Le marégraphe de Marseille

25 novembre 1981
02m 18s
Réf. 00441

Notice

Résumé :

Le marégraphe est un bâtiment construit en 1884 sur la Corniche à Marseille pour enregistrer les marées et le niveau de la mer en Méditerranée. Son zéro détermine le niveau des côtes pour toute la région de la Méditerranée, ce qui fut très utile pour le percement du canal de Suez.

Date de diffusion :
25 novembre 1981
Source :

Éclairage

Ce reportage est l'occasion de rappeler le rôle historique majeur du marégraphe de Marseille pour la mesure de l'altitude en France et en Europe à partir du niveau de la mer, ce qui suppose de pouvoir définir un niveau zéro. Au XIXe siècle, le niveau de la mer à Marseille, en raison des très faibles amplitudes des marées en Méditerranée, a été choisi comme niveau de référence. Le premier nivellement avait été effectué en 1860 par Bourdaloue au fort Saint-Jean à l'entrée du port de Marseille. Un nouveau système, plus fiable, a été construit en 1884 sur la Corniche dans l'anse Calvo, après le pont de la Fausse-Monnaie. Le mécanisme est resté dans son état d'origine et donne le niveau zéro dit du nivellement général de la France, utilisé notamment pour l'établissement des cartes de l'Institut Géographique National. Mais aujourd'hui les satellites mesurent le niveau des mers par altimétrie radar, avec une précision beaucoup plus grande.

C'est aussi l'occasion pour un technicien du marégraphe de commenter l'élévation constatée au cours du XXe siècle du niveau des mers et océans et de se risquer à quelques hypothèses explicatives. On sait que cette question liée au réchauffement climatique fait aujourd'hui l'objet d'études scientifiques poussées dans de nombreux pays.

Bibliographie :

G. Aillaud, Y. Georgelin, H. Tachoire, (dir.) Marseille, 2600 ans de découvertes scientifiques, Tome I, Publications de l'Université de Provence, Aix-en-Provence, 2002.

Nicole Girard

Transcription

Journaliste
Tous les Marseillais connaissent ce bâtiment édifié en 1884, près du Pont de la Fausse Monnaie, dans le quartier d'Endoume. Et si, dans 3 ans, il soufflera ses 100 bougies, peu de gens connaissent ce centenaire qui donne pourtant le niveau de la mer en France et en Europe. L'appareil enregistreur est unique en France et fonctionne depuis sa mise en service. Sa fiabilité est totale car le mécanisme animé par des poids n'est pas soumis aux fluctuations du courant électrique. L'ancêtre du marégraphe était l'échelle des marées située au fort Saint Jean toujours à Marseille. Il donnait le zéro Bourdaloue. Cet ingénieur qui avait nivelé l'isthme de Suez avait constaté que la mer Rouge et la Méditerranée étaient au même niveau, ce qui avait permis le percement du canal de Suez. A partir de là, on devait utiliser le zéro du marégraphe et adopter un système unique avant la construction du chemin de fer français. Ce nouveau zéro correspondait à la cote 0,329 de l'échelle du fort Saint Jean. Et depuis 1897, ce zéro est toujours en vigueur.
Monsieur Blancart
On a constaté, depuis le début du siècle, une augmentation... une élévation du niveau de la mer qui était quantifiée, en 1964, à 15 centimètres. Je n'ai pas, ici, les données qu'il nous faudrait, mais on peut estimer que depuis le début du siècle, le niveau de la mer s'est élevé, à Marseille, de 20 centimètres environ.
Journaliste
Y a-t-il des explications à cela ?
Monsieur Blancart
Alors l'explication, la première explication qui vient, et qui a été l'objet d'études d'expéditions polaires serait la fonte des glaces aux pôles. La deuxième explication, mais celle-là, elle est beaucoup plus... il faut être beaucoup plus prudent avec, ce serait dû à la tectonique de la croûte terrestre, puisqu'on sait que dans quelques milliards d'années, la Méditerranée est appelée à disparaître.
Journaliste
Et il y a une troisième aussi ?
Monsieur Blancart
Une troisième... une troisième qui est beaucoup plus insignifiante. Ça serait l'alluvionnement et l'érosion, et l'alluvionnement des fleuves qui colmate les mers.
(Silence)