Victoire d'Alain Prost au Grand Prix de Monaco

19 mai 1985
01m 59s
Réf. 00602

Notice

Résumé :

La course de Formule 1 est remportée pour la deuxième année consécutive par Alain Prost.

Date de diffusion :
19 mai 1985
Source :
France 3 (Collection: SOIR 3 )
Lieux :

Éclairage

En 1985, comme chaque année depuis trente ans, le Grand prix de Monaco de Formule 1 se déroule dans les rues de la Principauté. Cependant, la première course automobile disputée à Monaco date du 14 avril 1929, quand s'élancent seize concurrents dans la première épreuve automobile organisée dans la ville. Cette course est organisée par l'"Automobile Club de Monaco" qui a succédé, en 1925, à l'Association de sport vélocipédique monégasque fondée en 1890. Elle peut se dérouler grâce à l'engagement du président de l'Automobile Club, Alexandre Noghès, et à son fils Anthony qui mène les démarches auprès des instances internationales du sport automobile. Ils bénéficient du parrainage du célèbre pilote monégasque Louis Chiron et surtout du soutien du prince Louis II. Les coureurs doivent parcourir 318 kilomètres soit cent tours de circuit.

Après une première inscription au championnat du monde des conducteurs de Formule 1 en 1950, ce n'est qu'en 1955 que le Grand Prix s'installe comme un rendez-vous annuel. Le prince Rainier III, soucieux de développer la principauté sur le plan urbanistique et touristique, y voit assurément un moyen de donner de la visibilité et de la renommée à l'un des plus petits États du monde. Le territoire restreint de la Principauté entre mer et montagne et le caractère urbain du circuit donnent sa spécificité au circuit à la piste étroite qui rend les dépassements difficiles. La difficulté rend la victoire d'autant plus prestigieuse. Les meilleurs pilotes, depuis l'Argentin Fangio en 1950, cherchent à s'y imposer. Maurice Trintignant est le premier Français à y remporter une victoire, en 1955. Trente ans plus tard, alors que le circuit a peu changé, à l'exception de la ligne droite dite de la "piscine", un autre Français, Alain Prost, passe pour la deuxième année consécutive la ligne d'arrivée en tête du circuit de 3,367 km. Cette année-là, en 1985, le pilote de la MacLaren devient champion du monde. Vainqueur encore l'année suivante et en 1988, c'est cependant son grand rival, le Brésilien Ayrton Senna, qui compte le plus grand nombre de victoires à Monaco (six sur dix participations).

Le Grand Prix de Monaco est l'une des compétitions sportives les plus suivies au monde. Il participe, de fait, au rayonnement de la Principauté.

Bibliographie :

Annales Monégasques, Revue d'Histoire de Monaco, 1977-2008 ; Johnny Rives, 50 ans de Formule 1, Paris, L'Équipe, 1999.

Stéphane Mourlane

Transcription

Journaliste
Cette fois, pas de kilos en trop ou en moins. Cet après-midi à Monaco, Alain Prost a remporté une vraie victoire. La 2ème cette saison en 4 grands prix, et ce grand prix-ci a été particulièrement mouvementé. Michel Drhey.
Michel Dhrey
Ayrton Senna en pole position, on y est habitué. Le Brésilien sur sa Lotus Renault est actuellement le plus rapide des pilotes, quel que soit le tracé. Monaco, c'est le circuit le plus lent mais aussi le plus difficile. C'est un grand prix qui se gagne à plus de 140 km de moyenne horaire, et les pilotes effectuent pendant les 78 tours, soient 258 km, plus de 2.000 changements de vitesse. L'important à Monaco, c'est de prendre le commandement. De nombreux incidents vont perturber ce grand prix. 1ère victime, Patrick Tambay, dès le 1er tour, comme l'an dernier. Pendant ce temps, Ayrton Senna caracole en tête, devant Alboreto et Alain Prost. Mais sur ce circuit exigeant pour les transmissions et les boîtes de vitesse, tout peut arriver. 2ème victime, le fougueux brésilien Senna, moteur cassé. Et puis regardez, Nelson Piquet veut doubler Patrese ; la Brabham touche le rail de sécurité, on a frôlé la catastrophe.
(Bruits)
Michel Dhrey
C'est terminé pour Niki Lauda, très malchanceux cette saison. Patrese et Piquet - qui grimace - l'ont échappé belle. Chassé-croisé en tête de la course : Alboreto et Prost prennent le commandement à tour de rôle. Prost passe une dernière fois, il se retrouve 1er devant De Angelis et De Cesaris, car Alboretto s'arrête à son stand pour changer le pneu arrière gauche qui s'est dégonflé. L'italien qui aura 40 secondes de retard va faire une fin de course éblouissante et se classer finalement 2ème devant De Angelis, De Cesaris, Warwick et Jacques Laffite. Alain Prost a une avance confortable qui lui permet de prendre tranquillement la bonne trajectoire pour économiser les pneus et la mécanique. C'est la 2ème victoire d'Alain Prost à Monaco.