Giono et le barrage

16 juin 1956
03m 12s
Réf. 00674

Notice

Résumé :

Enregistrée le 16 juin 1956, cette archive annonce que Jean Giono prépare un film qui s'intitulera L'Eau vive et précise qu'il sera tourné sur les rives de la Durance « qui se dépoétise sous la volonté industrielle de l'homme ». On assiste d'abord à la répétition d'une scène dans une cour de ferme des Hautes-Alpes. On y voit notamment Blavette et Pascale Audret, « la découverte de Giono ». Curieusement, le réalisateur du film, François Villiers, n'est jamais cité, bien qu'il apparaisse à l'image. Le reportage montre ensuite les ultimes (et lourds) préparatifs avant le premier tour de manivelle, puis le tournage lui-même, de nuit, au bord de la Durance.

Type de média :
Date de diffusion :
16 juin 1956
Source :

Éclairage

Il peut paraître étrange de dire que L'Eau vive est un des films les plus insolites du cinéma français. C'est pourtant bien le cas. Du moins en ce qui concerne ses conditions de production et de réalisation. Pour les comprendre, il faut remonter à 1955 et parler... aménagement du territoire ! Cette année-là, l'Etat entérine un projet colossal, essentiel pour les besoins énergétiques du pays et le développement de l'arrière-pays provençal : l'aménagement Durance – Verdon. EDF, qui s'en voit confier la réalisation, doit construire rien moins que 23 barrages et prises d'eau, 33 centrales hydroélectriques et un canal de 250 kms !

Par delà les 117 communes directement concernées, c'est la région toute entière, ses paysages, son économie, qui vont être complètement refaçonnés. Technocrates et politiques mesurent bien qu'un changement de cette ampleur doit se faire non pas contre, mais avec la population. Or, pour bénéfique qu'il soit à termes, l'aménagement entraîne d'importantes perturbations, des changements considérables, et même de terribles sacrifices puisque tout ou partie de plusieurs communes doivent disparaître sous les eaux. Il faut donc vaincre les réticences, les oppositions. De plus, l'enjeu dépasse l'échelle régionale. C'est le pays tout entier qui doit adhérer à cette nouvelle et exaltante avancée de la Fée Electricité.

Mais comment « communiquer sur l'événement » ? L'idée première est de commanditer une série de courts-métrages. Puis, l'aménageur pense que l'objectif sera bien mieux atteint à travers un long-métrage de fiction, avec budget conséquent, acteurs connus et scope couleurs. Il définit alors un cahier des charges qui conditionne le financement : l'intrigue sera laissée à l'initiative des auteurs, à condition que les travaux d'aménagement, et leur progression, y occupent une place de choix. Ainsi va naître L'Eau vive, « propagande romancée », comme on a pu le dire, mais romancée par Giono !

Jeanne Biscioni-Baumberger

Transcription

Pierre Cordelier
Pierre Cordelier
(Musique)
Pierre Cordelier
Eau Vive , tel est le titre du film que Jean Giono tourne sur les rives de la Durance.
(Musique)
Pierre Cordelier
L’auteur ,Blavette, son principal interprète, Pascale Audret, vedette féminine et découverte de Giono, se réunissent dans la cour d’une ferme des Hautes-Alpes.
(Musique)
Pierre Cordelier
Ce Monsieur aux cheveux blanc, c’est Jean Giono lui-même.
(Musique)
Pierre Cordelier
L’acteur François Patrice est devenu ingénieur du son.
(Musique)
Pierre Cordelier
Quant à l’opérateur, il se nomme Soulignac et le voici.
(Musique)
Pierre Cordelier
On répète d’abord, puis on enregistre, sous l’œil du maître de Manosque bien entendu.
(Musique)
Pierre Cordelier
La jeune chèvre passionnée que Giono a cherchée pendant des mois, elle est là. Je vous rappelle son nom, Pascale Audret. Quant à Blavette, il affiche un calme digne de l’acteur chevronné qu’il est.
(Musique)
Pierre Cordelier
Le lien de ce film, L’Eau Vive, ce sera la Durance. Cette Durance poétique et qui se dépoétise sous la volonté industrielle de l’homme. Cette Durance sur les bords de laquelle, on effectue les derniers préparatifs techniques avant de donner le premier tour de manivelle.
(Musique)
Pierre Cordelier
Et voici la première image du film que vous verrez dans quelques mois sur les écrans en couleur et en cinémascope.
(Musique)
Pierre Cordelier
Le berger et les moutons, la jeune chèvre vagabonde et amoureuse, personnage cher à Jean Giono ; personnage que nous retrouvons bientôt dans Eau Vive , le dernier né de l’auteur de Regain, Eau Vive qui prend naissance en ce moment dans les Hautes-Alpes.
(Musique)