Le festival de Cannes a 60 ans

20 mai 2007
02m 06s
Réf. 00278

Notice

Résumé :

Aujourd'hui, Cannes célèbre le 60 anniversaire du festival. Un film exceptionnel, réalisé par 35 cinéastes, a été présenté pour l'occasion.

Type de média :
Date de diffusion :
20 mai 2007
Source :
INA (Collection: Soir 3 journal )

Éclairage

Soixante ans de films sur la Croisette, tout le monde célèbre désormais le Festival de Cannes, y compris Bono et le groupe U2 qui proposent un concert surprise sur les marches du palais. À l'occasion de cet anniversaire, carte blanche a été donnée à trente-cinq grands réalisateurs pour une oeuvre collective qui s'appelle "Chacun son cinéma". L'un d'entre eux, Roman Polanski, s'énerve et quitte la conférence de presse collective sur ces mots : "Je crois que c'est une occasion unique, vraiment rare, d'avoir une assemblée de metteurs en scène importants, assis, faisant face à un public de critiques et d'avoir des questions tellement pauvres". Jane Campion, quant à elle, évoque sa peur lorsqu'elle montra son premier film à Cannes. Le réalisateur Elia Suleiman compare les multiples barrages de Cannes, infranchissables sans accréditation, à des check points. Enfin, le réalisateur Raymond Depardon se souvient de ses premiers festivals de Cannes, avec "les starlettes qui se déshabillaient, les photographes qui se bousculaient, comme dans le film La Dolce Vita".

Après un premier faux départ en septembre 1939, le plus prestigieux des festivals de cinéma au monde fut créé en 1946, avec le soutien des Américains et des Britanniques. Il s'agissait alors de concurrencer la Mostra de Venise, devenue d'obédience fasciste dans l'Italie mussolinienne des années 1930. En 1947, le nouveau Palais des Festivals est inauguré. Le festival s'institutionnalise et s'internationalise, avec l'arrivée spectaculaire en hydravion des vedettes américaines. Au total, pas moins de quarante-neuf films en provenance de dix-neuf pays différents furent projetés, dont des chefs d'oeuvre tels que Rome, ville ouverte de Roberto Rossellini ou Les Enchaînés d'Alfred Hitchcock avec Ingrid Bergman et Cary Grant. Aucun prix ne fut décerné cette année-là pour ne fâcher personne - nous sommes au début de la guerre froide et les pressions politiques exercées notamment par la délégation soviétique sont réelles. Néanmoins, le succès est au rendez-vous et les stars aussi.

Par la suite, le Festival de Cannes, qui se déroule tous les ans durant la deuxième quinzaine de mai, devient une véritable institution. Mieux : c'est un rituel chaque année renouvelé, avec son lot de paillettes et de scandales, certes, mais surtout d'authentiques découvertes artistiques. C'est que l'on découvrit Apocalypse Now et Le Tambour (palme d'or ex æquo en 1979), Paris-Texas de Wim Wenders en 1984, Sexe, mensonges et vidéos de l'illustre inconnu de l'époque Steven Soderbergh, Rosetta des frères Dardenne en 1999 ou encore Entre les murs de Laurent Cantet en 2008 ne sont que quelques exemples de véritables films d'auteur qui se sont vus décerner la récompense suprême par des jurys qui ont toujours privilégié l'audace esthétique au succès commercial. Son indéniable succès fait de Cannes le troisième évènement le plus médiatisé du monde après les Jeux Olympiques et la coupe du monde de football, malgré le poids grandissant des sponsors, des médias et des chaînes de télévision. Désormais, le Festival attire 30 000 professionnels de 93 pays, 4 000 journalistes, des milliers de curieux. Parallèlement, se tient le Marché du film, le premier au monde en importance, qui réunit producteurs, distributeurs, partenaires et chaînes de télévision du monde entier.

Le Festival de Cannes stimule de façon incomparable l'économie régionale, en même temps qu'il entretient le mythe de la Côte d'Azur. Pourtant, il maintient le cap que s'est fixé sa figure tutélaire Gilles Jacob, délégué général du festival de 1978 à 2000 et président depuis 2001 : rester un festival qui honore la création tout en étant une fantastique plate-forme médiatique et commerciale pour le cinéma.

Bibliographie :

Pierre Billard, D'or et de Palmes, le Festival de Cannes, Paris, Découvertes Gallimard, 1997. 

Emmanuel Éthis dir., Aux marches du palais, le Festival de Cannes sous le regard des sciences sociales, Paris, La Documentation française, 2001. 

Loredana Latil, Le Festival de Cannes sur la scène internationale, éd. Nouveau Monde, 2005.

Boris Grésillon

Transcription

Bono
Bon anniversaire Cannes !
Journaliste
Un mini concert surprise de U2 improvisé sur les marches. Les festivités pour l'anniversaire du festival de Cannes se sont ouvertes hier soir en musique. Mais 60 ans pour un festival de cinéma, ça se fête surtout en images. Carte blanche a été donnée à 35 grands noms du 7ème art. Des courts métrages de 3 minutes sur le thème des salles obscures. Une oeuvre collective qui s'appelle «Chacun son cinéma». Chacun son cinéma, c'est aussi des coups de colère comme celui de Roman Polanski.
Roman Polanski
Je crois que c'est une occasion unique, vraiment rare, d'avoir une assemblée de metteurs en scène importants assis, faisant face à un public de critiques, et d'avoir des questions tellement pauvres.
Journaliste
Certains sont plus positifs. Pour eux, c'est une belle occasion de se souvenir.
Jane Campion
Je me rappelle, quand j'ai dû montrer mon film, c'était une mauvaise projection. On aurait dit que la majorité du public avait quitté la salle de cinéma. Tout ce que j'entendais, c'était le bruit des sièges qui se rabattaient.
Elia Suleiman
Je suis venu ici sans connaître ce qu'est Cannes. Alors j'ai découvert qu'il y avait des check points partout, vous savez ? Je n'avais aucun badge, je ne comprenais pas à quoi servait un badge.
Raymond Depardon
C'est une autre époque, il y avait des starlettes comme ça, qui se déshabillaient, des photographes qui se bousculaient. Et c'est marrant parce que celui-ci, c'est comme dans le film La Dolce Vota, quoi.
Journaliste
Anniversaire ou pas, à Cannes, les marches, c'est tous les jours. Pour ses 60 ans, c'est comme les grands soirs de la Dolce Vita. Le tapis rouge a vu défiler des maîtres mais aussi la jeune garde du 7ème art. 60 ans après sa création, le plus grand festival de cinéma au monde, fait toujours rêver et semble ne rien avoir perdu de sa jeunesse.
(bruits)