L'OM, champion de France

05 janvier 1972
57s
Réf. 00387

Notice

Résumé :

L'année 1971 a été marquée par la victoire en championnat de France de l'Olympique de Marseille. Les joueurs sont acclamés par la foule des supporters lors de leur retour dans la cité phocéenne.

Date de diffusion :
05 janvier 1972
Source :
Personnalité(s) :
Thèmes :

Éclairage

Le titre de champion de France obtenu en 1971 constitue, dans l'histoire de l'Olympique de Marseille et dans la mémoire des Marseillais, un évènement majeur. Il suscite un engouement populaire sans précédent. Ils sont ainsi des milliers dans les rues de la ville à fêter les champions de France. Lucien d'Apo, directeur du service des sports du Provençal se demande, du reste, "si cette équipe n'est pas ce qu'elle est par la grâce et l'intermédiaire de ce public en or". Quelques années plutôt, ils n'étaient pourtant plus que quelques centaines dans les tribunes du Stade vélodrome à suivre les rencontres de l'OM, relégué en deuxième division. Si le club, fondé en 1899, a connu des succès en remportant le championnat en 1929, 1937 et 1948 et la coupe de France à six reprises (1924, 1926, 1927, 1935, 1938, 1943), il traverse, dans les années 1950-1960, une période difficile non seulement sur le plan sportif mais aussi financier.

L'enthousiasme de 1971 est à la hauteur de la déception d'une vingtaine d'années sans succès et des espoirs suscités par Marcel Leclerc, le nouveau président depuis 1965. L'homme, qui a fait fortune dans la presse grâce notamment au lancement de Télémagazine - qui en 1955 accompagne l'essor de la télévision -, entreprend le redressement du club. Il obtient un important soutien financier de la municipalité Defferre. Sur le terrain, l‘équipe est confiée à Mario Zatelli, ancien joueur du club, champion de France en 1937 et 1948. Deux vedettes étrangères sont chargées d'animer le jeu : le très technique milieu de terrain suédois Magnusson et l'efficace attaquant yougoslave Skoblar. Leur entente permet à l'OM de remporter la Coupe de France en 1969. Skoblar est l'un des principaux artisans du titre de 1971 en inscrivant 44 buts, ce qui lui vaut d'obtenir le "soulier d'or" de meilleur buteur européen.

Au spectacle sur le terrain s'ajoute le déroulement captivant de la fin de saison. À quatorze journées de la fin du championnat, l'OM est à deux point de l'AS Saint-Étienne, champion au cours des quatre saisons précédentes. L'intensité dramatique est renforcée par l'exclusion des internationaux français Carnus et Bosquier de l'équipe stéphanoise à la suite de la révélation par Le Provençal de leur transfert pour la saison suivante à l'OM. Cette "affaire" est la conséquence de la mise en place, depuis 1969, à la demande des joueurs, des contrats "à temps" qui succèdent au contrat "à vie" les liant à leur club jusqu'à l'âge de 35 ans. Au-delà de la polémique, l'OM effectue une fin de saison remarquable, avec une seule défaite sur les quatorze derniers matchs et sept victoires d'affilée.

Le parcours de l'OM est largement médiatisé grâce, notamment, aux journaux de Marcel Leclerc dont l'hebdomadaire But. Le club s'attire ainsi la sympathie de supporters bien au-delà de Marseille. Il gagne aussi quelques inimitiés dans l'opinion en raison de la personnalité controversée de son président, autoritaire et ambitieux. Sa réussite à la tête du club couronnée, après le titre de 1971, par un doublé coupe-championnat en 1972 est, du reste, de courte durée puisqu'il démissionne au cours de l'été 1972, accusé de malversation. L'OM n'a pas fini d'offrir les deux visages de Janus...

Bibliographie :

Louis Naville, Les dieux de l'OM, Paris, Solar, 1971. 

Alain Pécheral , La grande histoire de l'OM, Paris, éditions Prolongations, 2007. 

Alfred Wahl et Pierre Lanfranchi, Les footballeurs professionnels des années trente à nos jours, Paris, Hachette, 1995.

Stéphane Mourlane

Transcription

(Bruits)
Journaliste
On a beaucoup parlé de l'Olympique de Marseille, la saison passée, l'OM. Il y a eu cette course poursuite en championnat entre Stéphanois et Marseillais, l'avantage restant en définitive au dernier nommé. Du côté de la coupe de France, il y a eu l'obstacle breton du côté de Rennes, avec un Tropézien sudiste du nom de Marcel Aumont. Skoblar, meilleur buteur européen, l'Olympique de Marseille, champion de France, rappelez-vous, cette saison, Gornic et puis Ajax. Coupe et championnat, coupe ou championnat, le chemin est encore long jusqu'au 11 juin.
(Bruits)