La fête des citrons à Menton

07 février 1997
01m 59s
Réf. 00255

Notice

Résumé :

La légende raconte qu'Eve a enterré un citron dans le sol de Menton parce que ce lieu lui rappelait la douceur de l'Eden. Aujourd'hui, Menton est célèbre pour ses citrons délicatement parfumés, et chaque année la fête du citron attire de nombreux visiteurs.

Date de diffusion :
07 février 1997
Source :
France 2 (Collection: JA2 20H )

Éclairage

Le climat méditerranéen à tendance sub-tropicale qui règne à Menton est particulièrement favorable aux agrumes. Symboles de la ville, les citrons de Menton ont acquis une grande célébrité, même si aujourd'hui il ne subsiste plus guère de cultures. Cette renommée a suscité une légende. Celle-ci raconte qu'au moment de quitter le Paradis, Eve s'empara d'un citron qu'elle dissimula entre ses mains. Arrivée à Menton, elle enterra le citron en déclarant : "C'est ici, dans ce Paradis de rêve que je retrouve notre Paradis ".

Tous les ans depuis 1875, pour la période du Mardi Gras, Menton renoue pendant quinze jours avec la " Fête des Fruits d'Or ". Devenue "traditionnelle", la fête du Citron est, dans une certain mesure, une originale adaptation du Carnaval. En effet, afin d'agrémenter les loisirs d'une clientèle fortunée venue de l'Europe entière passer l'hiver sur la Riviera, les hôteliers mentonnais eurent l'idée de créer un divertissement, à l'instar d'autres villes de la côte, à commencer par Nice. C'est ainsi qu'en 1876 fut organisée la première fête du carnaval qui connut aussitôt un franc succès. Mais, en février 1929, un hôtelier, pour pallier la baisse de fréquentation touristique, décida d'organiser une exposition composée de fleurs et d'agrumes dans les jardins de l'Hôtel Riviéra. Le succès fut lui aussi immédiat et l'expérience se renouvela l'année d'après. En 1934, les organisateurs décidèrent de renommer la fête dédiée dorénavant au citron ; le "Carnaval de Menton" ou "Carnaval des Fruits d'Or", qui devint ensuite "La fête du Citron". Malgré une interruption forcée entre 1940 et 1945, la célébration n'a cessé de connaître une renommée grandissante. Ainsi, de 50 000 visiteurs en 1980, le nombre de visiteurs venus du monde entier passa à 200 000 dix ans plus tard.

L'organisation de cette célébration se prépare, en principe, dès le mois de septembre pour le mois de février de l'année suivante. À l'approche de la date du début des festivités (vers la mi-février), des dizaines d'employés du Service des espaces verts fixent un à un sur des grillages, à l'aide de 500 000 élastiques, des motifs composés avec 120 tonnes d'agrumes. Avant 1965, les agrumes étaient fixés sur des pointes en acier. Mais cette pratique tendait à les faire rapidement pourrir. Sur les 120 tonnes d'agrumes utilisées pour la Fête du Citron, seulement 80 tonnes sont produites dans le Mentonnais. Le reste est importé de Valence en Espagne, ville jumelée avec Menton. À la fin de la fête, tous les fruits ne sont pas jetés. Ceux qui demeurent en bon état sont vendus en gros à de très bons prix, les autres sont destinés à l'élaboration de vin d'orange ou de vin de citron.

Bibliographie :

Franck Ricordel, Menton et la fête du citron, Nice, Serre, 1993.

Chloé Rondeleux

Transcription

Bruno Masure
On s'amuse, on s'amuse. Si Nice a son carnaval, Menton a sa fête du citron. Les festivités commencent demain. Tout de suite, un petit zeste en compagnie de Yasmina Farber et Didier Beaumont.
Yasmina Farber
La légende raconte qu'Eve avait emporté un citron d'Eden. Quand elle aperçut le golfe de Garavan, la douceur lui rappela le paradis, elle enterra le citron dans le sol de Menton. 100 000 citronniers ont fait la richesse de la ville. Aujourd'hui il n'en reste que 4.000 mais cette variété de citron est toujours recherchée.
François Mazet
C'est une peau un peu plus épaisse mais il a une conservation d'un mois et demi et il a des qualités gustatives incomparables avec les autres citrons.
Yasmina Farber
Plus à l'aise dans les épiceries fines que sur les chars, le citron de Menton a laissé sa place à ses amis espagnols. Accompagnés d'oranges, ce sont 130 tonnes d'agrumes qui sont nécessaires à la préparation de la fête. Pour éviter que les fruits pourrissent trop vite, ils sont fixés avec des élastiques. Une drôle d'idée que cette fête du citron, née au XIXe siècle.
Josiane Tricotti
Au départ, ce n'est pas un carnaval bien sûr, c'est un hôtelier de Menton qui à une période où le tourisme hivernant devient de plus en plus rare, décide de présenter simplement les agrumes qui sont produits à Menton dans son jardin d'hôtel, au Riviera Palace. Et ce qui est tout d'abord une simple curiosité devient en très peu de temps un phénomène que l'on vient voir.
Yasmina Farber
Aujourd'hui, 200 000 personnes se pressent pour voir les chars et les motifs dans les jardins Bioves. Pour certains spectateurs, la fête du citron est parfois synonyme de marché.
Francis Augier
Le dernier corso, ils savent que c'est le dernier, alors les gens sautent en dessus avec des petits paniers, des sacs en plastique et puis ils arrachent tout ça, ils arrivent même a arracher le grillage avec les mains, tellement ils veulent récupérer une orange ou un citron.
Yasmina Farber
Cette année, le thème de la fête, c'est une histoire de prince, Menton rend hommage à son voisin monégasque. Et pour ceux qui veulent un citron souvenir, les agrumes en bon état seront vendus à bas prix à la fin des festivités.
Bruno Masure
Voilà, à la Sainte-Eugénie, les citrons ne sont pas racornis. Cinéma, comme nous sommes un peu...