Inauguration du port de Lavera

16 février 1959
01m 30s
Réf. 00316

Notice

Résumé :

L'inauguration d'un troisième môle au port pétrolier de Lavéra est l'occasion de rappeler l'importance nationale et internationale du port de Marseille dans le trafic pétrolier, au moment où s'intensifient les importations de brut en provenance du Sahara.

Date de diffusion :
16 février 1959

Éclairage

Après la Seconde Guerre mondiale, une puissante industrie pétrolière va se développer sur les bords de l'Étang de Berre. La croissance économique des Trente Glorieuses, en France comme en Europe, est en effet basée sur l'utilisation de cette source d'énergie, qui va se révéler abondante et peu coûteuse. La région marseillaise et l'Étang de Berre sont particulièrement bien placés sur les routes du pétrole qui arrive du Moyen-Orient via le canal de Suez, puis à partir de 1958 d'Algérie. L'augmentation considérable des importations de pétrole brut rend nécessaire la construction d'un grand port pétrolier. La Chambre de commerce de Marseille qui gère le port entreprend, dès l'après-guerre, la construction de Lavéra, sur la commune de Martigues, à l'entrée du chenal de Caronte. Mis en service en 1952, le port de Lavéra est accessible aux navires de 80 000 tonnes. En février 1959, est inauguré un troisième môle d'accostage pour les pétroliers. Le reportage permet de survoler l'ensemble des installations ainsi que le complexe pétrolier de Lavéra, avec la raffinerie de BP et l'usine pétrochimique de Naphtachimie commencée en 1954 et en plein développement. Durant les années cinquante, Lavéra est le plus grand port pétrolier français et européen. C'est le principal port d'importation de pétrole brut à destination des raffineries locales (BP à Lavéra, Shell à Berre, Total à la Mède, Esso à Fos à partir de 1965). Il sera prolongé par la mise en service, dès 1962, d'un grand réseau d'oléoducs européens permettant notamment la desserte en pétrole brut de la région lyonnaise (Feyzin), de la Suisse (Cressier), de l'Alsace (Reichstett) et de l'Allemagne du Sud (Karlsruhe) par le pipe-line sud-européen dont les dépôts sont installés dans la Crau près de Fos.

Les chiffres rendent compte de l'importance du trafic pétrolier : en 1948, les hydrocarbures représentent 49 % des importations et 28 % des exportations du port de Marseille. En 1974, ils constitueront 90 % des importations et 68 % des exportations. Ainsi s'amorce une évolution majeure dans le trafic du port, la domination du pétrole qui va s'intensifier au cours des années soixante jusqu'aux chocs pétroliers de la décennie suivante.

Après la construction d'un nouveau port, celui de Fos, exigé par l'augmentation de la taille des navires transporteurs de pétrole (plus de 100 000 tonnes), le port de Lavéra se spécialisera dans d'autres trafics que le brut : les produits raffinés, les produits chimiques liquides et les gaz de pétrole liquéfiés, en liaison directe (par pipe-lines) avec les raffineries du secteur.

Nicole Girard

Transcription

(Musique)
Narrateur
Le port pétrolier de Lavéra vient d'inaugurer son troisième môle. C'est un événement d'importance, car le complexe de Berre - Lavéra constitue la clef même d'un grand effor industriel qui bouleverse de mois en mois la physionomie de la région de l'étang de Berre et du golfe de Fos. En 5 ans, le trafic du port pétrolier a augmenté de plus de 50%, et comme l'a souligné devant monsieur Hass-Picard, préfet des Bouches-du-Rhône, et ses invités, le président Pierre Keller, avec les possibilités immenses qu'offre le Sahara, il est nécessaire de penser que le port pétrolier de Lavéra devra faire face à un transit massif à destination du nord de la France et de l'Europe continentale. L'inauguration du nouveau môle de Lavéra est donc un événement très important, il a été conçu en effet à la taille des pétroliers de demain, il peut d'ailleurs dès aujourd'hui recevoir des navires de 70.000 tonnes. Lavéra peut s'honorer d'être le premier port pétrolier de notre pays.
(Musique)