Touristes à Avignon

14 août 1965
02m 07s
Réf. 00344

Notice

Résumé :

Visite de la ville d'Avignon avec les nombreux touristes qui viennent de différents horizons.

Date de diffusion :
14 août 1965
Source :

Éclairage

Située sur l'axe majeur de la vallée du Rhône qui fait communiquer l'Europe du Nord avec la Méditerranée, Avignon bénéficie d'une position d'étape et de carrefour. Son patrimoine monumental est exceptionnel, puisque la ville est devenue le siège de la cour pontificale - la " ville des papes " - au XIVe siècle. En effet, en 1309, le pape Clément V l'avait choisie comme résidence temporaire au cours de son voyage de son ancien siège épiscopal de Bordeaux vers Rome. Ces successeurs, Benoît XII, de 1334 à 1342 et Clément VI, de 1342 à 1352, y firent construire l'imposant palais qui domine la ville, à côté du rocher des Doms, et qui fait la plus forte impression sur le visiteur qui la découvre brusquement en débouchant sur la place du Palais. Il fait partie des visites "obligées" pour tous ceux qui passent par Avignon. Entourée de remparts bien conservés, avec ses églises baroques, le Musée Calvet, la chartreuse de Villeneuve de l'autre côté du Rhône, avec son fameux pont, Avignon est une ville d'art et de culture. Par ailleurs, grâce à son festival de théâtre, la ville a renforcé son image culturelle, bien qu'elle vive principalement de sa fonction commerciale et administrative. Elle est alors en plein essor, passant d'à peine plus de 60 000 habitants dans les années cinquante à 86 000 dès 1968 et dépassant même les 90 000 en 1975. Alors que les nouveaux quartiers sortent de terre à sa périphérie, son centre historique, très dégradé, commence à être réhabilité à partir du quartier de la Balance en 1963.

L'un des intérêts de ce reportage est aussi de " fixer " l'un des attributs qui "colle" désormais à l'image du vacancier, à savoir l'appareil photographique. En 1965, l'appareil photographique s'est modernisé et démocratisé, notamment avec le populaire "Kodak". C'est cette firme américaine qui a lancé le premier appareil photo portatif en 1888 et qui, ainsi, a ouvert les débuts de la photographie amateur. L'appareil est devenu un objet social étroitement lié au temps des vacances, tout comme la carte postale. Cartes et photographies vont en effet servir, au retour, à remémorer le temps du congé, lors de réunions autour de l'album de famille ou lors des séances de projection de diapositives en couleurs (mises au point à partir de 1936 avec les films Kodachrome). Le temps des vacances se transforme donc en expérience à faire partager, d'autant qu'elle rompt le quotidien et permet même de s'en libérer.

Bibliographie :

Alain Corbin, L'avènement des loisirs 1850-1960, Aubier, Paris, 1995.

Jean Viard dir., Avignon : une double identité, Autrement, Paris, 1990.

Chloé Rondeleux

Transcription

(Musique)
Journaliste
En cette date, couronnant la courbe des vacances, nous avons voulu que notre émission soit un hommage à tous ceux qui nous font l'honneur de penser que la Provence vaut le déplacement. Avec les jeunes visiteurs, suivis par nos caméras pour ouvrir nos actualités, le ton a été donné et nous allons essayer de le conserver. Dans les images qui vont suivre, la caméra installée, aussi discrètement que possible, près du palais des papes d'Avignon, n'a voulu que vous montrer ce que nous sommes tous dans le fond, à partir du moment où nous baguenaudons, l'appareil de photo chatouilleux, le nez levé en direction des curiosités, qu'elles aient la classe internationale des vestiges avignonnais, ou le simple attrait d'une cascade.
(Musique)
Journaliste
Le grand livre de géographie que constitue toujours un parking dans un haut lieu touristique, nous restitue quelquefois le paysage à travers le miroir déformant d'un pare-brise. Alors si nos monuments en sortent grandis, tant mieux et merci à tous nos visiteurs étrangers.
(Musique)
Journaliste
Merci, oui. Et si nous masquons un peu de la fierté ressentie à leur présence chez nous, sous quelques traits facilement moqueurs, c'est encore de la gratitude qui nous fait vous montrer, sous tous ses visages, notre ami le touriste.
(Musique)
Journaliste
Et quelquefois même, vous allez le voir, sa présence sur le sol provençal procède à la fois d'un désir de le mieux connaître et de participer à la restauration de ces villages abandonnés.
(Musique)
Journaliste
Le temps d'un chapeau et vous saurez pourquoi.
(Musique)