Affaire des Casinos de Nice

18 octobre 1978
04m 49s
Réf. 00608

Notice

Résumé :

Le commentateur évoque l'atmosphère empoisonnée de la guerre des casinos qui sévit à Nice, entre Le Rhul, contrôlé par le groupe Fratoni et le Palais de la Méditerranée, géré par Renée Le Roux. La mainmise de Fratoni sur son concurrent depuis juin 1977, l'implication d'un avocat véreux conduisent Renée Le Roux à voir dans la disparition de sa fille la conséquence de cette guerre des casinos.

Date de diffusion :
18 octobre 1978
Source :
TF1 (Collection: IT1 20H )

Éclairage

La guerre des casinos de Nice, opposant celui du Palais de la Méditerranée (géré par Renée Le Roux) et Le Ruhl (sous la direction de Jean-Dominique Fratoni), connaît plusieurs épisodes retentissants à partir de 1977. Au cours de l'assemblée générale du Palais de la Méditerranée, le 30 juin 1977, Agnès Le Roux met sa mère en minorité, après avoir vendu son vote et ses parts à Jean-Dominique Fratoni, patron du casino voisin et concurrent. Fratoni, magnat du jeu de la région et ami de Jacques Médecin, maire de Nice, ne serait qu'un prête-nom pour une branche de la mafia qui l'aurait chargé de racheter tous les casinos de la Côte d'Azur, pour éliminer toute concurrence et faire de la Promenade des Anglais le "Las Vegas" français.

Agnès Le Roux a vendu le contrôle du Palais de la Méditerranée contre trois millions de francs, grâce à son amant et avocat, Jean-Maurice Agnelet, qui l'a mise en contact avec Jean-Dominique Fratoni ; l'argent a été versé sur un compte commun aux deux amants en Suisse, avant que la somme ne soit transférée sur un compte personnel de J.-M. Agnelet. Dans ce contexte trouble, s'ajoute la disparition d'Agnès Le Roux, au cours du week-end de la Toussaint 1977. Trente-cinq ans plus tard, son corps n'a toujours pas été retrouvé. Dès l'époque, Renée Le Roux est convaincue que sa fille est victime de cette guerre des casinos ; elle accuse Fratoni de concurrence déloyale et soupçonne Maître Agnelet, chargé de l'achat du vote. Sa responsabilité dans l'entrée de Fratoni au Palais de la Méditerranée fait de lui un suspect majeur dans la disparition d'Agnès Le Roux.

En octobre 1978, Fratoni est inculpé de délit d'achat de vote, et prend la fuite en Italie et Jean-Maurice Agnelet, radié du barreau, est inculpé pour complicité et délit d'achat et recel. Il obtiendra un non-lieu en 1985, faute de charges suffisantes ; en 1990, il sera condamné à trente mois de prison pour abus de confiance. L'aveu d'un faux témoignage en faveur d'Agnelet relancera l'affaire devant les assises des Alpes-Maritimes. Condamné en 2007 à vingt ans de prison, Jean-Maurice Agnelet saisit la Cour européenne des droits de l'homme. Un troisième procès est ordonné, qui aboutit en avril 2014 à une nouvelle condamnation à vingt ans de réclusion criminelle.

Par-delà son caractère sordide, cette affaire illustre le poids de l'empire du jeu et ses dérives dans la région.

Bibliographie :

Renée Le Roux, Une femme face à la mafia, Paris, Albin Michel.

Renée Le Roux et Alain Roullier, Révélations, Paris, France Europe éditions, 1999.

