La fin du Mandarom

05 septembre 2001
02m 13s
Réf. 00268

Notice

Résumé :

Sur décision de justice, la statue monumentale du gourou Gilbert Bourdin qui dominait le site du Mandarom doit être détruite. Les gendarmes mobiles ont investi les lieux pour éloigner les quelques membres de la secte encore présents.

Date de diffusion :
05 septembre 2001

Éclairage

La destruction de la statue monumentale, haute de 33 mètres, du gourou cosmoplanétaire Gilbert Bourdin marque la fin d'une histoire rocambolesque et attristante commencée en 1969. C'est cette année-là que la secte qu'il a fondée, l'Ordre des chevaliers du lotus d'or, s'installe à Castellane, sur les pentes de la montagne de La Baume, dominant la vallée du Verdon et le barrage de Castillon. La secte a acheté là 55 ha pour y édifier une "cité sainte" - la cité sainte de Mandarom Shambhaselem -, ce qu'elle fera en bénéficiant de l'aveuglement des autorités locales et de la complaisance intéressée d'élus et d'entrepreneurs. Là, les fidèles se livrent à des cérémonies destinées à repousser les attaques des démons, lémures et autres atlantes. Peu à peu le site se couvre d'une dizaine de bâtiments polychromes voulant incarner le syncrétisme de l'aumisme, la "religion de l'univers", la religion du "IIIe millénaire", " vivante synthèse " - sic - des principales traditions religieuses de l'Orient et de l'Occident. On trouve donc dans ce qui ressemble à un parc d'attractions (dont l'entrée est payante ... pour les curieux qui y viennent) une mosquée, un temple dit de Kolki, un Temple d'or, une statue géante - 22 mètres - du Bouddha assis, un Christ cosmique de 21 mètres et, en 1990, la plus haute de toute, celle de "Sa sainteté le Seigneur Hamsah Manarah", autrement dit Gilbert Bourdin, qui s'est autoproclamé nouveau messie en 1989. Ces statues ont été construites sans permis de construire, ce qui permet au tribunal correctionnel de Digne d'en ordonner la destruction le 30 juillet 2001.

Les ennuis judiciaires de la secte et de son chef ont commencé bien avant, à l'initiative en particulier de l'Association interdépartementale et intercommunale pour la protection des sites du Verdon. Mais les membres de la secte, devenue l'association La Vajra triomphante, ont utilisé toutes les ficelles juridiques pour retarder les échéances. Cependant Gilbert Bourdin a pu être mis en examen pour viols en 1995. En 2001, il est mort depuis trois ans et il ne reste plus sur place qu'une vingtaine de ses disciples, qui passent les journées des 5 et 6 septembre à prier et chanter. La statue du "messie", construite en béton fortement armé, nécessitera deux jours d'efforts et 15 kg de dynamite pour être détruite. Elle s'effondrera le 6 septembre, à 17 h 20.

Jean-Marie Guillon

Transcription

Catherine Matausch
A 6 heures ce matin, des dizaines de gendarmes mobiles sont entrés dans la cité du Mandarom, près de Castellane. Après 8 années de procédure, l'imposante statue doit être détruite, conformément à une décision de justice. L'opération qui a commencé par l'évacuation des quelques adeptes encore sur place s'achèvera d'ici 48 heures. Véronique Bouvier, Léo Centofanti.
Véronique Bouvier
5 heures du matin, vent de panique sur la cité du Mandarom. Les adeptes découvrent surpris que c'est aujourd'hui que l'Etat intervient pour démolir la statue du messie cosmoplanétaire. Très vite, ils cadenassent l'entrée et vont s'enfermer dans le petit temple.
Christine Amaury
C'est une résistance pacifique, regardez avec quoi je suis, avec des dossiers, je suis pas avec des armes. Mais apparemment quand on est avec des dossiers, avec la loi, on est plus, l'Etat nous craint plus que quand on est avec des armes.
Véronique Bouvier
A 6 heures précises, les forces de l'ordre interviennent accompagnées d'un huissier. Les adeptes de la secte refusent d'obtempérer, les gendarmes forcent la grille d'entrée, dans le même temps un escadron prend place et sécurise la cité. Leur mission : déloger les occupants qui crient au scandale.
(Silence)
Inconnue
Envahir un monastère, ça s'est jamais vu. Je pense moi alors que c'est le début en France du Kosovo. On casse un monastère, on casse une statue c'est un temple, et je pense que ça va être l'ouverture de beaucoup de choses en France ; je le pense sincèrement et ça, ça me fait un peu peur.
Véronique Bouvier
Un membre du Mandarom s'enchaînera même au sommet de la statue, obligeant l'Etat à des tractations. Finalement, vers 7 h 30, tout rentre dans l'ordre. Commence alors une autre phase : la préparation du dynamitage de la statue. Dans le même temps, le préfet des Alpes de Haute-Provence explique à la presse la raison de cette intervention précoce.
Bernard Lemaire
Et comme il ne s'agit pas d'un appel suspensif, je n'avais aucune raison d'attendre. Le deuxième aspect, c'est que je le souhaitais le faire sans qu'il y ait trop d'opposition, trop de curieux, et il est évident que si j'avais dû le faire après le 10, entre le 10 et le 15, c'était un événement trop annoncé.
Véronique Bouvier
Dans la matinée, les experts, après avoir examiné la statue, sont catégoriques. Devant la solidité de l'édifice, il faudra attendre demain pour la voir s'écrouler.
Catherine Matausch
Cet incendie...