L'entreprise Gemplus à Gemenos

01 septembre 1992
01m 56s
Réf. 00507

Notice

Résumé :

La société Gemplus a été l'une des plus belles réussites industrielles des années 1990, leader européen et mondial dans la fabrication des puces électroniques pour les cartes en plein développement (banques, téléphonie etc..). Elle a essaimé à partir de l'entreprise Eurotechnique de Rousset et s'est installée à Gémenos et La Ciotat. Entretien avec deux des membres fondateurs de l'entreprise.

Date de diffusion :
01 septembre 1992
Source :
France 3 (Collection: Atr2 )
Personnalité(s) :

Éclairage

L'entreprise Gemplus a été créée en 1988 par une poignée d'ingénieurs issus de l'usine Thomson de Rousset [cf Repmed00434], qui produit entre autres des circuits intégrés pour cartes à mémoire. Le marché de ce type de cartes est à ce moment-là en voie de développement rapide, notamment dans les télécommunications, le secteur bancaire, etc. Mais les deux fabrications, celle des cartes et celle des "puces" (les circuits intégrés) sont réalisés par des entreprises distinctes. À la fin des années 1980, Thomson, qui est engagé dans des opérations de restructuration du fait de son alliance avec SGS Microelletronica pour devenir SGS-Thomson, abandonne l'idée de fabriquer les cartes à puce. Quelques ingénieurs - dont Marc Lassus, futur directeur de Gemplus, Daniel Legal et Philippe Maes (ces deux derniers présents dans le reportage) - quittent alors Thomson pour fonder une start-up spécialisée dans la fabrication des cartes à puces, processus "d'essaimage", caractéristique des secteurs de la haute technologie. Installée sur les zones d'entreprises de Gémenos puis de La Ciotat, Gemplus va se rendre célèbre, au cours de ses douze premières années d'existence, par ses performances technologiques et ses succès commerciaux. A une allure fulgurante, Gemplus deviendra leader mondial dans son secteur ; la start-up provençale sera à la fin des années 90 une multinationale de 7 800 salariés dont 2 900 en France, présente dans plus de 37 pays, avec 16 usines, 7 centres de Recherche et Développement, 44 points de vente.

Gemplus a ouvert une nouvelle page de l'histoire de la micro électronique en Provence, distincte des industries des circuits intégrés et elle a à son tour favorisé la création et le développement de multiples entreprises travaillant en liaison avec elle.

La mise en Bourse au début 2000 et la recherche de nouveaux investisseurs seront à l'origine d'une crise majeure dans l'entreprise. L'entrée dans le capital d'un fonds d'investissement américain, Texas Pacific Group, divise les fondateurs qui quittent bientôt l'entreprise entre 2001 et 2002. En 2006, Gemplus international a fusionné avec Axalto, une autre entreprise française du secteur issue de Schlumberger, pour devenir Gemalto, toujours leader mondial des cartes à puces et des cartes SIM pour la téléphonie mobile.

Nicole Girard

Transcription

Journaliste
Autre exemple où l'Europe a permis de développer un marché régional : c'est celui de Gemplus qui fabrique les cartes à puce. Valérie Chenine, Jean-Claude Tepedian.
Valérie Chenine
Gemplus n'a pas de complexes. Depuis 1988, l'entreprise a une croissance de 50% par an. Elle attaque les concurrents poids lourds sur leur terrain, au culot. Au siège de Gémenos, le personnel a 31 ans en moyenne, parle en tout 15 langues. 10% de ces jeunes loups sont étrangers. Le directeur des ventes est italien. Gemplus vend 3 millions de cartes à puce par mois en Europe, avec des bureaux de vente en Grande-Bretagne, Italie, Espagne, et maintenant en Allemagne, une unité de production démarre à Stuttgart.
Philippe Maes
Il y a 15 ans, les seuls vrais européens, c'étaient les gens qui travaillaient pour des sociétés américaines, parce qu'à l'époque, déjà, on pensait Europe, on pensait marché global, on pensait stratégie globale. Et en fait, lorsque je suis rentré en France et je suis rentré, pour la première fois, dans une grande société française, et que j'ai vu qu'il y avait un département France et un département Export, en fait, j'ai été un petit peu choqué et déboussolé par cette attitude, parce que, effectivement, ça ne me paraît pas correspondre aux réalités de ce qu'est l'économie européenne, de ce qu'est le marché européen.
Valérie Chenine
Pour l'équipe de direction, l'implantation européenne est un bon calcul stratégique, pour s'attaquer au marché mondial et Amérique-Asie.
Daniel Legal
Au niveau de Bruxelles, nous menons aussi une activité importante de partenariat. Nous fabriquons, aujourd'hui, un produit qui s'appelle une carte à puce qu'on retrouve dans de très nombreuses applications. Mais deriière cette carte, on est obligé de mettre en place un réseau, on est obligé de mettre en place des terminaux que nous ne fabriquons pas, et que nous commercialisons en partenariat avec nos cartes. Et ces partenariats, aujourd'hui, se nouent en partie au niveau de l'Europe et de Bruxelles.
Valérie Chenine
En Europe de l'Est, la monétique n'est pas une priorité. Alors en attendant son heure, Gemplus multiplie les missions sur place.
Journaliste
Dans les Hautes Alpes, une commune...