Les rapatriés d'Algérie

21 mai 1962
01m 42s
Réf. 00104

Notice

Résumé :

Les accords d'Evian (18 mars 1962) scellent la fin de la guerre d'Algérie. Mais ils ouvrent une nouvelle crise : l'exode des européens d'Algérie. Ceux-ci sont interrogés sur leurs conditions de départ pour la métropole et leurs espoirs quant à l'évolution de la situation en Algérie.

Date de diffusion :
21 mai 1962

Éclairage

Avec la signature des Accords d'Evian (18 mars 1962), le ciel tombe sur la tête des Français d'Algérie. La situation y est très tendue, à cause des exactions du FLN envers la communauté européenne et les harkis, mais également à cause de la politique de la "terre brûlée" de l'OAS, et enfin, à cause de l'attitude parfois belliqueuse des troupes françaises chargées du maintien de l'ordre jusqu'à l'indépendance. Attentats et tueries sont omniprésents. Les camps se radicalisent. Le 8 avril, de Gaulle obtient l'absolution des accords d'Evian par référendum. Pour nombre de pieds-noirs, c'est un tournant. Même si les accords d'Evian prévoient qu'ils pourront demeurer en Algérie, il apparaît au plus grand nombre impossible de rester dans un pays qui va passer aux mains du GPRA et prendre le tournant du socialisme. De fin mars à mai, 200 000 personnes quittent leur sol natal, avec pour tout bagage quelques valises. À Paris, on croit à un exode temporaire, persuadé que la plupart des rapatriés vont demander la nationalité algérienne. Erreur. En juin, les frontières algériennes s'ouvrent aux soldats de l'ALN (bras armé du FLN) cantonnés en Tunisie et au Maroc, et 355 000 nouveaux rapatriés débarquent en France, par avion ou par bateau. Après le vote de l'indépendance en Algérie (1er juillet), tandis qu'on découvre l'amplitude des représailles nationalistes contre la communauté européenne (1 800 disparus entre mars et décembre 1962), le mouvement s'amplifie. La crise est profonde : à cause du nombre de rapatriés que la métropole va devoir "intégrer" (près d'un million, 80 000 préférant l'étranger), mais aussi à cause du sentiment généralement hostile des hexagonaux à l'égard de ces ni Français ni Algériens, dont de Gaulle lui-même jugeait qu'ils étaient les premiers responsables de leur sort.

Ce reportage diffusé au journal télévisé de 13 heures insiste sur le traumatisme du rapatriement. À partir d'une scène filmée dans l'aéroport de Marseille-Marignane, il pose le problème des conditions de départ. Le commentaire de la première personne interviewée sur l'attente à l'aérodrome d'Alger devient le support sonore d'images filmées près de l'aérodrome d'Alger. En Algérie comme à Marseille, le reportage insiste notamment sur les enfants obligés de patienter dans des conditions indignes de leur âge (attente en plein soleil). Quoique les visages de soldats souriant apaisent passagèrement l'ambiance, les images algériennes symbolisent surtout, in fine, l'idée d'un exode et de camps de transit (barbelés) rappelant d'autres âges. Le sujet se clôt à Marseille sur une note sensible : une femme évoque le caractère "affreux" de ce rapatriement (arrachement à une terre natale) et souligne que la situation en Algérie, tant pour les Européens que pour les musulmans, est mauvaise. Du reste, elle ne semble pas encore croire - bien que les Français aient avalisé les Accords d'Evian un mois plus tôt - au caractère irrévocable de sa fuite : "Si vraiment, si vraiment il y avait l'indépendance . . . C'est impossible d'y retourner." Au total, ce reportage très factuel et sans grande perspective montre bien que la France de mai 1962, quoique préoccupée par la question des rapatriés, n'a pas encore pris la pleine mesure du problème pied-noir.

Philippe Tétart

Transcription

Journaliste
Madame, s'il vous plaît, puis-je vous demander de quel coin précis vous arrivez ?
Inconnu
D'Alger.
Journaliste
Oui. Est-ce que vous avez eu des difficultés à prendre l'appareil ? Oh ! Plutôt, oui ! Oui. Comment ça s'est passé ?
Inconnu
Ben, écoutez, je me? je suis restée de 4 heures et demi à... à ce matin à 11 heures à l'aérodrome d'Alger, dans des conditions absolument effroyables et? Je ne comprends pas pourquoi d'ailleurs.
Journaliste
Est-ce qu'il y avait beaucoup de monde à l'aéroport ?
Inconnu
Oui, à partir de 6 heures du matin, vous avez des gens qui arrivent et qui stationnent derrière les barbelés à l'entrée de...
Journaliste
Et pour arriver jusqu'à l'aéroport, est-ce qu'il y a des difficultés ?
Inconnu
Non, pour arriver, non, c'est pour y entrer. Ben, nous on était dedans, d'accord, mais dehors il y avait au moins 500 personnes qui attendaient encore pour partir. Au point de vue départ? c'est un peu mouvementé, mais enfin quand même? Le temps s'y prête aussi, ma foi, c'est pas méchant, quoi.
Journaliste
Vous avez éprouvé des difficultés pour embarquer dans un avion ?
Inconnu
Ben, difficultés, difficultés physiques, parce que nous avons été obligés d'attendre devant l'aérodrome et je ne sais pas si c'est un manque d'appareil ou? C'est plutôt un manque d'appareil, parce que quand même l'affluence, il y a du monde, mais le monde attend, parce que, surtout parce que les militaires et les permissionnaires, c'est pas qu'ils passent devant, mais enfin, ils ont priorité, alors on attend.
Journaliste
Est-ce que vous pensez rester définitivement en France ?
Inconnu
Monsieur, le problème est tellement difficile.
Journaliste
Oui, vous ne savez pas encore.
Inconnu
Si vraiment, si vraiment, il y avait l'indépendance, c'est impossible de retourner.
Journaliste
C'est ça.
Inconnu
C'est impossible. C'est pourquoi les femmes et les enfants viennent.
Journaliste
Et comment était la situation au moment de votre départ ?
Inconnu
Affreuse, Monsieur. On ne peut pas dire autre chose. C'est terrible, c'est terrible, ce qui se passe est affreux, on ne peut pas trouver de mots pour exprimer exactement ce qu'il y a, aussi bien pour nous que pour eux.