La leçon d'histoire de Fernand Braudel

16 octobre 1985
03m 36s
Réf. 00473

Notice

Résumé :

L'historien Fernand Braudel est venu donner une leçon aux élèves de 3ème du Collège Alphonse Daudet à Chateauvallon, portant sur le siège de Toulon en 1707.

Date de diffusion :
16 octobre 1985

Éclairage

Le Centre de rencontres de Châteauvallon a été créé en 1964 à quelques kilomètres à l'ouest de Toulon, sur le territoire d'Ollioules, au milieu des pins et des oliviers, avec la rade comme horizon, par Henri Komatis et Gérard Paquet. Ce centre a pris avec les années une dimension et une renommée internationales, aussi bien en tant que lieu artistique, avec son théâtre " grec " où sont donnés des spectacles de théâtre, de musique classique et de jazz, de danse, que d'espace d'échange, avec la création du "Théâtre de la Science". Furent ainsi organisées des conférences et débats "Repères de la pensée contemporaine" pour questionner le monde de la science sur ses évolutions, le mettre en contact avec le grand public et l'approcher sous un angle culturel.

En 1985, Gérard Paquet invite à Châteauvallon le grand historien Fernand Braudel, promoteur de l'approche de l'histoire de longue durée et auteur d'un très célèbre ouvrage, La Méditerranée au temps de Philippe II, et inspirateur d'une série consacrée à cette mer diffusée par FR3 en 1976. Il y donne une leçon d'histoire à des élèves de classe de troisième, qu'il consacre au siège de Toulon en 1707. Lors de la guerre de Succession d'Espagne, la ville opposa une résistance héroïque et victorieuse face aux troupes du prince Eugène et du duc de Savoie Victor-Amédée II, qui l'assiégèrent pendant plus de trois semaines, tandis que leurs alliés anglo-hollandais bloquaient le port. Fernand Braudel s'explique du choix de ce sujet, qui peut paraître surprenant, pour lui qui a toujours insisté sur les structures et le temps long face à l'écume des événements : il accorde une grande importance au récit en histoire, notamment pour les élèves les plus jeunes, préférant réserver l'étude des civilisations aux plus avancés. Un film est réalisé montrant cette leçon d'histoire exceptionnelle, que Fernand Braudel donne sur les lieux même de l'événement, face à la rade. L'historien est ensuite convié à participer à trois " Journées ", consacrées à trois grands thèmes qui ont sous-tendu son oeuvre : la Méditerranée, le capitalisme, la France, au cours desquelles il dialogue avec des chercheurs et des personnalités issus des autres sciences sociales.

Un ouvrage publié l'année suivante par Arthaud-Flammarion rendra compte de ces débats. Gérard Paquet écrira : " Si je devais choisir parmi tous les événements de Châteauvallon, ce qui m'a le plus marqué, en dehors bien sûr de la fondation du lieu, c'est à ces journées que je ferai référence. [...] Cette façon que Braudel avait d'expliquer le temps, matériau composite où jouent, à des rythmes différents et de façon perpétuellement interactive, le temps de la très longue durée à travers les siècles, celui des cycles plus courts, ou le simple temps de l'événement, était pour moi l'explication lumineuse de la manière dont j'appréhendais confusément le monde ". Fernand Braudel avait beaucoup hésité avant d'accepter l'invitation de Gérard Paquet, car il était âgé de 83 ans et en train de rédiger une somme, L'Identité de la France, qui paraîtra non achevée en 1986. Ces journées de Châteauvallon furent l'apothéose de la carrière du grand historien, directeur des Annales, fondateur de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, élu en 1984 à l'Académie française. Il décédait  en effet le mois suivant des suites d'une opération. En 1997, Gérard Paquet quittait la direction de Châteauvallon, à la suite d'un conflit avec le maire Front national de Toulon, soutenu par le préfet d'alors, Jean-Charles Marchiani (voir Défense du théâtre de Châteauvallon).

Bibliographie :

Fernand Braudel, Une leçon d'histoire de Fernand Braudel, Paris, Arthaud-Flammarion, 1985.

Gérard Paquet, Châteauvallon, le théâtre insoumis, La Tour d'Aigues, éditions de l'aube, 1997.

Filmographie :

La leçon d'histoire de Fernand Braudel, Gérard Martin, Medi Média/Châteauvallon/IDAI production, 1985.

Méditerranée, coproduction FR3/RAI/Europe 1, 1976.

