L'assassinat du juge Michel

21 octobre 1981
02m 19s
Réf. 00243

Notice

Résumé :

Le juge Michel a été assassiné à Marseille. Il était en charge du dossier de la French Connection, avec notamment l'affaire de la tuerie du bar du Téléphone. Pour le moment, les enquêteurs s'interrogent : le juge était-il sur le point de révéler une nouvelle affaire ? Est-ce un crime relevant d'une organisation internationale ?

Date de diffusion :
21 octobre 1981
Source :
France 2 (Collection: JA2 20H )
Personnalité(s) :

Éclairage

Le 21 octobre 1981, à 12 h 30, un juge est assassiné à Marseille, boulevard Michelet. Ce n'est pas n'importe quel juge, mais celui que l'on surnomme "le justicier" ou "le cowboy". Pierre Michel, 38 ans, premier juge d'instruction à Marseille, a été abattu à bout portant alors qu'il rentrait à son domicile, à moto. Il a été abattu froidement de trois balles de 11.43 par deux motards. Deux de ses confrères rendent hommage à ce juge courageux. Le brillant magistrat était en charge d'affaires criminelles sensibles comme la tuerie du Bar du Téléphone, et surtout la French-Sicilian Connection. En effet, depuis son arrivée à Marseille, le juge Michel s'est opposé au trafic d'héroïne, avec succès : il a démantelé six laboratoires de transformation, arrêté de nombreux trafiquants. Il venait de convoquer dans son bureau Gaetan Zampa (dit Tany), parrain du "milieu" marseillais, pour un rendez-vous le 23 octobre. Zampa, suspecté pour ce meurtre, sera emprisonné en décembre 1983 : il sera retrouvé pendu dans sa cellule à l'été 1984.

L'enquête sur ce meurtre soigneusement prémédité et exécuté rebondira en Suisse, cinq ans après : la police identifiera le conducteur de la moto, Charles Altiéri, le tueur du juge, François Cecchi. Les commanditaires étaient François Girard et Homère Filippi dit "le Chimiste", proche de Zampa. Ils seront tous condamnés à la réclusion à perpétuité.

Bibliographie :

Jacques Derogy, Jean-Marie Pontaut, Enquête sur les mystères de Marseille, Paris, Robert Laffont, 1984. 

Alain Laville, Le Juge Michel. Pourquoi est mort celui qui allait révéler les secrets de Marseille, Presses de la Cité, Paris, 1982.

Filmographie :

Philippe Lefebvre, Le Juge, 1984.

Cédric Jimenez, La French, 2014.

Marie-Françoise Attard

Transcription

Christine Ockrent
Madame, Monsieur, bonsoir. Un juge est mort ce midi à Marseille, assassiné dans la rue. Pierre Michel, trente-huit ans, deux enfants, était un magistrat brillant chargé de tous les grands dossiers criminels de la région de Marseille. Et notamment des affaires de stupéfiants, de fausse monnaie et aussi de la tuerie du Bar du Téléphone. Les faits d'abord sur des images très dures.
Patrick Simpson-Jones
L'immeuble du Corbusier, dans le sixième arrondissement de Marseille, il est treize heures. En bas, la contre-allée du boulevard Michelet. Un motard, coiffée d'un casque blanc, s'arrête à un feu rouge. Il est rejoint par une autre moto sur laquelle sont assis deux jeunes gens. Trois coups de feu retentissent. Le juge d'instruction Pierre Michel est atteint de trois balles de 11.43 dont deux à la tête et une dans le thorax. La mort est instantanée. Pierre Michel avait trente-huit ans, marié et père de deux enfants. Il était juge d'instruction à Marseille depuis 1974 et avait été chargé de nombreux dossiers criminels parmi lesquels la célèbre affaire de la tuerie du Bar du Téléphone, en 1978. Depuis, le juge travaillait étroitement avec ses collègues italiens sur une possible renaissance de la « french connexion » concernant le trafic de drogue en direction Europe-Etats-Unis. Pas d'indices. Une chose est certaine, c'est un coup de professionnels, parfaitement mis au point. Les deux meurtriers ont pris la fuite. Pour le compte de qui ont-ils agi ? Le juge Michel était-il sur le point de découvrir une grosse affaire ? S'agit-il d'un geste spectaculaire destiné à impressionner les autres magistrats, ou même le milieu international ? Personne ne le sait. Pour le moment, il n'y a ni piste ni explication. Ce soir, magistrats et avocats rendent hommage au juge Pierre Michel, qui faisait partie de cette nouvelle génération de magistrats, plus enquêteurs sur le terrain que leurs prédécesseurs.
(Silence)
Avocat 1
[C'est] toute la justice qui est attaquée lorsque l'on tue un juge, on s'attaque à un un des piliers de la société, c'est la justice. Il ne faut pas que la justice soit remise en cause, surtout pas de cette manière.
Avocat 2
Je pense que c'était un magistrat extraordinaire, un magistrat très courageux dans son travail et je pense qu'il en est mort.