Barcelonnette: reconversion économique de la vallée

08 septembre 1989
02m 08s
Réf. 00498

Notice

Résumé :

Le onzième bataillon des chasseurs alpins doit quitter la commune de Barcelonnette. De nombreux projets de développement de la vallée de l'Ubaye sont donc étudiés par le Conseil Général. En été, les sports en eau vive et la randonnée peuvent attirer de nombreux touristes, alors qu'en hiver ce sont les stations de ski qui peuvent se développer.

Date de diffusion :
08 septembre 1989
Source :
France 3 (Collection: Atr1 )

Éclairage

La vallée de l'Ubaye illustre les problèmes liés à une mono-activité, lorsque celle-ci disparaît. C'est le cas à Barcelonnette avec l'annonce en 1989 de la dissolution du 11e Bataillon de chasseurs alpins. Celui-ci, installé dans la vallée depuis 1948, était fortement implanté et contribuait aux revenus économiques des villes de Barcelonnette et Jausiers. Le reportage s'interroge donc sur les alternatives possibles de reconversion qui tournent autour du tourisme estival (sports d'eaux vives et de randonnées exploitant le patrimoine militaire des forts implantés le long de la frontière avec l'Italie) et surtout le tourisme hivernal en liaison avec les stations de Pra-Loup et du Sauze implantées dans les années 1960 et 1970. Le reportage pose deux conditions à cette reconversion : l'amélioration des accès routiers (notamment la RD 900) et une plus grande coopération avec les communes où sont implantées les stations de ski.

L'amélioration de la desserte routière sera effectuée par le Conseil général dans le cadre du transfert de compétences prévu par les lois de décentralisation de 1982-1983 ; la coopération sera le fait de l'intercommunalité par la création de la Communauté de communes de la vallée de l'Ubaye. Aujourd'hui Barcelonnette possède une Maison du Parc (Mercantour) et organise chaque été les Fêtes latino-américaines, en souvenir de ses expatriés au Mexique.

Dans le cadre de la mise en oeuvre du plan "Armée 2000", le 11e BCA a été dissous à compter de juin 1990 et ses quartiers sont aujourd'hui occupés par le CIECM (Centre d'Instruction et d'Entraînement au Combat en Montagne), devenu en 2008 un détachement du Centre national d'aguerrissement en montagne de Briançon.

Nicole Girard

Transcription

Gabrielle Bricet
Bonjour. La décision n'est donc pas annulée, mais retardée. Le 11ème bataillon des chasseurs alpins disparaîtra de Barcelonnette, mais pas avant que des mesures d'accompagnement ne soient trouvées. C'est ce qu'a appris, officiellement, hier la délégation d'élus partie à Paris rencontrer le Premier ministre. Ces élus voulaient l'annulation de la décision de Jean-Pierre Chevènement. Il n'obtiennent donc que le report. Reste maintenant à trouver ces solutions de remplacement. Hugues Girard nous dit ce qui est envisageable et surtout à quelles conditions.
Hugues Girard
Tous les projets de développement de la vallée de l'Ubaye passent obligatoirement par la route départementale 900, la seule voie d'accès vers le sud. Cette route est, pour l'instant, un véritable frein, trop étroite, trop tortueuse. Le conseil général et le conseil régional vont mettre de l'argent pour l'améliorer. Les travaux devraient durer environ 3 ans. La route refaite, la vallée de l'Ubaye pourra redevenir attractive pour toutes sortes d'activités, en général liées au tourisme, qu'il soit d'été ou d'hiver. L'été, la vallée, à plus de 1000 mètres d'altitude est un véritable paradis pour tous les sports en eaux vives sur l'Ubaye. Pour tous les randonneurs aussi. Certains ont même imaginé des randonnées thématiques autour du fort de Tournoux par exemple, qui est un des joyaux de l'architecture militaire de montagne du XIXe siècle. Tout autour de la vallée, il y a des dizaines de forts plus ou moins abandonnés qui pourraient être mis en valeur. A mettre en valeur aussi, le col du Restefond et la cime de la Bonette. C'est le col le plus haut d'Europe, à 2800 mètres d'altitude. La route qui y mène est devenue dangereuse, presque impraticable faute d'entretien. En hiver, Barcelonnette n'a jamais vraiment su profiter de la proximité des stations de ski, comme Pra-loup et le Sauze, et un peu plus loin, la Foux-d'Allos. Les élus de la vallée et ceux des stations ont pris, maintenant, conscience que leur sort était lié et qu'il serait temps, grand temps même, de créer des syndicats inter-communaux. Les aides de l'Etat viendront d'autant plus facilement que tous les élus de la vallée de l'Ubaye, et du département, seront d'accord sur un projet de développement commun. La crise liée au départ inéluctable du 11ème BCA pourrait faciliter la réflexion.
(Silence)
Gabrielle Bricet
Une prise de position...