Le festival de pop music d'Aix en provence

03 août 1970
05m 20s
Réf. 00381

Notice

Résumé :

Le Festival Pop Music vient de débuter sur le domaine de Saint Pons à Aix en Provence. Reportage avec l'organisateur du festival, le général Claude Clément, interviews de jeunes festivaliers, et images de l'ambiance du festival.

Date de diffusion :
03 août 1970
Source :
Personnalité(s) :

Éclairage

Le festival de pop music de Saint-Pons s'inscrit dans la lignée des grands festivals de musique pop et rock and roll qui ont marqué l'année 1969 : Woodstock (États-Unis) et l'île de Wight (Angleterre) en août, Amsterdam le mois suivant, Amougies en Belgique en octobre. Un an après, deux festivals de ce type se tiennent en Provence, au mois d'août, celui de Valbonne (Alpes-Maritimes) et celui d'Aix. Ces festivals sont marqués par le rassemblement de milliers de jeunes en plein air pour des concerts " non stop ".

L'avènement de la "pop music " date approximativement de l'année 1963 au moment du succès fulgurant des Beatles. " Pop music" est l'abréviation de musique populaire en anglais c'est-à-dire la musique qui rencontre le succès. Aux États-Unis et en Grande-Bretagne, les patries de la "pop music", sont considérées comme pop toutes les musiques à la mode, sauf le jazz et le classique. En France, en revanche, l'étiquette pop à un sens plus restrictif puisqu'elle ne désigne que la musique importée de la culture anglo-américaine. Au cours des années 1970, plusieurs figures se partagent les scènes de concert : Bob Dylan, Joan Baez, Donovan, tous trois considérés comme les "dieux" incontestés des festivals, bien que représentatifs surtout du "folk song". Mais les Rollings Stones, les Pink Floyd, Led Zeppeling, Johnny Winter, Leonard Cohen apparaissent aussi en tête des affiches des festivals. Tous ces groupes ont en commun de se situer dans la contestation juvénile propre à ces années-là. Paroles et musique entendent contester la légitimité de la guerre du Vietnam, la supériorité raciale des Blancs, la puissance de l'argent et les pouvoirs établis. Leur succès en France alors tient aussi au changement culturel dont mai 68 s'est fait l'écho.

Le festival, qui s'est déroulé sur le domaine de Saint-Pons, situé à dix kilomètres à l'ouest d'Aix-en-Provence au bord de l'Arc, a rassemblé à peu près 40 000 jeunes dont la moyenne d'âge était d'environ vingt ans. Ce " Woodstock " à la française, tenu en dépit de l'interdiction émise par la préfecture des Bouches-du-Rhône, avait suscité bien des inquiétudes et son initiateur, le général Clément, lui-même secrétaire général du Festival international de musique, fut vivement critiqué, à commencer par le président du Festival, le PDG du Casino, qui allait fustiger "les hordes dévastatrices des hippies en quête de chahut et de scandales". Les rumeurs qui l'ont entouré sont significatives de l'atmosphère. Le quotidien Le Provençal du 1er août ne rapporte-t-il pas que, par suite des protestations de certains jeunes sur le prix d'entrée fixé à 55 francs, le général Clément aurait décidé de faire rentrer 500 hippies gratuitement ? En réalité, le festival se déroula sans incident. Plusieurs dizaines de volontaires de la Croix-Rouge assuraient l'encadrement sanitaire et la police était absente. Si Leonard Cohen lassa une partie du public par les déclarations dont il entrecoupa ses chansons, Johnny Winter, qui se produisit avec le jeune groupe norvégien Titanic, reçut un triomphe. Se produirent aussi des groupes qui connurent leur heure de gloire (Mungo Jerry, Colosseum, Chico Magnetic Band, Rare Bird, Pete Brown & Piblokto). L'expérience de ce festival de pop music à Aix-en-Provence ne se renouvela pas les années suivantes, mais il en subsiste, outre ces images d'archives, un film Guitare au Poing (Daniel Szuster), et le souvenir d'un événement exceptionnel.

Bibliographie :

Pierre Gay, Le temps d'un regard... Aix-en-Provence après la Libération, Aix-en-Provence, 1988.

Filmographie :

Guitare au Poing, Daniel Szuster, 1972.

