Visite des ports de Marseille

17 septembre 1955
04m 13s
Réf. 00301

Notice

Résumé :

La radio et la télévision sont invitées à visiter les bassins du Port de Marseille. A bord d'une vedette, les journalistes se retrouvent au milieu des paquebots avant de traverser le tunnel du Rove qui rejoint l'étang de Berre. De là, ils se rendront au port pétrolier de Lavéra à Martigues.

Type de média :
Date de diffusion :
17 septembre 1955
Source :
Personnalité(s) :

Éclairage

En septembre 1955, l'équipe de télévision régionale de "Provence Magazine" est invitée par les responsables du Port de Marseille à une visite de l'ensemble des bassins, ceux de Marseille même et ceux des annexes de l'Étang de Berre. Le reportage - assez long - permet de suivre les points forts du trajet et au passage de souligner quelques unes de ses particularités. Au départ du bassin du Lacydon (nom grec du Vieux-Port), l'équipe est accueillie par les responsables du port, le directeur et le président de la Chambre de commerce et d'industrie. Nous sommes avant la grande réforme des ports français de 1965 qui a instauré un nouveau statut - celui des Ports Autonomes - pour les plus importants d'entre eux. Au moment du reportage, le port de Marseille est encore placé sous le contrôle de l'autorité consulaire qui représente les milieux d'affaires de la ville, et notamment l'industrie et le négoce maritime.

Le passage dans les bassins, entre La Joliette et Mourepiane permet de voir quelques navires dont le paquebot Pasteur. Ce bâtiment, devenu mythique, était lors de son lancement en 1938 un paquebot de luxe construit aux chantiers de Penhoët (Saint-Nazaire) pour la Compagnie Sud-Atlantique. Après la déclaration de guerre, il transporta au Canada les réserves d'or de la France avant d'être réquisitionné par les Britanniques qui en firent un navire de transport de troupes et un navire-hôpital. Rendu à la France en 1945, il servit, grâce à sa capacité et sa vitesse, au transport des troupes d'Indochine pendant onze ans, d'où sa présence dans le port de Marseille, ce dont le commentaire ne souffle mot. En 1957, il est revendu à une compagnie allemande et rebaptisé Bremen.

Pour rejoindre l'Étang de Berre, la vedette emprunte le tunnel du Rove, creusé entre 1911 et 1927 sous la chaîne de l'Estaque (ou chaîne de la Nerthe). Jusqu'à son effondrement en 1963 [cf Repmed00332], ce tunnel a assuré une circulation maritime entre la rade de Marseille et l'Étang de Berre, élément d'une liaison entre Marseille et le Rhône essentielle pour les milieux portuaires. Le tunnel débouche dans une impressionnante tranchée à Marignane avant de rejoindre Martigues, à l'abri des houles de l'Étang derrière une digue de protection que l'on voit bien dans le reportage. L'arrêt à Martigues ("les" Martigues comme on dit alors) a lieu dans la villa Khariessa, qui surplombe le plan d'eau, propriété de l'Auxiliaire Maritime, société de courtage dirigée par Maurice Pommé, personnalité du monde maritime, qui en avait fait un lieu de réceptions d'affaires, le Club de l'Étang de Berre, où se retrouvaient la plupart des chefs d'entreprise de la région marseillaise.

La visite se poursuit dans le chenal de Caronte, dragué dans les années 1920 entre les îles qui composent les vieux quartiers de Martigues, pour rejoindre les quais de Caronte, spécialisé dans la réception des pondéreux et surtout des tourteaux d'arachide, matière première des huileries voisines de la société Verminck (plus tard rachetées par Astra-Calvé puis Lesieur).

Le dernier port annexe visité est celui de Lavéra, port pétrolier de Marseille, entré en service quelques années avant le reportage.

Au passage, le journaliste fait admirer le viaduc ferroviaire de Caronte achevé en 1915, emprunté par la voie ferrée Marseille-Port-de-Bouc-Miramas qui contourne l'Étang de Berre par l'Ouest. Sa partie pivotante sur une énorme pile centrale permet le passage des navires de grande hauteur. À noter que le commentaire sur le viaduc ferroviaire, légèrement décalé par rapport à l'image, commence au moment où l'on voit la fermeture, après le passage de la vedette, de l'ancien pont tournant de Martigues sur la RN 568, installé sur le chenal maritime en 1927. Pratiquement à bout de souffle au moment du reportage, il sera remplacé par un pont levant moderne en 1962.

Nicole Girard

Transcription

(Musique)
Narrateur
Sur le Quai des Belges à Marseille, Monsieur Couteau, directeur général du port, accueille ses invités. Ses invités, ce sont la radio et la télévision, qui prennent place à bord de la vedette Pharo. Répondant en effet à une charmante suggestion de la Chambre de Commerce et de la direction du port, une partie de l'équipe de «Provence Magazine» part pour cette course croisière qui lui permet d'admirer d'abord le vieux lacydon puis les divers bassins et de saluer d'un côté les courriers du Maroc, puis de l'autre le cargo Scotland à la traîne d'un remorqueur.
(Musique)
Narrateur
Un peu plus loin, voici le Pasteur.
(Musique)
Narrateur
Après les derniers blocs de béton de la digue, le Pharo et ses passagers arrivent à l'entrée du tunnel du Rove, sombre canal de sept kilomètres quatre cent, qui relie le port de Marseille et l'Etang de Berre.
(Musique)
Narrateur
C'est à la lueur des projecteurs que s'effectue ce trajet qui dure près d'une demi-heure.
(Musique)
Narrateur
Après trente minutes de traversée, l'horizon s'éclaire à nouveau, ce qui nous permet de découvrir la tranchée de Marignane, premier aspect de l'Etang de Berre.
(Musique)
Narrateur
Midi sonne l'escale à la villa Khariessa, où se déroule en direct l'émission «Provence magazine radio». Devant le micro, c'est d'abord Monsieur Dufour, président de la Chambre de Commerce, qui situe l'importance économique des annexes du port de Marseille. Puis c'est Monsieur Couteau, directeur général du port qui, en compagnie de Toursky, en décrit toute la poésie.
(Musique)
Narrateur
Sur l'Etang de Berre, nous croisons un pétrolier panaméen, avant de rendre visite au port de Lavéra, création de la technique française et port pétrolier numéro un de l'Europe.
(Musique)
Narrateur
En compagnie de Monsieur Maurice Pommet, les passagers de la vedette Pharo regagnent maintenant les Martigues. Tandis que tous, officiels, techniciens et reporters de la radio et de la télévision admirent l'arc triomphal que compose pour eux l'admirable viaduc de Caronte.