Le téléscaphe de Callelongue

01 juillet 1967
01m 59s
Réf. 00356

Notice

Résumé :

A Callelongue, c'est aujourd'hui qu'ouvre au public le téléscaphe, dans le cadre de l'opération "20 000 lieues sous les mers". Une caméra embarquée permet de suivre les premiers visiteurs dans leur périple subaquatique : l'embarcation à bord des cabines sphériques, la plongée progressive dans la baie, et la remontée.

Date de diffusion :
01 juillet 1967
Source :

Éclairage

Dans les années soixante, alors que le tourisme littoral est en plein essor, l'accès au monde sous-marin reste un privilège, même si masques et tubas se généralisent. Les films du commandant Cousteau ont contribué à susciter la curiosité. On assiste là à l'une des premières tentatives pour permettre à tous d'y accéder.

D'après la définition du Petit Robert 2007, le téléscaphe est un " téléphérique sous-marin composé de cabines de plexiglas transparentes soutenues par un câble ". C'est en 1966 que Denis Creissels, ingénieur aux Téléphériques du Midi et son ami James Couttet, champion olympique de ski, eurent l'idée de créer un téléphérique sous-marin. Un an plus tard, le 1er juillet 1967, le téléscaphe de Callelongue ouvrait les portes de ses quatre cabines de couleur jaune au public. Chacune d'elle pouvait accueillir six personnes assises et se composait d'une partie supérieure équipée de six vitres ainsi que d'une sorte de chariot métallique servant de "lest". La cabine s'ouvrait par le haut en coulissant sur un axe central. Pour un total de douze francs, les visiteurs découvraient les fonds marins au cours d'une traversée de dix minutes, à dix mètres sous l'eau, sur une distance de 500 mètres aller-retour au pied du Cap Croisette. Un plongeur assurait la sécurité en nageant près de la cabine, prêt à intervenir en cas d'urgence pour la ramener à la surface en la désolidarisant de son socle. Cependant l'histoire du téléscaphe de Callelongue fut brève. En effet, un an à peine après sa mise en service régulière, le télégraphe ferma par manque d'argent et de soutien. L'aventure aura coûté deux millions de francs et aura permis à 31 000 personnes de profiter de la découverte de la faune sous-marine.

Aujourd'hui, quelques vestiges de cette expérience éphémère subsistent au bout de la route de la calanque de Callelongue : les restes de la station d'accueil et de grandes roues rouillées. Des projets de réhabilitation du téléscaphe avaient été évoqués dans les années 1990 mais ils n'ont jamais abouti. Aujourd'hui, cet accès touristique au monde sous-marin s'est généralisé de diverses manières. Dans la plupart des ports, ce sont les aquascopes, sorte de soucoupes flottantes à larges hublots, qui permettent aux visiteurs la promenade sous-marine à faible profondeur.

Bibliographie :

Ely Boissin, Mystères et Histoires des Calanques, Ed. Pour le livre, Marseille, 2002.

Site internet :

Article sur la calanque de Callelongue sur le site Marseille Forum.

Transcription

(Musique)
Présentateur
Aujourd'hui à Callelongue, jour J pour l'opération «Vingt mille lieues sous les mers», pour laquelle les techniciens se sont activés, afin que le 1er juillet voie le Télescaphe rentrer dans sa phase terminale, c'est-à-dire celle de son fonctionnement régulier.
(Musique)
Présentateur
Les premiers visiteurs, depuis quatorze heures, peuvent en effet effectuer la traversée. Et depuis quatorze heures, ils ont été nombreux, petits et grands, à entrer dans la sphère subaquatique.
(Musique)
Présentateur
Après une année d'essais, le Télescaphe est apte à recevoir ses passagers, et grâce à lui en tout cas, des milliers de visiteurs pourront avoir la joie de découvrir la splendeur de la faune sous-marine.
(Musique)
Présentateur
Un spectacle que l'on oubliera difficilement lorsque l'on a eu la chance de pouvoir le découvrir.