme symbole du parc national, ne se trouve que dans le Mercantour. Et ceci s'explique pour deux raisons. La première, les influences climatiques comme vous le précisiez, on est au bord de la Méditerranée, à soixante kilomètres de la mer, mais on est aussi en montagne avec les influences du climat alpin : le froid, le vent, la neige, mais aussi la Méditerranée et le soleil.
Jean-Marie Molinengo
Sa faune est elle aussi d'une grande diversité. On dénombre trois mille cinq cents chamois, huit cents mouflons, cent bouquetins, des milliers de marmottes et vingt-six couples d'aigles royaux sur les quatre-vingt que compte la France. Une faune qui depuis quelques années se multiplie, Daniel Demontoux ?
Daniel Demontoux
Oui, en effet, depuis huit ans que le parc national a été créé, nombre d'espèces ont augmenté, je prendrais en exemple le chamois. Ici, nous sommes sur le secteur ouvert du parc national. En 1980, nous avions fait un comptage de cette espèce, nous avions dénombré environ une centaine d'individus dans la zone centrale. Nous avons refait ce comptage en 1986 à l'automne et nous en sommes à plus de quatre cents individus.
Jean-Marie Molinengo
Et le bouquetin ?
Daniel Demontoux
Alors le bouquetin, il entre aussi dans un des objectifs du parc national, c'est de recréer la grande diversité faunistique que nos ancêtres on connue au siècle dernier, et donc par le biais de réintroduction d'espèces, nous participons à cette action. Donc le bouquetin a été réintroduit l'année dernière au printemps, à partir d'individus qui venaient d'Italie, et nous poursuivrons donc cette action l'année prochaine en réintroduisant d'autres individus sur ce secteur, sur le secteur ouvert, sur la commune d'Entraunes.
Jean-Marie Molinengo
Est-ce qu'il n'y a pas trop de bêtes ?
Daniel Demontoux
Non, actuellement on peut dire que le parc national est loin d'avoir des surpopulations d'espèces, nous avons encore de nombreuses années devant nous avant de parler de surpopulation. De toute façon, ces espèces sont en équilibre entre elles, il y a des prédateurs, il y a des espèces proies, donc ces équilibres, nous les étudions et nous verrons dans quelques années s'il est nécessaire que l'homme intervienne sur ces espèces.
Jean-Marie Molinengo
Par ailleurs, ce parc constitue un plus touristique extraordinaire pour la Côte d'Azur, en offrant à une heure, une heure et demie des plages, six cents kilomètres de calmes sentiers balisés pour la promenade à cheval ou à pied, des promenades commentées.
Inconnu
Donc aujourd'hui nous allons faire une promenade nature sur le thème des oiseaux. Nous sommes ici en montagne, il y a beaucoup d'espèces d'oiseaux observées, nous sommes en bordure du parc national du Mercantour, et grâce à des jumelles et à un guide, nous allons essayer donc de déterminer les espèces vivant ici dans notre montagne.
Jean-Marie Molinengo
Qu'est-ce qui vous attire dans le parc surtout ?
Inconnue
Eh !bien moi j'apprécie plus particulièrement la richesse de la flore et puis le paysage aussi, la faune aussi.
Jean-Marie Molinengo
C'est la première fois que vous venez ici ?
Inconnue
Non, je suis venue mais il y a très longtemps. J'avais une douzaine d'années, et j'espérais pouvoir revenir, alors voilà, je suis là.
Inconnu 2
Personnellement, ce qui m'attire beaucoup, ce sont les randonnées dans le parc en montagne, et les visites dans des parcs comme celui du Mercantour m'intéresse particulièrement parce que c'est assez riche effectivement en faune et en flore, comme dit Madame, et les visites guidées nous en apprennent beaucoup et ça m'intéresse énormément.
Jean-Marie Molinengo
Et vous Monsieur ?
Inconnu 3
Moi, c'est la nature sous tous ses aspects, la flore, la faune bien entendu, enfin les paysages et les randonnées effectivement, comme Monsieur.
Jean-Marie Molinengo
Mademoiselle ?
Inconnue 2
Moi, c'est le calme, la paix surtout qu'on voit ici. C'est reposant, j'adore la nature.
Jean-Marie Molinengo
L'ampleur du succès du Mercantour se traduit dans les chiffres. Il accueille trois à quatre cent mille visiteurs par an parmi lesquels trente mille viennent s'informer dans les maisons du parc.
Inconnue 3
On voudrait savoir qu'est-ce qu'il y a comme randonnées sur le parc du Mercantour, s'il vous plaît.
Inconnue 4
Oui, vous n'avez pas eu ce petit dépliant dans Nice-Matin ?
Inconnue 3
Non.
Inconnue 4
Alors, à l'intérieur, vous avez tout le programme de l'été, en promenade nature et en randonnée nature. Les promenades sont accessibles à tout le monde, c'est à la demi-journée, et les randonnées nature, c'est à la journée.
Inconnue 3
Et pour les enfants, il n'y a pas de problèmes ?
Inconnue 4
Pour les enfants, je vous conseille la promenade nature.
Inconnu 4
Les promenades démarrent à quelle heure ?
Inconnue 4
Neuf heures.
Inconnu 4
Neuf heures, et ça se termine vers? ?
Inconnue 4
Midi pour la promenade. Tandis que la randonnée, vous partez à neuf heures et vous revenez à dix-huit heures. Dans ces maisons du parc, comme ici à Valberg, nous accueillons la clientèle, nous leur proposons plusieurs brochures qui ont toutes une relation au parc, les promenades, les animaux, la flore.
Guide
De plus nous organisons en soirée des projections et des animations nature, des conférences, des diapositives qui traitent d'un thème précis. C'est souvent le Mercantour en lui-même, le rôle des gardes moniteurs, leur travail, la faune et la flore.
Jean-Marie Molinengo
Ce parc du Mercantour doit aussi participer à l'économie du haut pays, il doit être un pôle d'attraction pour l'ensemble des communes périphériques.
Denis Clément
Oui, c'est comme nous l'avons dit tout à l'heure une des missions importantes du parc national, et on peut dire que tout ce qui notamment doit favoriser l'image touristique du parc national et du haut pays participe à cette économie locale. Donc tout ce qui est fait en matière d'accueil du public à l'intérieur de la zone centrale y participe. Il y a bien sûr l'entretien des six cents kilomètres de sentiers, il y a toute la signalétique qui est mise en place pour la randonnée, il y a toutes les publications qu'on peut faire sur le parc national, la zone périphérique, le milieu naturel, et puis il y a bien sûr tous les centres d'accueil du parc national qui sont au nombre de douze actuellement. Il faut aussi parler des aides plus directes qui sont attribuées à la zone périphérique sous forme financière, qui touchent aux équipements notamment d'hébergement, gîtes ruraux etc. en zone périphérique. Il y a aussi l'agriculture, les activités traditionnelles qui sont régulièrement aidées. Il y a aussi soixante permanents et trente saisonniers qui travaillent sur le parc national et un budget de vingt millions de francs. Ce sont des éléments aussi qui sont injectés presque en totalité dans l'économie locale.
Jean-Marie Molinengo
Ainsi, ce parc du Mercantour est aujourd'hui l'exemple même d'une réussite, en ayant su à la fois protéger la nature et s'ouvrir au tourisme.