Eurotechnique à Rousset

08 décembre 1980
03m 12s
Réf. 00434

Notice

Résumé :

L'usine Eurotechnique inaugurée en 1980 est le point de départ de l'aventure de la micro-électronique dans la vallée de l'Arc, près d'Aix-en-Provence, sur un site minier réaménagé, la zone industrielle de Peynier-Rousset. Visite de l'usine spécialisée dans la fabrication de micro-processeurs et entretien avec des responsables de l'entreprise.

Date de diffusion :
08 décembre 1980
Personnalité(s) :

Éclairage

L'usine Eurotechnique située à Rousset dans la vallée de l'Arc, proche d'Aix-en-Provence où a commencé l'aventure de la microélectronique provençale [cf Repmed00337], est issue d'une collaboration entre Saint-Gobain et l'Américain National Semiconductors. Dans le cadre du "Plan composants" le gouvernement français avait poussé deux grandes entreprises publiques, Saint-Gobain et Matra, à entrer dans le secteur de la micro-électronique par le biais de joints-venture avec des entreprises américaines. La qualité de vie et l'environnement de ce site et donc la possibilité d'y attirer les ressources humaines nécessaires expliquent en partie cette localisation dans la périphérie aixoise ; il faut y ajouter la possibilité de bénéficier des aides publiques dans le cadre de la reconversion du bassin charbonnier de Gardanne.

Spécialisée dans la fabrication de micro-processeurs, dont le reportage explique qu'ils sont appelés à un grand développement dans les télécommunications, l'informatique et ce que l'on appelle aujourd'hui "l'électronique embarquée" (automobile, aéronautique), Eurotechnique importe une technologie largement dominée par le Japon et les Etats-Unis. Le reportage insiste sur les "salles blanches" (dépourvues de poussières et impuretés) où sont gravées les circuits intégrés de plus en plus petits sur les disques de silicium.

Dans ce même contexte du "Plan composants", une réorganisation de la filière électronique sous tutelle publique a conduit en 1983 au rachat d'Eurotechnique par Thomson Semiconducteurs (qui entre-temps avait racheté la Sesco d'Aix) puis à une alliance avec l'italien SGS-Microelletronica pour créer en 1987 la société SGS-Thomson sur le site de Rousset, qui deviendra ST Microelectronics en 1998 après le retrait de Thomson.

Nicole Girard

Transcription

(Silence)
Journaliste
Avril 1979, dans le cadre du plan Circuit Intégré Français, Saint Gobain-Pont-à-Mousson et National Semiconductor Corporation signent un accord de coopération industrielle, accord qui donne naissance à la nouvelle société européenne de micro-électronique installée à Rousset, Eurotechnique.
Maurice Grandpierre
La création, elle remonte à... elle est très récente puisqu'elle remonte à l'automne 1978, à l'époque où les dirigeants de Saint-Gobain et les dirigeants de National se sont rencontrés pour la première fois. Et à la même époque, Saint-Gobain avait, dans sa stratégie de trouver une très grande diversification, et cette diversification, elle s'est finalement trouvée dans l'informatique électronique. Et Eurotechnique a été le catalyseur de cette diversification.
(Silence)
Journaliste
La vocation industrielle de Eurotechnique est de fabriquer, en grand volume, des mémoires, des micro-contrôleurs, des micro-ordinateurs et des micro-processeurs, ces petites parties intelligentes d'un ordinateur, qui permettent de calculer, en peu de temps, tout ce qu'on lui demande. Clientèle potentielle de cette gamme : les télécommunications, l'informatique et l'automobile de demain.
Maurice Grandpierre
Le micro-processeur est un des marchés de l'avenir parce que si l'on prend l'exemple de l'automobile, l'automobile, dans le futur, aura de plus en plus besoin de produits comme les micro-processeurs pour régler la condition du moteur, régler le freinage etc. Les applications du micro-processeur également dans l'industrie, dans le process control, pour les automatismes, est quelque chose qui va se développer d'une façon très forte.
Journaliste
L'unité de production d'Eurotechnique est située dans cette zone blanche, aseptisée et stérilisée, pour éviter tout apport de poussière. Cette unité est dotée de moyens de conception et de production les plus récents, compartimentés en 4 ou 5 pièces, où chaque opération de production se fait : oxydation, dépôt du silicium, masquage, photo-répétition et gravure par plasma, entre autres, jusqu'au produit fini, testé par la suite. Cette unité produira quelques 50 000 plaquettes de silicium par mois. Quant à son personnel de production et d'encadrement, il a suivi, en majorité, une formation intensive aux Etats-Unis.
(Silence)
Jean-Luc Grand-Clément
L'avenir d'Eurotechnique, c'est l'avenir de son marché, un marché en progression de 25% en moyenne par an sur les 10 prochaines années. Donc une progression pour Eurotechnique assez importante puisque de 200 personnes à la fin de l'année, nous atteindrons au moins 600 personnes en 1984.
Maurice Grandpierre
Avec un chiffre d'affaires de l'ordre de 400 millions de francs.
Journaliste
Commercialement parlant, Eurotechnique n'est pas encore tout à fait opérationnel à l'échelle européenne. Ces objectifs devraient la placer parmi les grands de l'électronique avec 60% de ses produits exportés. Mais dans ce domaine, les Japonais sont et seront encore pour longtemps les principaux concurrents.
(Silence)