Restauration de la Vieille Charité à Marseille

04 juin 1982
02m 20s
Réf. 00452

Notice

Résumé :

La construction de la Vieille Charité - sur les plans de Pierre Puget - débute en 1640 pour se terminer en 1740. Entourée de plusieurs couvents, sa vocation est d'être un hospice pour l'accueil des malades et des indigents. La restauration de ce monument, laissé à l'abandon, a commencé à partir de 1971.

Type de média :
Date de diffusion :
04 juin 1982

Éclairage

En 1639, le chanoine Pachier réunit des donateurs pour financer la construction d'un hospice au coeur du Marseille d'alors. Les travaux ne commencent qu'en 1671 et ne sont véritablement achevés qu'en 1740 à cause de la fluctuation des dons d'une année sur l'autre. L'artiste Pierre Puget trace le plan de l'édifice et accorde une attention particulière à la chapelle qu'il réalise entre 1679 et 1707. Louis XIV érige en 1689 la Charité en Hôpital général de Marseille. Cette création résulte de la double volonté royale de contrôler en même temps que de venir en aide aux miséreux. C'est l'une des illustrations de ce que l'on a appelé le "grand renfermement des pauvres " du XVIIe siècle. Ce mouvement associe assistance et répression, puisque les pauvres  pouvaient y être enfermés de force. L'objectif officiel des hospices était de les christianiser, tout en les formant à un métier. Il s'agissait aussi de limiter la présence des pauvres dans les rues de la ville dans un souci de sécurité. Des ateliers fournissaient du travail aux pensionnaires. Les enfants y apprenaient à lire et à écrire avant d'y travailler, puis d'être placés comme mousses, domestiques ou apprentis.

Cet édifice a pu être conservé car il a été maintenu en fonction à travers les siècles. Devenu la Vieille Charité en 1885 lorsqu'un nouvel hospice fut construit, il fut transformé en caserne à la fin du XIXe siècle puis a accueilli durant l'entre-deux-guerres des habitants démunis et, après la Seconde Guerre mondiale, les victimes des bombardements ou de la destruction du quartier du Vieux-Port. Ces habitants furent expulsés en 1961 puis l'édifice fut le lieu d'une occupation illégale jusqu'en 1965.

Le ministre des Affaires culturelles André Malraux a intégré la Vieille Charité dans un des nombreux programmes de restauration dont il a été l'initiateur. La restauration, commencée en 1971, ne s'achèvera qu'en 1986. Son état était extrêmement dégradé lorsque les travaux de restauration ont été entrepris. C'est aujourd'hui l'un des joyaux monumentaux de Marseille. Lieu d'activités culturelles, il abrite musées, galeries d'exposition et centres de recherches. Il a contribué à donner une nouvelle vie au quartier.

Bibliographie  :

Bertrand Régis, Le patrimoine de Marseille : une ville et ses monuments, Marseille, Éditions Jeanne Laffitte, 2001.

Alain Paire, La Vieille Charité de Marseille : histoire d'un monument, Aix-en-Provence, Édisud, 1986.

Maryline Crivello

Transcription

(Musique)
Journaliste
Voici le plus beau monument de Marseille. Commencé en 1640, il a été terminé en 1740. Un siècle pour mettre en oeuvre cet exemple de pierre et d'architecture dû au génie de Pierre Puget, mais aussi pour rappeler aux marseillais le rôle que leur ville a joué dans l'accueil des populations.
Daniel Drocourt
En 1640, on va finalement décider, avec une association religieuse qui émane de l'église cathédrale, on va décider de construire, et on va construire dans une zone où il y a très peu de bâtiments, il y a surtout des couvents, on va construire un hospice qui fera près de 100 mètres de long, et qui va être réalisé pendant, on peut dire, près de 100 ans. Je crois que la qualité générale de cet endroit, quand on voit les galeries, quand on voit la manière dont on a traité ce type de grand bâtiment pour les gens, où il y avait un brassage de populations, où il y avait tous les Méditerranéens, je crois qu'on y trouve, là, le génie qui était celui de Pierre Puget, qui a excellé à la fois dans la sculpture, l'architecture et la peinture.
Journaliste
Restauration égale argent. Des millions ont été nécessaires pour faire de cette Vieille Charité le centre d'un Marseille voué aux arts et à l'échange des idées. Une théorie qui n'est pas nouvelle mais qui trouve, ici, sa véritable résonance, dans le chant des pierres et l'oeuvre des sculpteurs, une renaissance à la mesure de notre cité.
(Musique)
Daniel Drocourt
La restauration a commencé à partir de 1971, et il faut dire qu'elle est longue, si on peut dire, bien que 10 ans plus tard, on voit que les travaux ont déjà bien avancé, dans la mesure où c'est un travail délicat, fait sur des pierres dont l'exploitation n'est plus possible. Et c'est quand même un travail un petit peu de reconstitution, mais l'esprit général est gardé, à savoir celui de très grandes salles fonctionnelles où les gens ont vécu pour, bien sûr, être mis à l'abri des autres, mais aussi pour y recevoir une formation, et pour être réengagés dans la vie civile et dans le mouvement social de leur époque.
(Musique)