La mise en service du TGV Méditerranée

10 juin 2001
02m 20s
Réf. 00134

Notice

Résumé :

Le TGV Méditerranée qui relie Paris à Marseille en trois heures est mis en service le 10 juin 2001.

Date de diffusion :
10 juin 2001
Source :

Éclairage

C'est le 27 septembre 1981 que le train à grande vitesse (TGV) entre pour la première fois en service : il relie Paris et Lyon en 2 heures 40. En 1983, Lyon n'est plus qu'à 2 heures de Paris, soit moitié moins qu'avant l'entrée en circulation du TGV. La SNCF développe par la suite le TGV sur le territoire national : le TGV Atlantique en 1990, puis en 1993 le TGV Nord entre Paris et Lille. Le TGV s'ouvre aussi au trafic international et gagne Londres avec l'Eurostar en 1994 et le Benelux avec le Thalys à partir de 1996. Par ailleurs, la SNCF prolonge des réseaux TGV déjà existants. Le tronçon à grande vitesse Lyon-Marseille est ainsi inauguré le 7 juin 2001 par le président de la République Jacques Chirac. Permettant d'achever l'axe Paris-Marseille, le TGV Méditerranée met désormais les deux villes à seulement trois heures. Cinq années ont été nécessaires pour réaliser les 250 kilomètres de ligne nouvelle entre Lyon et Marseille. De nombreux ouvrages d'art ont dû être réalisés, trois nouvelles gares ont été construites hors des centres-villes à Valence, Avignon et Aix-en-Provence, et celle de Marseille-Saint-Charles a été réaménagée. En tout, les travaux ont coûté 3,8 milliards d'euros, en grande partie pour respecter l'environnement. Le TGV Méditerranée connaît un succès fulgurant malgré une régularité initiale très imparfaite : 18 millions de personnes l'empruntent dès sa première année de circulation. Il permet à la SNCF d'inverser la tendance par rapport à l'avion. En 2006, sur le trajet Paris-Marseille, le TGV occupe 70% du marché contre 40% avant sa mise en service. En réduisant considérablement les distances entre Paris et la Méditerranée, le TGV Méditerranée a eu pour principal effet de bouleverser la représentation spatiale des déplacements en France. De nombreuses personnes l'empruntent en effet pour leurs loisirs ou leurs déplacements professionnels, ce qui a accru fortement le tourisme sur le littoral méditerranéen et favorisé le développement des villes desservies par le TGV. Le TGV Méditerranée n'est pas la dernière réalisation à grande vitesse de la SNCF. La mise en service du TGV Est européen en juin 2007 permet de relier Paris à Nancy et Metz en 1 heure 30 et Strasbourg en 2 heures 20. Des lignes TGV sont également en projet vers Bordeaux, Barcelone et Turin.

Le reportage présenté ici est placé en ouverture du journal télévisé de 13 heures de France 2, le 10 juin 2001. Un tel positionnement atteste que la rédaction de la chaîne publique a choisi de traiter la mise en service du TGV Méditerranée comme le principal évènement du jour. On peut aisément imaginer qu'en ce dimanche 10 juin 2001 elle a estimé que l'actualité nationale et internationale ne comportait pas d'évènement plus essentiel, sachant que l'une des principales activités d'une rédaction est précisément de hiérarchiser les informations. Le reportage adopte un traitement anecdotique et vivant qui s'emploie à mettre en valeur les premiers utilisateurs du TGV et non le train lui-même. La technique du micro-trottoir est ainsi utilisée au départ et à l'arrivée du train afin de recueillir leurs sentiments et leurs impressions sur ce premier voyage. De même, les images filmées à l'intérieur du train au cours du trajet consistent essentiellement en des plans de voyageurs. La nouvelle ligne n'est quant à elle jamais montrée, hormis un rapide plan d'un pont, filmé depuis la cabine du conducteur du TGV : on n'aperçoit ni les paysages, ni les nouveaux ouvrages d'art empruntés par le train. Appuyé par un commentaire au ton assez décalé, ce sujet prend bien les traits d'un recueil de "choses vues", selon les termes de la présentatrice Béatrice Schönberg. Il contraste en cela nettement avec les reportages qui ne relatent l'ouverture d'un nouveau moyen de transport que sous l'angle technique ou institutionnel.

Christophe Gracieux

Transcription

Béatrice Schönberg
Madame, Monsieur, bonjour. Dans l'actualité de ce dimanche, les premiers pas commerciaux du TGV Méditerranée. Les passagers partis à sept heures vingt-et-une de Paris sont arrivés à quelques trois heures après en gare Saint Charles, un gain de temps plus qu'appréciable, on se rue sur cette nouvelle ligne. La SNCF annonce déjà que les TGV Méd du week-end prochain sont pleins à 80% et qu'au total, huit cent mille billets ont déjà été réservés. Chose vue à bord du premier train parti de la capitale, Florence Griffond et Vincent Mouffartigues.
Florence Griffond
Évidemment, ça change de l'accueil habituel. Un départ en fanfare pour Marseille : à sept heures ce matin, les voyageurs ont le sourire, et certains plus que d'autres.
Inconnu
C'est effectivement un grand jour, c'est une première, c'est un peu comme la rentrée des classes. Et demain et bien ça rentrera dans, je dirais dans le commun du quotidien.
Inconnu 2
J'espère que ça va marcher !
Inconnu 3
Non, non c'est, non non mais c'est vachement bien de s'amuser. En fait on fait une journée à la mer, mais version, au lieu de faire Dieppe, on fait Marseille, voilà.
Florence Griffond
En tout, mille quatre-vingt passagers embarquent pour le premier TGV Méditerranée, presque sept heures vingt : il faut y aller. A l'intérieur, ambiance studieuse pour les passionnés, qui en profitent pour réviser leur album souvenir. Pas de quoi tenir en éveil tous les passagers. Il faut dire que jusqu'à Valence, le voyage est ordinaire. Justement, la Drôme est en vue, pour ces cheminots en week-end, ça s'arrose.
Inconnu 4
Et bien nous trinquons...
Inconnu 5
A la santé du TGV Méditerranée ?
Inconnu 4
et à la prospérité de la SNCF et du TGV Méditerranée !
Florence Griffond
A trois cents kilomètres heure, le conducteur a à peine le temps d'apprécier les ouvrages d'art. Il est dix heures vingt-cinq, le TGV arrive déjà en gare de Marseille Saint Charles : une arrivée plutôt triomphale. Les pionniers de la ligne auront des choses à raconter.
Inconnue
Formidable, ça c'est très bien passé et une bonne ambiance.
Inconnu 6
On ne réalise pas qu'on roule à trois cents, mais bon on s'en rend compte quand même en voyant défiler le paysage que ça va très vite.
Florence Griffond
Dernière photo souvenir pour les officiels, place aux lignes régulières. Pour la SNCF, les choses sérieuses ont bel et bien commencées.