Réouverture de la liaison ferroviaire Nice-Coni

06 octobre 1979
02m 35s
Réf. 00242

Notice

Résumé :

La ligne ferroviaire Nice-Coni vient d'être rouverte 51 ans après sa première mise en service. L'objectif est de désenclaver les vallées alpines et de développer le tourisme dans les stations de ski.

Date de diffusion :
06 octobre 1979
Source :
France 3 (Collection: SOIR 3 )

Éclairage

La liaison ferroviaire Nice-Cuneo (ou Coni) dans le Piémont emprunte la haute vallée de la Roya qui, avec les vallées voisines de la haute Tinée et de la Vésubie, était restée en territoire italien après le rattachement du comté de Nice à la France en 1860. Après la Seconde Guerre mondiale, le traité de paix avec l'Italie, confirmé par un plébiscite le 12 octobre 1947 dans les communes concernées, mit fin à cette anomalie en faisant coïncider la frontière avec la ligne de partage des eaux. L'histoire de cette ligne de chemin de fer, qui remonte aux années 1850, alors que le comté de Nice est italien, se confond avec celle des relations entre les deux pays, entrecoupées par les deux conflits mondiaux. L'Italie a été à l'initiative de cette construction, pour joindre le Piémont à Vintimille et Nice par le tracé de l'ancienne route du Sel.

Côté italien les travaux ont débuté dans les années 1880 et atteignent le col de Tende (percement d'un tunnel) à la fin du siècle. Côté français, les travaux débutèrent plus tardivement, la jonction étant réalisée en 1922. Les relations tendues entre les deux pays au moment du régime mussolinien puis de la Seconde Guerre mondiale (les deux pays étaient en guerre) interrompirent la mise en service complète de la ligne. L'ensemble du tracé français a subi d'importantes destructions à la fin de la guerre et de nombreux travaux ont dû être réalisés par l'Italie sur le territoire devenu français au titre des dommages de guerre à la suite d'une convention signée seulement en 1970. C'est à cela que fait allusion le sénateur Palmero, conseiller général et, jusqu'en 1977, maire de Menton, qui a été l'un des élus des Alpes-Maritimes à avoir le plus oeuvré à la réouverture de cette ligne (comme au maintien du "train des pignes" entre Nice et Digne). Celle-ci, en octobre 1979, cinquante-et-un ans après sa construction, est donc bien un fait historique. Son intérêt économique est plus marqué pour l'Italie puisque la ligne unit le Piémont et la Ligurie en empruntant une partie du territoire français ; pour la France, il s'agit d'un intérêt davantage local et touristique, grâce à l'embranchement Breil-sur-Roya-Nice qui permet de faire fonctionner le train dit "des Merveilles" en référence à la vallée du même nom, haut lieu touristique du massif du Mercantour. La ligne permet également un accès aisé aux stations de sports d'hiver du versant italien (Limone).

C'est une ligne à voie unique (croisement des trains dans les gares), au tracé tourmenté, qui a nécessité des ouvrages d'art exceptionnels : longue de 119 km, la ligne s'élève du niveau de la mer à 1 279 m à l'entrée du tunnel sous le col de Tende, sur une distance de 85 km. Elle donne une vision du haut pays que la route ne permet pas toujours, notamment entre Breil et Tende.

Nicole Girard

Transcription

Christine Ockrent
«Libre passage, désenclavement des régions», c'était l'un des thèmes du voyage présidentiel dans le sud-ouest. Aujourd'hui, sur une autre frontière naturelle du pays, à l'est cette fois, entre les Alpes maritimes et les Alpes italiennes, un progrès dans ce sens. La ligne de chemin de fer Coni-Breil-Vintimille a été rouverte aujourd'hui. Vue de Nice.
(Silence)
Jean Simon
Ce matin, 8h05 en gare de Nice. Personnalités françaises et italiennes s'apprêtent au voyage inaugural de réouverture de la ligne Nice-Cuneo, cinquante et un ans après sa première mise en service.
Louis Lemaire
La vocation de cette ligne est évidemment de permettre aux Piémontais de rejoindre la Riviera italienne ou de rejoindre la Côte d'Azur, Et cela présente à la fois un intérêt de désenclavement pour la population de la haute vallée de la Roya ainsi qu'un aspect touristique extrêmement important pour les gens de la côte méditerranéenne, Puisqu'elle permettra aussi bien en été d'aller dans la Vallée des Merveilles, qu'en hiver d'aller faire du ski dans les hautes stations italiennes.
Jean Simon
Première étape, Breil sur Roya, véritable noeud ferroviaire entre Cuneo, Nice et Vintimille. Que représente pour l'Italie la réouverture de la ligne Nice-Coni ?
Inconnu 1
Je crois une grande journée et je crois surtout une occasion de nous connaître de nous aimer encore plus.
Francis Palmero
Et le résultat heureux d'un combat de trente quatre années, contre l'indifférence d'abord, contre l'incrédulité souvent, et même contre l'opposition de ceux qui voulaient sacrifier le chemin de fer pour privilégier la route. En réalité, la vérité c'était d'avoir les deux. C'est chose faite aujourd'hui, grâce en partie à l'Italie, que comme parlementaire français j'ai sollicitée, et qui finance largement ces travaux. Quinze milliards de centimes pour la voie ferrée, trois milliards pour la rectification des lacets du col de Tende. C'est tout de même dix-huit milliards de centimes qui sont investis dans cette vallée. Les dégâts de la guerre sont maintenant réparés, la guerre est finie dans la vallée de la Roya.
Jean Simon
Pas pour tout le monde, les cégétistes demandent deux conducteurs par voiture, les écologistes s'élèvent contre les mines d'uranium.
(Bruits ambiants)
Jean Simon
En ce 6 octobre 1979, la ligne ferroviaire Nice-Cuneo a ressurgi de ses cendres. Dès demain, le trafic reprendra normalement entre la France et l'Italie.