Les transformations urbaines à Nice

06 mars 1961
01m 26s
Réf. 00326

Notice

Résumé :

604 nouveaux logements HLM doivent être construit à Nice, dans les quartiers de Las Planas et Saint Roch. Pierre Sudreau, ministre de la construction, a pu constater l'avancée des travaux. Il a également inauguré un îlot de rénovation du Vieux Nice.

Date de diffusion :
06 mars 1961

Éclairage

Après la Seconde Guerre mondiale, Nice connaît un mouvement d'urbanisation sans précédent. Contrairement à d'autres villes du pays, la raison s'en trouve moins dans une nécessaire reconstruction d'après conflit que dans une formidable croissance démographique. La population niçoise passe, en effet, de 210 000 personnes en 1946 à 329 950 en 1968. Au "baby boom" que connaît l'ensemble du pays au cours de cette période, s'ajoute, de manière plus spécifique, à Nice, l'apport des populations en provenance des territoires décolonisés d'Outre-mer. Ainsi, entre 1954 et 1962, la population de la ville s'accroît de 60 000 personnes. La nécessité de loger ces nouveaux arrivants entraîne une densification du tissu urbain et l'extension des quartiers périphériques.

L'urbanisation niçoise intervient au moment où, partout en France, se font sentir les effets d'une politique volontariste pour faire face à la crise du logement. Le préfet Moatti, nommé en 1954, alors que cette crise s'exacerbe en raison de la rigueur de l'hiver en France, en est l'un des maître d'oeuvre. La présence sur les chantiers niçois de Pierre Sudreau, ministre de la Construction du général de Gaulle, après avoir été chargé du renouveau urbanistique de la région parisienne, témoigne assurément du soutien de l'État à la politique municipale menée par Jean Médecin.

Comme au niveau national, l'industrialisation de la construction permet une plus grande production ainsi qu'une baisse des coûts et des délais d'exécution. De grands ensembles dont celui de Las Planas, sont ainsi édifiés au nord de la ville. À l'Est, ils modifient le paysage urbain des quartiers Saint-Charles et Saint-Roch - ce dernier étant jusqu'alors surtout marqué par l'implantation de garnisons militaires. Des quartiers nouveaux émergent, toujours à l'Est de la ville, autour de la paroisse rurale de l'Ariane. Ces milliers de logements ne sont peut-être pas en rapport avec le rêve pavillonnaire de beaucoup de Français à l'époque. Mais les pouvoirs publics, relayés par les médias, s'attachent à souligner le confort domestique moderne de la vie en appartement. Des émissions de télévision, comme "40 000 voisins" de Pierre Tchernia, tourné à Sarcelles, affirment les bienfaits hygiénistes des grands ensembles.

La préoccupation hygiénique conduit, par ailleurs, à la rénovation des quartiers anciens. À Nice, la vieille ville, où s'étendent des ruelles étroites, au pied de la colline du château, est un quartier populaire qui accueille notamment de nombreux migrants italiens désargentés. Dans ces conditions, l'habitat déjà ancien se dégrade grandement et devient souvent insalubre. Plus que jamais, le Babazouk, surnom donné par les Niçois à la vieille ville en référence aux souks arabes, devient un lieu de marginalité. À l'heure du développement du tourisme de masse, il apparaît nécessaire de rénover ce quartier à proximité du front de mer et riche du patrimoine historique de la ville.

Entre modernisation et rénovation, la politique du logement menée à Nice offre le reflet de l'ambivalence d'une ville à la fois populaire et touristique.

Bibliographie :

Alain Ruggiero dir., Nouvelle histoire de Nice, Toulouse, Privat, 2006.

Stéphane Mourlane

Transcription

(Musique)
Journaliste
Monsieur Pierre Sudreau, ministre de la construction, vient de rendre une visite officielle à Nice. En compagnie de monsieur Pierre-Jean Moatti, préfet des Alpes-Maritimes, et de monsieur Jean Médecin, député-maire de Nice, le ministre a pu se rendre compte du vaste programme de constructions HLM mené par la ville de Nice et le département. Plusieurs chantiers importants ont été visités à Las Planas et à Saint-Roch, où s'élèveront 2 cités modernes comprenant écoles et terrains de jeux. Ici, on a su mettre en oeuvre les conceptions techniques d'avant-garde que le ministre de la construction a depuis toujours préconisées.
(Musique)
Journaliste
La visite de monsieur Sudreau s'est terminée par l'inauguration du premier îlot de rénovation urbaine du vieux Nice. Précisons que ce travail de rénovation a été effectué avec goût et intelligence. En effet, le style et l'âme du vieux Nice ont été respectés par les architectes qui ont prévu dans les sous-sols un équipement social du plus grand intérêt : gymnase, salles de musique, bibliothèque, cinémas, salles de jeux et théâtre. Une intéressante visite et un effort dans le domaine de la construction sociale qui méritaient d'être signalés.
(Musique)