Lancement de l'Année Cézanne

06 avril 2006
02m 02s
Réf. 00550

Notice

Résumé :

L'année Cézanne commence à Aix-en-Provence, à l'occasion du centenaire de la mort du peintre. En prélude à l'exposition qui se tiendra dans la ville natale du peintre, du 9 juin au 17 septembre, les visiteurs pourront découvrir la bastide du Jas de Bouffan, où l'artiste a vécu et travaillé pendant quarante ans ou les carrières de Bibémus au pied de la sainte Victoire.

Date de diffusion :
06 avril 2006
Source :

Éclairage

Paul Cézanne est né (en 1839) et mort (en 1906) à Aix-en-Provence. Il passa sa vie adulte en incessants allers et retours entre sa ville natale et Paris. Dans la capitale, il allait chercher le contact avec d'autres artistes de son temps et une reconnaissance officielle de son travail de peintre, par une participation au Salon, qui lui fut refusée pendant des décennies. À Aix-en-Provence, outre la demeure familiale du Jas-de-Bouffan, il venait retrouver la lumière, et l'inspiration sur le motif : les pins de Château-Noir, les carrières ocrées de Bibémus, et surtout le massif de Sainte-Victoire, ou encore, dans les environs, le village de Gardanne et le littoral à l'Estaque. En 1901, à plus de soixante ans, il put enfin y faire construire l'atelier qu'il souhaitait, au domaine des Lauves, où il réalisa ses dernières oeuvres, notamment Les grandes baigneuses. Très attaché à sa Provence, il écrivait en 1886 : "il y aurait des trésors à emporter de ce pays qui n'a pas trouvé encore un interprète à la hauteur des richesses qu'il déploie".

La ville d'Aix-en-Provence ne sut pas reconnaître le génie de son peintre de son vivant. Mais en 2006, à l'occasion du centième anniversaire de sa mort, elle lui consacra un bel hommage, "l'année Cézanne". Le travail avait commencé plus de quinze ans auparavant, après le terrible incendie de la Sainte-Victoire, le 28 août 1989. La municipalité décida alors d'organiser l'année suivante une exposition "Sainte-Victoire Cézanne", au bénéfice de la réhabilitation du massif. Elle se fit avec le concours de John Rewald, le spécialiste mondialement reconnu de Cézanne, qui avait déjà contribué en 1953 à sauver l'atelier des Lauves. Ensuite, la ville acquit les deux grands sites cézanniens que sont le Jas-de-Bouffan, et les carrières de Bibémus. En 2006, l'ensemble de ces lieux, et bien d'autres encore, furent accessibles au public dans le cadre d'un parcours cézannien, dont le point d'orgue était une exposition, co-organisée par la National Gallery of Art de Washington, de plus d'une centaine d'oeuvres du peintre, prêtées par des musées du monde entier, et réunies dans un Musée Granet rénové pour l'occasion. Avec un siècle de retard, Aix payait sa dette envers le plus célèbre de ses enfants, un des fondateurs de l'art contemporain.

Bibliographie :

Denis Coutagne et Philip Conisbee dir., Cézanne en Provence, Catalogue de l'exposition, Paris, Réunion des musées nationaux, musée Granet/Communauté du Pays d'Aix, avec la National Gallery of Art, Washington, 2006.

Bernard Cousin

Transcription

Sylvie Depierre
Commençons ce journal avec l'actualité culturelle qui compte en 2006 l'année Cézanne, qui prend ce week-end toute sa mesure. Pour la première fois le public pourra découvrir des sites qui étaient fermés jusqu'ici. Par exemple le parc de la bastide du Jas de Bouffan et surtout les carrières de Bibemus, un lieu magique. Je vous propose de suivre Muriel Gensse et Ludovic Moreau en compagnie du conservateur du musée Granet.
Muriel Gensse
C'est ici que tout commence. Paul Cézanne a 20 ans quand il entre dans le parc de la bastide du Jas de Bouffan.
Denis Coutagne
C'est la maison de son père, qui est achetée en 1859, c'est la maison familiale, c'est son lieu enraciné en Provence ; s'il y a un lieu en Provence qui est privilégié, c'est celui-là. Cézanne va quand même l'occuper, par intermittence, mais va l'occuper picturalement de 1859 à 1899, c'est-à-dire 40 ans.
Muriel Gensse
Le peintre se fait aménager une verrière. Pour son travail, il s'inspire notamment du bassin et des allées d'arbres. Le conservateur du musée Granet nous emmène dans un autre lieu cézannien, les carrières de Bibemus. Un palais à ciel ouvert qui préfigure le cubisme et le fauvisme, rien que ça. Un site épargné par le temps, situé au pied de la Sainte Victoire.
Denis Coutagne
Vous vous retournez quand vous arrivez là et c'est un moment d'extase.
(Silence)
Muriel Gensse
A la fin de sa vie, Cézanne se fait construire l'atelier des Lauves. Il se consacre aux grandes oeuvres, il a besoin d'espace.
Denis Coutagne
Il y avait cette, cette chose étonnante qu'il a construit, qu'il a fait construire, qui est une ouverture permettant de sortir et de rentrer les grands tableaux.
Muriel Gensse
Dans la lumière de son atelier, Cézanne peint les Baigneuses. L'oeuvre a été choisie comme nouveau timbre et le but de ce week-end est d'y faire apposer les cachets postaux cézanniens ; bonne chance.
Sylvie Depierre
Il y avait un million 700 mille euros de...