Premier TGV Marseille - Paris

17 mai 1982
03m 37s
Réf. 00451

Notice

Résumé :

Pour ce voyage inaugural, le TGV mettra 5 heures 33 pour relier Marseille et Paris. Dès l'automne il ne faudra plus que 4 heures 45 pour rejoindre Paris. Jusqu'alors, seule la portion Lyon-Paris pouvait se faire en grande vitesse. Les gares d'Avignon et de Marseille ont été rénovées pour améliorer l'accueil des passagers.

Date de diffusion :
17 mai 1982
Personnalité(s) :

Éclairage

Le reportage relate le voyage inaugural du TGV (Train à grande vitesse) Paris-Marseille en mai 1982. En réalité, à ce moment-là, la ligne à grande vitesse n'existe que sur une partie du trajet Paris-Lyon, mais elle permet un gain de temps appréciable pour les liaisons entre les deux villes par rapport aux trains classiques.

L'idée de la technologie TGV pour relier les principales villes françaises est née dans les années soixante, après les débuts de la construction du Shinkansen au Japon. L'augmentation de la vitesse est apparue comme la solution pour la SNCF pour contrer la baisse de la fréquentation ferroviaire face aux concurrences de l'avion et de l'automobile. Le projet est mis à l'étude en 1966 et adopté en Conseil des Ministres en 1971. Après la crise pétrolière de 1973, la SNCF opta définitivement pour la traction électrique. La grande vitesse exigeant des lignes propres aux tracés adaptés et des matériels roulants spécifiques, les coûts sont considérables et entièrement supportés par la SNCF ; ils sont à l'origine d'un endettement durable de la société, alors nationalisée.

Le reportage vaut surtout par l'interview du vice-président de la SNCF qui répond par la négative à l'extension de la ligne à grande vitesse sur Lyon-Marseille, pour des raisons tout à fait objectives (encombrement de la vallée du Rhône). Pourtant, moins de dix ans plus tard, elle était à l'étude et, malgré les contestations et difficultés multiples, elle était effective en 2001, mettant Marseille à trois heures de Paris, hypothèse inenvisageable en 1982.

Nicole Girard

Transcription

Présentateur
Le lièvre, maintenant, ce TGV qui sera donc mis en service sur la ligne Paris-Marseille dimanche prochain, le 23 mai. Il vous sera alors possible de déjeuner à Marseille pour aller au spectacle à Paris, ou alors si vous préférez, dans l'autre sens, de prendre le train à Paris à l'heure des croissants, et d'arriver à Marseille à l'heure du pastis. C'est à peu de choses près ce qu'a fait, ce matin, l'une de nos équipes pour ce voyage inaugural du TGV Paris-Marseille.
Journaliste
Paris, la gare de Lyon, 10 heures ce matin. Le TGV inaugural reliant Paris à Marseille va s'ébranler. Horaires prévus, Valence, Montélimar, Avignon et Marseille. Temps total, 5 heures 33. Mais ce n'est qu'une étape dans la mise en service de cette nouvelle ligne. A l'autonome 1983, Marseille ne sera, en effet, qu'à 4 heures 45 de la capitale. Première liaison commerciale entre les deux villes, elle aura lieu le 23 mai, avec, dans un premier temps, des rotation assez limitées.
Jacques Velitchkovitch
Seulement 4 rames dans chaque sens, 4 partant de Paris le matin, 4 allant, l'après-midi, de Marseille et d'Avignon sur Paris. A partir de l'automne, 8 rames qui fonctionneront toute la journée dans les deux sens, autrement dit, une cadence très régulière toute la journée.
(Silence)
Jacques Velitchkovitch
Vous savez que les prix du TGV sont, pour certains d'entre eux, exactement les mêmes que ceux des trains normaux. Pour des rames particulières, à des heures et à des jours déterminés, il y a un supplément. Cela étant, les prix restent très compétitifs, en particulier en deuxième classe : tout simplement 300 francs pour un certain nombre de trains avec un supplément de 44 francs pour certains d'entre eux. Et bien entendu, je ne parle pas, là, des tarifs particuliers et des réductions, qui s'appliqueront aussi bien sur le TGV que sur les autres trains.
Conducteur
Nous venons de pénétrer sur la ligne à grande vitesse et nous allons vous annoncer la montée en vitesse.
Journaliste
En ce moment, nous sommes à 260 kilomètres/heure, sur la voie qui nous amène à Lyon. Est-ce qu'il y aura une voie identique à celle-là qui équipera Lyon-Marseille ?
Jacques Velitchkovitch
Malheureusement, non. Vous savez qu'il faut des conditions très particulières pour atteindre des vitesses aussi prestigieuses au sol que le 260 kilomètres à l'heure. Incontestablement, la géographie ne nous sert pas entre Lyon et Marseille, dans la vallée du Rhône. Il y a déjà un encombrement considérable d'autoroutes, de voies ferrées etc. Tout ce que l'on peut faire actuellement, et on le fait, c'est d'améliorer les conditions de parcours sur les lignes anciennes et sur de nombreux tronçons, nous arriverons à la vitesse de 200 kilomètres à l'heure, ce qui n'est déjà pas mal, et au prix d'un certain nombre d'équipements nouveaux.
Journaliste
Mais à côté de cette voie à moyenne vitesse, d'autres aménagements sont en cours pour recevoir le TGV. Les gares d'Avignon et de Marseille font peau neuve - rénovation et agrandissement. Quelques 40 passages à niveau seront supprimés et les services d'accueil pour le public mieux conçus. Bref, d'ici un an et demi, les gains de temps atteindront et même dépasseront 2 heures par rapport aux meilleurs trains actuels. Aujourd'hui, le TGV inaugural s'est même payé le luxe d'arriver 2 minutes avant l'horaire prévu.
(Musique)