Transcription

(Musique)
Michel Lancelot
Nous sommes samedi 1er août, il est 5 heures et quart maintenant et malgré l'interdiction, et bien ce festival pop d'Aix-en-Provence va avoir lieu, d'ores et déjà je lui souhaite la bienvenue.
(Musique)
Journaliste
Après le défilé hindou du Rada Krishna Temple, après Michel Lancelot, l'animateur du festival, le premier groupe, français. Il y en aura beaucoup d'autres, parmi les plus célèbres, les Wallace Collection, le Rare Bird, Mungo Jerry, Jimmy Winter, et le canadien Léonard Cohen. Il a coûté à lui seul une fortune, plus de 30 millions d'anciens francs. Pour certains c'est un scandale et peut-être l'explication du déficit du festival.
(Musique)
Claude Clément
Alors, ce festival, mon général, il a bien commencé, et il est en plein cours.
Journaliste
Et vous êtes un peu fatigué, non ?
Claude Clément
Oh ben, on est un peu fatigué mais enfin... je ne crains pas la fatigue.
Journaliste
Vous ne craignez pas la fatigue ?
Claude Clément
Mais il est en plein cours, vous en avez vu le programme artistique, qui est un des plus beaux qu'on ait réalisé au monde. Je ne crains pas la comparaison ni avec Wight ni avec Woodstock, j'ai des formations qui sont absolument égales sinon supérieures, et j'ai un public extrêmement nombreux et enthousiaste.
Journaliste
Est-ce que l'ambiance est la même que dans ces festivals de pop music aux Etats-Unis ou en Angleterre ?
Claude Clément
Oui il y a, l'ambiance est exactement la même parce que ceux qui aiment la pop music, et qui sont venus pour la pop music ont le même esprit que ceux qui sont, qui se réunissent à Woodstock ou à Wight.
Journaliste
Il y a quelque chose qui vous plaît pas ici ?
Inconnue 1
Oui il y a quelque chose qui me plaît pas effectivement parce que la plupart du, monsieur, je sais pas comment là, le général je sais pas comment, a voulu à tout prix montrer que, il était très gentil avec tout le monde, qu'il a fait ça pour le plaisir de la musique, alors en fait c'est pour le fric qu'il fait, qu'il fait ça ; or ça on l'admet pas, nous.
Claude Clément
Malheureusement, nous sommes dans un pays latin, et dans les pays latins, on aime un peu les discussions, alors vous avez vu je m'y prête.
Journaliste
Alors il y a des discussions.
Claude Clément
Oh des petites discussions avec des jeunes gens, ils ont des idées, sur un certain nombre de choses.
Journaliste
Mon général,
Claude Clément
C'est tout à fait normal que je leur réponde.
Inconnue 1
On peut discuter et savoir quelle est la finalité de, la finalité de ce genre de choses.
Journaliste
Et pour vous quelle est-elle ?
Inconnue 1
Je pense que, c'est arriver à faire participer le plus grand nombre de gens, à la pop music.
Journaliste
Et vous trouvez que il n'y a pas assez de monde qui participe ?
Inconnue 1
Avec 55 francs dans, comme entrée, je suis d'accord qu'il y a beaucoup de gens qui sont rentrés gratuitement, quand une entrée est à 55 francs, je pense qu'il y a beaucoup de gens qui peuvent pas se payer ça.
(Musique)
Journaliste
C'est une opinion. Pendant près de 3 jours pourtant, beaucoup de jeunes gens et de jeunes filles ont campé, dormi à la belle étoile, joué de la musique pour le plaisir, pour l'amitié, cela n'est pas exagéré de le dire. Encore une fois le domaine de Saint-Pons n'est pas Woodstock, il y a eu un peu d'agitation, on a parlé... Pourquoi êtes-vous venu en France, au festival de pop music ?
Inconnue 2
Parce que on aime la pop music.
Journaliste
Vous allez dans tous les festivals de pop music ?
Inconnue 2
En Angleterre, en Angleterre
Journaliste
En Angleterre ?
Inconnue 2
C'est très différent ici.
Journaliste
Qu'est-ce que vous pensez de celui-ci ?
Inconnue 2
C'est triste.
(Musique)
Journaliste
Oui, c'est vrai, il y a eu un peu d'agitation, on a parlé un peu de politique, on a jeté de la boue sur notre cameraman, vous l'avez vu tout à l'heure, mais dans ce genre de réunion, il y a toujours une frange marginale de dissidents. Cela dit, il y en a beaucoup plus qui aiment la musique.
(Musique)
Journaliste
Le triomphateur du festival, c'est lui : Mungo Jerry, en tête des hit parade actuellement, il a vraiment soulevé la foule à Saint-Pons.
(Musique)
Journaliste
Dernier groupe, pour nous, le Colosseum. Ils sont anglais, leur nom est le symbole de l'entreprise que représente un festival de pop music... colossale.
(Musique)