Akhénaton, chanteur du groupe IAM

09 décembre 2004
06m 04s
Réf. 00274

Notice

Résumé :

Le chanteur du groupe de rap IAM, Akhénaton, analyse les paroles de sa chanson Par envie dans un studio d'enregistrement de Marseille.

Type de média :
Date de diffusion :
09 décembre 2004
Source :
Personnalité(s) :
Thèmes :

Éclairage

C'est à New York, où se trouve une partie de sa famille, que Philippe Fragione surnommé Chill découvre à l'été 1986 le monde professionnel du rap new-yorkais et commence à créer son réseau. De retour de ce premier voyage, il commence à écrire ses premiers textes en français et se produit avec le groupe Massalia Sound System (MSS). En 1988, il retourne à New York avec une petite équipe de Marseillais, le groupe IAM dont il est le leader (voir Le rap à Marseille). À cette époque, la mode dans le rap new-yorkais est égyptienne et le groupe IAM sera le premier à développer cette tendance en France. Les membres du groupe choisissent des pseudonymes artistiques correspondant à une mythologie égyptienne : Chill est Akhenaton, nom pris par le pharaon réformateur Aménophis IV, Éric est Kheops, pharaon de la IVe dynastie qui fit édifier la grande pyramide de Gizeh, François, Kephren, successeur de Kheops qui fit bâtir la deuxième pyramide de Gizeh et Pascal, Imhotep, l'architecte concepteur de la pyramide à degrés de Saqqarah.

En 1995, il enregistre son premier album solo Métèque et mat, un autoportrait où il évoque les influences dont il se sent l'héritier, influences napolitaines, musulmanes et marseillaises. En effet, Philippe Fragione, né en 1968 à Marseille, est d'origine italienne. Il a grandi à Plan-de-Cuques mais fréquentait souvent la cité du Parc Bellevue. Par ailleurs, il a quitté la religion catholique, dans laquelle il a été élevé, pour se convertir à l'islam en 1992. Métèque et mat se vend à près de 300 000 exemplaires. Six ans plus tard, en 2001, il réalise une seconde escapade en solitaire avec Sol Invictus. Parallèlement à cette carrière, il participe à plusieurs films, parmi lesquels Comme un aimant, en 2000, avec Kamel Saleh. Tourné comme un documentaire à l'aide d'une caméra mobile, le film met en scène des acteurs non professionnels. Il montre la vie d'un groupe de huit amis qui traînent leur ennui et leur oisiveté dans le quartier du Panier. Le titre renvoie d'ailleurs au pouvoir d'attraction du banc où ces jeunes désoeuvrés restent collés une bonne partie du temps et vers lequel ils reviennent systématiquement. Le film, sélectionné par la Semaine de la critique à Cannes, a fait plus de 100 000 entrées. Akhénaton a créé aussi le label musical Côté Obscur, la maison d'édition La Cosca et le label musical 361 Records. Il a produit des morceaux pour de nombreux rappeurs (Bambi Cruz, Passi, Stomy Bugsy, etc.). Akhénaton est donc un rappeur qui a véritablement marqué la scène nationale et internationale du rap. Pionnier de ce genre musical en France, il a su le faire évoluer en diversifiant les moyens de diffusion (cinéma, structures de production, télévision, clip vidéos etc.). Par son style et ses références, il est très représentatif d'un certain syncrétisme marseillais.

Bibliographie :

Delphine Sloan, IAM de A à Z, Paris, Prélude et fugue, "les guides MusicBook", 2003.

Filmographie :

Kamel Saleh et Akhénaton, Comme un aimant, 2000.

