André Malraux inaugure le musée Fernand Léger

04 février 1969
04m 21s
Réf. 00371

Notice

Résumé :

Arrivée dans le Midi en avion d’André Malraux, ministre d’État chargé des Affaires culturelles. Il se rend au musée (séquences muettes), puis il visite le musée en compagnie de Nadia Léger, veuve du peintre, et de Georges Bauquier, conservateur du musée. Cette séquence sonore permet d’entendre les commentaires faits sur l’œuvre du peintre par le ministre et ses hôtes. Extrait du discours prononcé par André Malraux.

Date de diffusion :
04 février 1969
Source :

Éclairage

Fernand Léger, né en 1881 à Argentan, a fait des études à l'École des Arts Décoratifs de Paris et travaille chez un architecte. À partir de trente ans, il se consacre à la peinture. Avec les cubistes, il s'oppose à l'impressionnisme. Mais il abandonne assez vite l'abstraction pour une forme d'art figuratif moderne, qui met en scène aussi bien les objets (un compas, une roue, des clés, des natures mortes) que les hommes au travail (le mécanicien, les constructeurs) ou dans ses distractions (les musiciens, la grande parade, les loisirs). Mais plus encore que les sujets, c'est la manière qui caractérise les tableaux de Léger, avec ses grands à plat de couleurs vives, ses formes fermes, parfois soulignées d'un trait noir : "Le rapport des volumes, des lignes et des couleurs demande une orchestration et un ordre absolu" écrit-il. Il rencontre Le Corbusier, qui écrit en 1923 à propos de l'oeuvre de Fernand Léger : "Cette peinture est soeur de l'architecture. Mais cela reste profondément de la peinture. Le lien est tel, si impératif, que Léger, de tous les peintres produisant aujourd'hui, est celui dont les tableaux exigent un cadre d'époque, conforme et de même naissance". Léger, qui a acquis une renommée internationale comme artiste novateur du XXe siècle, meurt en 1955.

Fernand Léger avait acquis, peu avant sa mort, une vaste propriété à Biot. Sur ce terrain, sa veuve Nadia fait édifier un bâtiment destiné à accueillir ses oeuvres et notamment des peintures et des sculptures monumentales dans un décor architectural et paysager créé à cette intention. La construction du musée est confiée à l'architecte André Svetchine, qui opte pour de grandes salles lumineuses et une façade recouverte par une mosaïque-céramique réalisée à Biot d'après des cartons du peintre. C'est un musée d'un type nouveau, construit pour abriter et mettre en valeur l'oeuvre d'un créateur, qui est ouvert en 1959. Ce musée privé, devient musée national dix ans plus tard après la donation de 348 oeuvres de Fernand Léger faite par sa veuve à l'État en 1967. C'est ce musée qui est inauguré par André Malraux, ministre d'État chargé des Affaires Culturelles en février 1969. Lors de cette inauguration, le ministre, lui-même auteur de plusieurs ouvrages sur l'art pictural dont Le Musée Imaginaire, dialogue avec le conservateur et Nadia Léger devant les tableaux du maître.

Complété par d'autres constructions et aménagements, le musée Léger de Biot a rouvert ses portes, après quatre années de fermeture, le 21 juin 2008.

Bernard Cousin

Transcription

(Silence)
(Bruits)
Nadia Léger
(...) voulait à tout prix, il a voulu vendre cette toile le 14 juillet. (...) 14 juillet, comme il a fait... constructeur (...)
(Bruits)
Inconnu
Pour la première fois il y a de la recherche de la couleur (...) de l'eau
(Bruits)
Inconnu
Après la période de la ville, c'est (...) dans la ville, et ça (...)
Nadia Léger
La lutte contre l'impressionnisme, contre la technique impressionniste, ça, il était formel.
(Bruits)
André Malraux
Oui c'est très curieux de les revoir quand on vient de voir les choses de la fin. Parce que, en même temps ça les préfigure, et là, non. Absolument. Et, et tout de même, quelque chose de profondément différent, je pense avant tout à cause de l'arbitraire, lorsqu'il fait ces tâches de couleur librement, c'est une très grande différence avec la couleur à l'intérieur de la forme. Et je pense que c'est ça qui nous fait le, l'impression d'une grande, d'une violente différence, parce qu'en même temps, la famille est évidente. Il y a, il y a, un, un rapport du rouge et du bleu qu'après il a abandonné et qui me paraît quelque chose de, de sans comparaison ailleurs.
Inconnu
Parce qu'après qu'il y a eu la bagarre avec Delaunay.
André Malraux
Oui.
Inconnu
Delaunay partant vers les rapports complémentaires de couleurs, et Léger partant vers les contrastes. Ça a été leur dissociation.
André Malraux
Je suis tout à fait d'accord.
(Bruits)
André Malraux
Il y avait à la fois l'anniversaire et le fait que madame Léger a fait don d'une partie des oeuvres à la France et que je tiens à la remercier.
Journaliste
Et le fait aussi que vous rendiez hommage à madame Nadia Léger, qui est née à Vitebsk, et à monsieur Marc Chagall, qui est né aussi à Vitebsk.
André Malraux
Ah ça c'est, ça ce sont les tâches du soleil, vous savez, c'est le hasard qui fait que les choses sont faites par très peu de gens, et ils sont tous nés dans les mêmes endroits, ils sont tous allés aux mêmes écoles.
(Bruits)
André Malraux
Je veux seulement remercier madame Nadia Léger d'un don si éclatant. Et j'ajouterais que c'est certainement un jour heureux que celui où les collections nationales accueillent l'oeuvre du seul homme de génie qui ait jamais été capable de créer des images du travail dans la véritable peinture.
Journaliste
Madame Léger...
Nadia Léger
Je fais que seulement mon devoir, je suis heureuse que cette collection maintenant elle est en France dans les mains sûres.