Marie-Françoise Attard

Transcription

Roger Gicquel
Alors bon autre chose, c'est tout à fait autre chose, c'est pour ça que j'ai demandé une petite coupure, elle n'est pas intervenue, alors... Tout à fait autre chose oui, parce que il s'agit des casinos. Faites vos jeux, rien ne va plus, ça pourrait être un titre banal mais accrocheur d'un roman policier de la série noire, avec une atmosphère vénéneuse à couper au couteau, et le sous-titre pourrait être «la guerre des casinos à Nice». Dans cette ville, la guerre des casinos, c'est tout le monde le sait, le Rhul, contrôlé par le groupe Fratoni contre le Palais de la Méditerranée, géré par madame Renée Le Roux. Il y a quelques mois, le groupe Fratoni, celui du Rhul, entrait en sous main dans le conseil d'administration du Palais de la Méditerranée. Puis quelques temps plus tard, le même Palais de la Méditerranée était obligé de fermer ses portes. Il est d'ailleurs occupé depuis par son personnel privé d'emploi. Certains ont dit aussitôt que cet établissement avait été coulé sciemment par ses rivaux qui s'étaient infiltrés dans la place. Madame Le Roux a toujours accusé le groupe Fratoni de concurrence déloyale et d'avoir manipulé sa propre fille Agnès pour arriver à ses fins, et justement, Agnès Le Roux a disparu depuis un an. Sa mère a porté plainte pour séquestration arbitraire. C'est sur cette étrange disparition que porte l'enquête d'Eric Gilbert.
Eric Gilbert
Agnès a fait entrer le loup dans la bergerie et le loup l'a mangée. Morale brutale, mais certains à Nice n'en voient guère d'autre possible. En juin 77, la guerre entre le Palais de la Méditerranée et le Rhul, le casino concurrent, faisait rage. En votant contre sa famille au conseil d'administration, Agnès a alors permis aux adversaires de sa mère de prendre pied au Palais de la Méditerranée. Les 2 femmes ne s'entendaient guère, c'était de notoriété publique. Mais Agnès était semble-t-il fantasque, changeante, après sa trahison, elle fera deux tentatives de suicide. Remords, manipulation, dans les deux cas elle pouvait devenir gênante, fait-on observer, on a pu la pousser à quitter Nice, à disparaître. De là à conclure qu'elle a été enlevée, il n'y a qu'un pas.
Renée Le Roux
Il a fallu qu'il y ait beaucoup de, de choses qui interviennent pour qu'elle en arrive là, et d'ailleurs ma fille n'était pas non plus suicidaire, c'était une fille extrêmement gaie et qui était très, très jolie et qui était très spirituelle, qui est très, très artiste, c'était pas du tout une jeune femme qui avait des idées de suicide. Il a fallu qu'il y ait beaucoup de choses, beaucoup de pression,
Eric Gilbert
Pression morale ?
Renée Le Roux
pression morale, beaucoup de choses.
Eric Gilbert
Aujourd'hui, madame Le Roux précise ses accusations. Elle met en cause maître Agnelet. Agissant pour le compte de son concurrent Jean-Dominique Fratoni, cet avocat qui était l'amant d'Agnès aurait été chargé d'acheter son vote, et il aurait fait cela par vengeance.
Renée Le Roux
Monsieur Agnelet avait voulu, espérait avoir un rôle au Palais de la Méditerranée, de directeur général. Euh je lui avais dit que c'était impossible, il m'avait proposé alors un contrat en tant que conseil et avocat de la société, un contrat extrêmement cher d'ailleurs, que j'avais refusé également.
Eric Gilbert
Entendu pendant 48 heures par les policiers, maître Agnelet avouera d'abord avoir effectivement négocié le vote d'Agnès contre 2 millions de francs. Mais ensuite il reviendra sur ses aveux, expliquant qu'il a simplement agi comme témoin dans une vente d'actions tout à fait régulière.
Jean-Maurice Agnelet
Je suis obligé de rester dans la plus grande réserve. Toutefois, je peux vous dire que toutes les personnes qui doivent connaître de cette enquête connaissent exactement mon rôle. Il est clairement établi ... Je n'ai moi en conscience rien à me reprocher et la justice ne me reproche rien. Je dois vous dire que si maintenant je ne peux, je me, il m'est interdit de parler, de par le conseil de l'ordre et monsieur le juge d'instruction, je me réserve de pouvoir plus tard m'expliquer.
Eric Gilbert
Une seule question, maître : est-ce que vous pensez qu'Agnès Le Roux est encore en vie ?
Jean-Maurice Agnelet
Je ne le sais pas, je l'espère.
Eric Gilbert
L'ordre des avocats niçois juge cependant ce comportement étrange, et maître Agnelet sera peut-être suspendu dans les jours qui viennent. Mais une fois de plus manque un élément d'appréciation : le témoignage de Jean-Dominique Fratoni. Toutes ces rumeurs ne l'ont pas fait sortir de son silence. Il a été entendu par les policiers dans sa villa où tous les visiteurs ne sont pas forcément les bienvenus, et on le voit moins souvent dans les salles de jeux de son établissement. Tout cela crée sur la Promenade des Anglais une atmosphère empoisonnée. Il y a quelques jours, un enquêteur aurait dit : il y a comme une odeur de mort qui flotte au-dessus de ces casinos. C'est peut-être exagéré, mais Agnès Le Roux a disparu avec sa voiture il y a un an déjà, et ils sont peu nombreux ceux qui pensent la voir réapparaître un jour, vivante.