Discographie :

Métèque et mat (1995)

Sol Invictus (2001)

Black Album (2002)

Soldats de Fortune (2006)

Transcription

Fabrice Drouelle
En attendant, ce qui nous intéresse dans votre oeuvre, que ce soit en solo ou au sein de IAM, c'est qu'il y a au-delà d'un message, il y a un vrai discours, vous dites des choses.
Samantha Ramsamy
(...) un artiste engagé quand même.
Fabrice Drouelle
Voilà, et donc on va, on va se lancer dans une espèce d'explication de texte d'une chanson qui s'appelle Par envie, et on va le faire en images.
(Musique)
Akhenaton
Aujourd'hui, les gens viennent en étant artiste, et disent : «je veux être star».
(Silence)
Akhenaton
Qu'est-ce que ça veut dire dans l'absolu : je veux être star ? Ça veut dire, très simplement, chez les plus jeunes, «je veux être connu». Je veux les bons côtés de la célébrité. La célébrité elle comporte pas que des bons côtés. Par envie le titre est venu avant, avant l'écriture. Mais vraiment pour, pour dire que tout ce qu'on fait aujourd'hui, et le fait d'être dans la musique et de, de faire, de faire ce qu'on fait, On le fait parce qu'on en a envie ... pas par nécessité.
(Musique)
Akhenaton
En fait c'est une description d'une maison et d'un jardin. Et qui sont tous les deux symboles, symbole de, symbole de, de la célébrité, alors avec tout ce qu'ils contiennent. Puisque ça commence avec : «j'ai vu les fruits pendre des branches», donc c'est une référence réellement à la pomme, et «j'aurais pu me tendre et les prendre, il y avait là une statue d'or, des feux éteints, des planches et des cendres». Donc c'est vraiment des références qu'on peut dire monothéistes puisque les juifs, les chrétiens et les musulmans pourraient s'y raccrocher, ça fait partie de leurs traditions, le fruit, la statue d'or, et le feu, qui sont, qui sont des symboles en fait de, en réalité du diable. Didier !
(Musique)
Akhenaton
Après avoir parlé du paradis tel qu'il est, on passe de suite au paradis artificiel, donc c'est toutes les tentations qui nous guettent quand on est artiste parce qu'on est soumis à des, on va dire à des, à une surexposition et à une sorte de, comment dire, j'aime pas ce mot, mais ça existe, une sorte d'idolâtrie, qui peut avoir des revers, des revers désagréables et c'est surtout je pense que l'artiste a une responsabilité vis-à-vis de ça. Puisqu'aujourd'hui, par exemple, des artistes comme nous, on n'a jamais été dans des journaux à scandale ou dans les trucs comme ça, parce qu'on l'a voulu et parce que c'est un choix de positionnement de ne pas être dans cette veine là...
(Musique)
Akhenaton
Je me suis coupé le sifflet. Tout le monde a le choix, dans la musique on a tous le choix, alors dire : «j'ai pas le choix, je dois faire ça», c'est qu'on a commencé à déposer les armes.
(Musique)
Akhenaton
En fait c'est Deni Hines qui fait le refrain. Je suis assez d'accord avec le fait qu'elle dise «We can't love», c'est pas nécessairement qu'on ne peut pas aimer aujourd'hui. C'est qu'on peut pas l'exprimer, et, et, et ça, ça donne des situations détonantes quand on l'exprime, quand on peut pas s'exprimer sur l'amour, c'est pour ça que je pense que c'est des trucs auxquels je réfléchis énormément mais, je m'applique souvent à dire mes enfants que je les aime, et à leur, à leur, à leur montrer. Comme à ma femme d'ailleurs, c'est, je pense que c'est la société se crée dans la cellule familiale. Les cellules familiales stables et qui ont des, des, une manière ouverte et une manière simple de, de, de discuter, le font automatiquement avec les autres personnes.
(Musique)
Akhenaton
Bon moi je suis, je crois en Dieu, mais je crois aussi que on a été fait et que après on est décisionnaire de, de, de, et responsables de nos actes et de nos gestes.
(Musique)
Samantha Ramsamy
Retrouvez la chanson Par Envie dans ce maxi CD Stratégie d'un pion. Dans les bacs depuis le 16 novembre dernier, la compilation d'IAM Anthologie, il y a également la sortie d'un DVD live enregistrée au Dôme...