Le pétrole du Sahara arrive à Marseille

12 mars 1958
45s
Réf. 00221

Notice

Résumé :

Un premier tanker pétrolier arrive au port de Lavéra. Le pétrole saharien de Hassi Messaoud peut donc être traité dans les raffineries de l'étang de Berre. 

Date de diffusion :
12 mars 1958

Éclairage

En 1956, en plein conflit algérien, du pétrole est découvert au Sahara dans la région d'Hassi-Messaoud au sud de Touggourt. Parmi les sociétés qui avaient obtenu des autorisations de forage, c'est la SN Repal (Société nationale de recherche et d'exploitation du pétrole algérien) qui a fait la découverte la plus prometteuse. En pleine guerre froide entre les États-Unis et l'Union soviétique, la France voit dans le pétrole algérien l'occasion d'assurer son indépendance énergétique, à un moment où les besoins en énergie sont énormes, dans un contexte de forte croissance économique (les Trente Glorieuses).

Le pétrole saharien, bientôt transporté par oléoduc jusqu'aux ports de Philippeville (aujourd'hui Skikda), Bougie (Bejaïa) et Bône (Annaba), arrive en mars 1958 au port pétrolier de Lavéra, annexe du port de Marseille. Transporté par des navires spécialisés appelés à un grand développement, le pétrole saharien alimente dans un premier temps les raffineries toutes proches de l'Etang de Berre. Depuis les années trente, trois raffineries ont en effet été construites : deux sur l'étang lui-même, à Berre (Shell) et La Mède (Compagnie française des pétroles-Total), et l'une au bord de la mer à l'entrée du chenal de Caronte, à Lavéra sur la commune de Martigues (BP). L'augmentation des importations pétrolières dans l'après-guerre a d'autre part nécessité la construction dès 1949 d'un nouveau port, spécialisé dans le trafic pétrolier à Lavéra, mis en service en 1952. Par la suite, le port de Lavéra puis celui de Fos seront reliés au nord-est de la France et à l'Allemagne par des oléoducs de forte capacité. Les tonnages transportés sont encore modestes - 15 000 tonnes lors de la première livraison, nous dit le reportage - à comparer avec les tonnages ultérieurs de plusieurs millions de tonnes. À noter que le premier navire qui a importé le pétrole saharien se nomme Président Mény, du nom de Jules Mény (1890-1945), polytechnicien et ingénieur des mines, qui fut le premier président de la Compagnie Française des Pétroles (CFP). Cette compagnie avait été créée en 1928 à l'instigation de Raymond Poincaré, alors chef du gouvernement, pour défendre et gérer les intérêts pétroliers français du Moyen-Orient, dans le cadre du partage des richesses pétrolières de l'ancien empire ottoman, après la Première Guerre mondiale.

Enfin, il faut préciser que le pétrole saharien allait jouer un rôle dans l'évolution du conflit algérien, la France essayant d'obtenir un statut particulier pour le territoire saharien. Les accords d'Évian de 1962, qui ont mis fin à la guerre, ont d'ailleurs accordé des avantages à la France dans le Sahara (expériences nucléaires et traitement particulier pour les compagnies pétrolières françaises), jusqu'à la nationalisation du pétrole algérien en 1971 par le président Boumédiène.

Nicole Girard

Transcription

(Musique)
Journaliste
L'arrivée au quai de Martigues-Lavéra du tanker Président Mény a marqué une date. Pour la première fois, le pétrole du Sahara allait couler en France. En branchant les conduites qui allaient permettre d'envoyer les 15 000 tonnes de pétrole vers la raffinerie, la dernière liaison était établie avec le lointain puits d'Hassi-Messaoud.
(Musique)
Journaliste
Entre le premier jaillissement du pétrole dans le désert et l'arrivée du premier pétrole saharien dans les cuves de stockage des raffineries de l'étang de Berre, moins de 2 ans se sont écoulés. Mais les petits miracles modernes à base de pétrole ne sont plus pour nous étonner.