Alain Peyrefitte lance Provence Actualités

29 novembre 1963
04m 06s
Réf. 00336

Notice

Résumé :

Le lancement par Alain Peyrefitte, ministre de l'Information, de Provence Actualités, journal télévisé destiné à la région provençale, lui donne l'occasion de présenter ses objectifs en matière d'information.

Date de diffusion :
29 novembre 1963
Source :
Personnalité(s) :

Éclairage

Normalien, énarque, haut fonctionnaire de longues années, Alain Peyrefitte s'est engagé en politique dans le sillage du général de Gaulle. Il a occupé divers mandats électoraux en Seine-et-Marne : député, conseiller général, premier vice-président du Conseil général... En avril 1962, ce gaulliste fidèle a été nommé secrétaire d'État à l'Information dans le gouvernement formé par Georges Pompidou, avant d'avoir rang de ministre de l'Information à partir de décembre 1962, responsabilité qu'il gardera jusqu'en janvier 1966.

C'est dans ce contexte qu'en 1963, le général de Gaulle a chargé Alain Peyrefitte de développer en France un programme de stations régionales de télévision dont le but était de servir à présenter l'action du pouvoir politique (on les surnommera d'ailleurs "télévisions des préfets"). Ainsi ces stations devaient assurer la production d'un journal télévisé régional quotidien à heure fixe.

En effet, jusqu'ici, le journal télévisé était réalisé par et pour des Parisiens, et cela depuis la première diffusion du Journal télévisé le 29 juin 1949, à la veille du départ du Tour de France dans un contexte de captation de la télévision encore réduit à la capitale et ses alentours. À partir de la mise en place du plan quinquennal de 1953 prévoyant la couverture de tout le territoire national par des émetteurs, les informations régionales étaient à leur tour intégrées.

Une quinzaine de centres d'actualité télévisée ont été construits dans les grandes villes de France, ainsi à Marseille où le journal quotidien Provence Actualités est donc lancé le 29 novembre 1963 par Alain Peyrefitte lui-même. Diffusée à 19 h 25, cette émission devient majeure au sein de la station. Dès le lancement de la "première", les objectifs sont clairement exprimés par le ministre. L'ambition du journal télévisé est de traiter principalement des activités régionales marseillaises et provençales sous l'angle économique et touristique. Les grands moments de la vie provençale seront relatés dans ce journal dans un souci de proximité avec les téléspectateurs.

Alain Peyrefitte indique - ce qui n'est pas anodin idéologiquement et qui est représentatif de sa perception de la région - que le début du journal sera annoncé par la Coupo Santo, l'hymne provençal composé par Frédéric Mistral. Cette touche provençaliste masque mal une conception très centralisée de l'information et du pouvoir.

De ses débuts jusque vers la fin des années soixante, le journal télévisé régional prend modèle sur les actualités cinématographiques. Les sujets sont en noir et blanc, muets et fortement scénarisés. En fait, l'image illustre surtout les commentaires des journalistes. Les actualités régionales sont centrées sur les Bouches-du-Rhône et les Alpes-Maritimes au détriment des autres départements. Les événements politiques, fondamentalement soumis au regard de l'État, sont traités avec beaucoup de prudence alors que les sujets culturels et touristiques, plus consensuels, sont privilégiés.

Les actualités régionales bénéficient d'un succès considérable, car les spectateurs se révèlent avides d'images qui les concernent directement.

Bibliographie :

Benoît d'Aiguillon, Un demi-siècle de journal télévisé, l'Harmattan, 2001, Paris.

Jérôme Bourdon et Cécile Méadel, Les écrans de Méditerranée, Editions Jeanne Laffitte, 1994, Marseille.

Maryline Crivello

Transcription

Alain Peyrefitte
Bonsoir. Le Coupo Santo que vous venez d'entendre, vous l'entendrez tous les soirs de semaine, à la même heure. Il vous annoncera, chaque soir, que la télévision, pendant un quart d'heure, va vous parler de votre région. Elle vous montrera chaque soir des images de l'effort extraordinaire de développement que vous êtes en train d'accomplir : les transformations du [barreau] du Languedoc, par exemple, la construction du canal de Provence, la création de l'axe Rhône-Rhin, qui va rattacher votre région au coeur de l'Europe industrielle, l'aménagement du golfe de Fos, la commercialisation des fruits et des légumes, grâce à l'effort de tous les producteurs rassemblés, et aussi le développement du tourisme, sur la côte et dans l'île de beauté. Chaque soir, vous verrez des images de cette activité qui, de la région marseillaise et de la Provence, votre région, va faire une région à la pointe du progrès et de l'expansion en France. Mais votre région n'en conserve pas moins ce qui a toujours fait sa beauté, sa légende. Il faut que la télévision montre aussi les travaux et les loisirs de votre vie quotidienne : la pêche au lamparo, la récolte des primeurs de Cavaillon, la vie du port de Marseille et de Toulon, la mine d'Alès, et les jeux aussi, la pétanque. Et aussi, il faut que la télévision vous montre des images des grands moments de la vie de la Provence, ces grands moments qui font accourir des visiteurs des quatre coins du monde, des quatre coins de France et d'Europe en tout cas : la foire des Santons à Marseille, ou à Aix ou à Aubagne, la fête des Saintes-Maries, la messe de minuit aux Baux, le festival lyrique d'Aix, ou le festival dramatique d'Avignon, et aussi les performances de l'Olympique de Marseille, les performances passées et j'espère les performances à venir aussi, et les performances de tous vos sportifs. Et bien tout cela, les joies et les peines de tous les jours, tout cela vous sera présenté chaque soir, à une heure où la majorité d'entre vous pourra en profiter. Mais il faut d'abord que la télévision soit reçue dans toute la région, ce qui n'est pas le cas encore. La RTF doit améliorer les moyens techniques de pénétration de la télévision. Deux émetteurs viennent d'être installés dans les Hautes-Alpes, l'un à Saint Firmin et l'autre à Saint André-d'Embrun, d'autres seront présentés, seront installés d'ici Noël, l'un en Corse, à Bastia, l'autre dans le Vaucluse, à Saint Romain-en-Viennois, et d'autres encore dans le Var, à Barjols, à Solliès, et à Sainte-Maxime. Et bien, si la RTF atteint ces objectifs, c'est-à-dire si les actualités télévisées régionales vous parviennent, sont bien reçues, et vous plaisent, cela signifiera que la télévision française n'est plus essentiellement comme elle l'est encore : une télévision parisienne, faite par des Parisiens, et pour des Parisiens, mais qu'elle est aussi votre télévision à vous : la télévision de Marseille, la télévision de Provence et la télévision de la Corse. Le Coupo Santo que vous entendrez chaque soir ne voudra pas dire chaque soir que tout sera parfait, ça ne voudra pas dire que tous les objectifs seront atteints du premier coup. Il faudra sûrement des tâtonnements. Pendant quelques temps, on vous demandera votre indulgence. Mais je compte que l'équipe de la RTF saura se montrer à la hauteur de sa tâche. Ce soir, souhaitons-lui tous : Bonne chance !