Bernard Cousin

Transcription

Journaliste
Point fort de ces journées, Fernand Braudel à Châteauvallon, eh bien une leçon d'histoire magistrale sur le siège de Toulon en 1707. Les élèves de 3ème du CES de La Valette ont eu ce matin un professeur d'histoire tout à fait extraordinaire puisqu'il s'agissait de l'académicien Fernand Braudel. Vous savez peut-être, c'est le pape de la Nouvelle Histoire. Il est en effet l'invité cette semaine du Centre de Rencontres de Châteauvallon. Et au premier banc des élèves, Pierre Dangas.
Pierre Dangas
Cela faisait plus de 50 ans que Fernand Braudel ne s'était pas trouvé face à des élèves aussi jeunes. Des potaches qui ont bien changé, côté look, mais que le vieux maître a tout de suite séduit par sa simplicité et son art de raconter l'histoire. Pour les besoins du tournage d'un film produit par Châteauvallon et Médimédia, la classe avait été installée face à la rade de Toulon, c'est la première leçon d'une série qui traitera aussi bien de la danse que de la grammaire.
Fernand Braudel
... de la France, parce que faites le calcul, de 1707 à 1985, ça fait combien d'années ? Ah ! l'histoire ça sert à tout, même à faire du calcul.
Gérard Paquet
Notre idée, lors de ce premier numéro, c'est l'idée d'une classe magistrale donnée par le plus grand et c'est aussi l'idée euh du grand-père qui passe le témoin à ses petits-enfants. C'est une façon aussi de recoller les morceaux du, d'une société éclatée, enfin d'une manière un petit peu, un petit peu symbolique, et en plus, ce qui est tout à fait merveilleux, euh Fernand Braudel a choisi le siège de Toulon en 1707 C'est-à-dire que il a voulu ancrer cette leçon magistrale dans un fait tout à fait concret qui intéresse notre histoire.
Fernand Braudel
Vous connaissez le maréchal de Tessé ? Tout le monde le connaît, et il est né, tout le monde sait très bien qu'il est né en 1651. Eh oui, eh bien figurez-vous que il y a quelqu'un qui essaie de démontrer qu'il est né en 1648, on lui donne 3 ans de plus. Mais qu'il ait 3 ans de plus ou 3 ans de moins, quand il arrive pour la première fois à Toulon, il écrit à Louis XIV, le roi de France, il écrit : «Toulon, sire, n'est pas une place, n'est pas une place forte, c'est un jardin dans lequel pourtant est enfermé tout ce qu'il y a de plus précieux pour vous et dont la perte irréparable est indicible.» Il se rend bien compte que la beauté, toulon c'est une petite ville, mais c'est une ville extrêmement belle.
Elève
Enfin, de mon point de vue, j'aimerais beaucoup faire toutes les leçons comme ça, c'est très intéressant et on en s'ennuie pas hein.
Pierre Dangas
Vous connaissiez monsieur Braudel avant ?
Elève
Non, euh enfin ...
Fernand Braudel
Mais oui bien sûr, nous nous sommes rencontrés à Saint Malo.
Elève
Oui
(Rires)
Pierre Dangas
Qu'est-ce que vous pensez de l'enseignement de l'histoire aujourd'hui et de ce qu'en dit par exemple le ministre de l'Education nationale ?
Fernand Braudel
Oui.
Pierre Dangas
La chronologie, le retour à un certain effort de mémoire.
Fernand Braudel
Ecoutez, je crois que dans des classes jeunes, je ne demande pas que les gens connaissent par coeur les dates, les noms, etc. Mais j'aime le récit, je trouve qu'on ne doit pas compliquer les choses, on ne doit pas parler de choses abstraites. Nous avons parlé de la flotte française, on a parlé de la France, mais on a toujours été au contact des choses, au contact des réalités. J'aime les bons récits, je crois que l'histoire traditionnelle avec les aperçus, les ouvertures d'aujourd'hui doit faire l'essentiel. J'ai peur que l'Histoire nouvelle dont je suis responsable, l'histoire nouvelle a été placée dans les petites classes, dans les classes ... et dans les classes Terminales, on a mis une histoire traditionnelle, on a fait juste le contraire de ce que j'aurais voulu faire. Mais on ne me demande pas mon avis.
Journaliste
Alors Fernand Braudel pour 3 colloques à Châteauvallon, vendredi, samedi et dimanche : la Méditerranée, le capitalisme, la France, et c'est ouvert à tout publics. Vendredi 18 octobre