La Vieille Charité à Marseille

14 septembre 1982
13m 50s
Réf. 00454

Notice

Résumé :

Établissement chargé à sa création d'accueillir les malades et les indigents, la Vieille Charité, à Marseille, a été restaurée pour accueillir des institutions culturelles, et notamment une antenne de l'INA, la Vidéothèque régionale. Dans cette émission présentée en provençal, Jean-Yves Royer s'entretient avec Henri Dumolié, directeur de la Vidéothèque régionale, et présente le groupe de musiciens occitans Mont-Joià-Bachas.

Type de média :
Date de diffusion :
14 septembre 1982
Source :

Éclairage

Les bâtiments de l'Hôpital de la Vieille Charité ont été construits à Marseille entre 1676 et 1741 pour accueillir les pauvres malades et mendiants, selon une philosophie associant assistance et répression, concrétisée par l'Édit royal de 1662. De vastes bâtiments abritaient, mais aussi enfermaient, d'un côté les hommes, de l'autre les femmes, avec au centre une chapelle, la religion devant faire le salut des uns et des autres. Cette chapelle construite entre 1679 et 1707 est l'oeuvre la plus remarquable réalisée dans sa ville par Pierre Puget. La chapelle est surmontée d'une majestueuse coupole ovoïde.

Les bâtiments de la Vieille Charité ont été transformés en caserne à la fin du XIXe siècle, puis ont accueilli les victimes de la destruction des quartiers du Vieux-Port, avant d'être abandonnés dans les années soixante. La restauration, entamée en 1968, s'étala sur près de vingt ans, pour recevoir des institutions culturelles : École des Hautes Études en Sciences Sociales, Musées et Vidéothèque régionale. En effet en 1977 l'Institut National de l'Audiovisuel et le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d'Azur décidèrent de créer en commun une Vidéothèque régionale "afin de réunir la mémoire audiovisuelle de la région à partir des archives télévisées gérées par l'INA et des documents audiovisuels produits par des organismes régionaux et les créateurs de la région". Cette Vidéothèque, dont la direction était confiée à Henri Dumolié, s'installait dans les locaux restaurés de la Vieille Charité, et un premier catalogue de 200 titres de documents audiovisuels sur la vie régionale était mis à la disposition des collectivités, des associations et des chercheurs en 1982. Il était donc légitime que cette ouverture au public d'un pan du patrimoine culturel régional soit présentée dans le nouveau magazine en langue régionale, "A cor dubert".

Les missions de cette Vidéothèque allant en s'élargissant (conservation des archives de radio et de télévision régionale, stages de formation de professionnels de l'image et du son, partenariat avec l'Université pour la recherche dans le domaine audiovisuel, valorisation des fonds...), elle fut d'abord transformée en "INA Méditerranée", puis les locaux de la Vieille Charité s'avérant trop exigus pour y développer toutes ces activités, elle fut transférée en 2006 dans des espaces plus vastes : les bâtiments de l'ancienne manufacture des tabacs, rue Guibal. Aujourd'hui, la fresque interactive "Repères méditerranéens", mise en ligne en 2009, apparaît comme le prolongement de l'initiative prise trente ans plus tôt par le Conseil Régional PACA et l'Institut National de l'Audiovisuel, avec l'avantage que cette fois l'utilisation des nouvelles technologies de l'internet permettent la mise à disposition rapide et à un vaste public d'une importante sélection de documents audiovisuels.

Bernard Cousin

Transcription

(Musique)
Journaliste
[provençal]. Entendez par-là : Rien que provençal. [provençal]. Entendez par-là : Des langues de tous les pays. [provençal] [provençal]
(Silence)
Journaliste
[provençal]
(Musique)
Journaliste
[provençal]
(Musique)
Journaliste
[provençal]
Autre
Ma foi peut-être, je dis c'est possible. Mais ce qui me semble être le plus important, c'est que la vidéothèque régionale ici est une mémoire de la région. Donc de toute façon, elle, elle va pouvoir restituer ce qui a déjà été parlé en provençal, et que l'on a conservé, mais aussi elle va pouvoir conserver et diffuser ce qui va être produit en provençal. Et on peut penser que maintenant, on produira encore beaucoup plus qu'avant. Et d'ailleurs dès maintenant, nous avons des émissions que nous commençons à engranger, qui sont en provençal. Un exemple est le suivant.
Journaliste
[provençal]
(Musique)
Journaliste
[provençal]
(Musique)