Une nouvelle salle pour le festival d'Aix

06 juillet 2007
47s
Réf. 00617

Notice

Résumé :

Un nouvel auditorium va s'ouvrir à Aix en Provence, une salle prestigieuse pour un des plus grands festivals d'art lyrique du monde. Cette salle, le Grand Théâtre de Provence, contient 1400 places, une scène modulable et une fosse d'orchestre pouvant contenir plus de cent musiciens. De plus, des écrans géants sont installés en extérieur, assurant une retransmission gratuite pour le public.

Date de diffusion :
06 juillet 2007
Source :
Personnalité(s) :

Éclairage

C'est en juin 2007 que fut inauguré, en présence de la nouvelle ministre de la Culture, Christine Albanel, et de la maire d'Aix, Maryse Joissains-Masini, le Grand Théâtre de Provence (GTP), avec l'opéra La Walkyrie de Richard Wagner. Il s'agit d'une grande salle de concert moderne et modulable de 1 360 places, conçue par l'architecte Vittorio Gregotti dans le style des théâtres à l'italienne, dotée d'une fosse d'orchestre pouvant accueillir une centaine de musiciens, d'une vaste scène de 32 mètres sur 15 et d'équipements techniques de pointe. Ce nouveau monument aixois, revêtu de pierre ocre et caractérisé par un ensemble de terrasses superposées l'ouvrant sur la ville et sur la Sainte-Victoire, fait contraste avec le Pavillon noir voisin, ouvert l'année précédente et oeuvre de Rudy Ricciotti.

Après un an d'existence, le GTP présente un bilan satisfaisant. Son directeur, Dominique Bluzet, qui dirige également le Théâtre du Jeu de Paume à Aix et le Théâtre du Gymnase à Marseille, a su varier la programmation avec intelligence, mariant les genres (opéras, concerts symphoniques, musique de chambre, musique vocale, spectacles pour enfants et aussi jazz, danse et chansons) et les publics. Opération d'un coût total élevé (40 millions d'euros), la construction du GTP fut toutefois rondement menée, grâce à l'effort financier de la commune d'Aix-en-Provence et au soutien des collectivités territoriales. À l'inverse, la réalisation de certains grands équipements culturels marseillais, pourtant programmés depuis des années à l'instar du MUCEM ou de la Cité nationale des arts de la rue, traîne en longueur. En outre, le Grand Théâtre de Provence, qui jouxte le Pavillon Noir, autrement dit le Centre chorégraphique national voulu et dirigé par le chorégraphe Angelin Preljocaj, constitue un élément important du nouveau dispositif urbain mis en place par la mairie d'Aix à travers le quartier Sextius Mirabeau. Cette vaste opération de rénovation urbaine, à vocation à la fois résidentielle, commerciale et culturelle, permet à la ville de se redéployer vers l'Ouest et de délester le centre-ville ancien, tout en concurrençant ce dernier sur le plan commercial.

Boris Grésillon

Transcription

Journaliste
Et puis à Aix-en-Provence, l'art lyrique : La Chevauchée des Walkyries de Wagner présentée dans un nouvel écrin. Un auditorium qui manquait à la ville. Reportage Marie-Hélène Bonnot et David Fossard.
Marie-Hélène Bonnot
Dernier coup de pioche pour cette boîte à musique grandiose, digne d'un des plus grands festivals de musique lyrique du monde. Une salle qui domine la ville, intégrée dans le tissu urbain. L'architecte a dessiné des volumes plutôt classiques.
Paulo Colao
C'est un bâtiment qui se veut également un peu silencieux, je veux dire, assez discret, comme une montagne si vous voulez, comme un rocher, donc qu'on apprécie plus pour ses volumes et ses masses que pour son hauteur.
Marie-Hélène Bonnot
1400 places sur quelques 8000m² en plein centre ville. Une scène modulable de 32m X 15, et surtout une fosse d'orchestre pouvant accueillir plus de 100 musiciens.