Le nouveau Marseille

13 avril 2012
05m 16s
Réf. 01001

Notice

Résumé :
Le magazine Thalassa présente les différents projets qui, entre le Vieux-Port de Marseille et le bassin d’Arenc, vont favoriser le rayonnement culturel de cette ville labellisée « capitale européenne de la culture 2013 ».
Type de média :
Date de diffusion :
13 avril 2012

Éclairage

Thalassa présente le « nouveau » Marseille en cours d’élaboration. Le reportage a pour intérêt de montrer la ville en pleine transformation depuis que sa candidature a été retenue pour devenir « capitale européenne de la culture en 2013 ». Ce label a accéléré la réalisation de projets imaginés et non réalisés jusqu’ici, et va transformer la façade maritime située entre le Vieux-Port et le bassin d’Arenc. Cet ensemble culturel, sans équivalent en Europe, composé de réhabilitations de bâtiments anciens et de créations architecturales souvent originales doit donner une impulsion durable à Marseille.
Il en va ainsi avec le MuCEM, Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, qui va se déployer sur deux espaces, l’un ancien, l’autre qui sort de terre. La réhabilitation du Fort Saint-Jean, vieil édifice militaire, achevé sous Louis XIV, inaccessible jusque-là, va devenir un espace public, lieu de promenade et de convivialité. Le Fort va devenir accessible grâce à une passerelle de béton, suspendue à 20 mètres de hauteur. C’est une création inspirée de l’architecte Rudy Ricciotti, tout comme le bâtiment entouré d’eau qu’il a imaginé et qui se compose d’une structure, recouverte d’une dentelle de béton fibré permettant de filtrer les rayons du soleil (voir ce document).
D’autres chantiers sont réalisés dans ce même périmètre, avec deux établissements culturels régionaux, en particulier. Le bâtiment du CEREM (Centre régional de la Méditerranée – la future Villa Méditerranée), original par son architecture amphibie, conçue par Stefano Boeri, est installé sur le môle J4, à côté du MuCEM. L’ambition affichée est d’en faire le symbole du dialogue entre les cultures, du partage et des techniques (voir ce document).
Le FRAC (Fonds Régional d’Art Contemporain) Provence-Alpes-Côte d’Azur va s’installer, en 2013,  dans un nouveau bâtiment imaginé par l’architecte Kengo Kuma, dans le quartier de la Joliette, au cœur de l’espace Euroméditerranée (opération d’intérêt national, lancée en 1995, destinée à une opération urbaine de rénovation de grande envergure).
La façade littorale de Marseille évolue, elle mélange activité portuaire et culturelle : la reconversion du Silo d’Arenc en salle de spectacle, entre l’autoroute A55 et le port, inauguré en 2011, est un succès de ce point de vue. La nouvelle vocation culturelle de cet espace se complètera, en 2013, avec la réhabilitation du J1, hangar du Port autonome, chargé d’accueillir des expositions au premier étage, tandis que le port maintiendra son activité : les navires continueront d’accoster de part et d’autre de ce hangar, permettant un croisement entre les visiteurs des expositions et les passagers ou croisiéristes.
À côté de ces chantiers culturels ambitieux, Marseille se dote d’appartements de luxe, d’hôtels comme celui qui, aux Accoules, réutilise l’Hôte-Dieu, des galeries marchandes, pour accueillir et séduire un nouveau public. Dix millions de visiteurs sont attendus en 2013 (voir ce document). Le reportage de Thalassa rend bien compte du changement d’image d’une ville qui n’a jamais cessé d’être en mouvement.
Bibliographie
  •  « Marseille accueille le monde », Marseille, revue culturelle, n° 240, avril 2013, 127 p.
  • Maryline Crivello, « L’invention d’un musée d’un nouveau genre ? Le MuCEM-Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée », Sociétés et représentations, printemps 2014, n°37, p. 197-201.
  • Boris Grésillon, Un enjeu "capitale" : Marseille-Provence 2013, éd. de l’Aube, coll. Monde en cours, 2011, 171 p.
Marie-Françoise Attard-Maraninchi

Transcription

Sabine Quindou
…image d’Epinal, c’est vrai qu’il y a le Marseille chanté par Fernandel, écrit par Pagnol, peint par Cézanne ; mais il y a aussi l’autre Marseille, le nouveau Marseille, celui qui est en gestation, qui a été filmé, lui, par Sophie Morand et Christian Auxemery, et qui va émerger des travaux.
Georges Pernoud
Ah, les travaux, on en a beaucoup parlé, par exemple, pour le tramway, ça a duré longtemps et puis, maintenant, tout le monde est content d’avoir le tramway. Je suis sûr que pour l’année prochaine ce sera pareil. Là, pour l’instant, c’est ennuyeux, mais après, ce sera tellement beau.
Sabine Quindou
On dit qu’il faut souffrir pour être belle, bof, c’est une idée comme ça. Donc, Marseille souffre un petit peu en ce moment pour être belle le jour du grand rendez-vous, regardez.
musique
(musique)
Journaliste
En ce moment, à Marseille, le bâtiment ne connaît pas la crise. Impossible de lever les yeux au ciel sans y apercevoir une grue, comme si la cité phocéenne s’apprêtait à accueillir les prochains jeux olympiques.
musique
(musique)
Journaliste
Car l’événement majeur pour Marseille, c’est le titre de capitale européenne de la culture 2013 ; un label qui donne un coup d’accélérateur à plusieurs projets de réaménagement imaginés il y a quelques années et qui sortent tous de terre en même temps, à deux pas du Vieux-Port.
Bernard Latarjet
Sur deux kilomètres et demie, trois kilomètres, entre le Vieux-Port et le Bassin d’Arenc qui est derrière moi, est en train de s’édifier un ensemble culturel sans équivalent en France et en Europe ; en dehors des grandes capitales, évidemment, comme Paris ou Berlin. Ici, vous avez donc un ensemble de bâtiments nouveaux ou réhabilités par des grands architectes internationaux, qui vont complètement transfigurer la ville et transfigurer l’offre artistique et culturelle de cette ville. Et ça, durablement, ça restera après 2013.
musique
(musique)
Journaliste
Un projet ambitieux donc, qui va redessiner toute la façade maritime, des bassins de la Joliette au Fort Saint-Jean. Cet ancien édifice militaire, achevé sous Louis XIV était, jusque-là, inaccessible aux Marseillais.
Bruno Suzzarelli
Et pour la première fois, il va être ouvert au public marseillais. Ce sera pour nous un lieu de promenade, un lieu de convivialité ; où les gens pourront aussi bien venir rencontrer des amis, boire un verre, regarder la vue et regarder des oeuvres et des objets que nous leur présenterons en tant que musée.
Journaliste
Bruno Suzzarelli est le directeur de ce nouvel ensemble culturel qui inclut cette citadelle et le MuCEM, le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, actuellement en chantier. Deux bâtiments bien différents mais reliés par une passerelle.
Bruno Suzzarelli
Ici, le bâtiment de Rudy Ricciotti en pleine construction, vous voyez qu’on est en…, vers la fin, plutôt, du gros oeuvre. Et donc, je n’aurai pas la prétention d’en parler aussi savamment, que le ferait mon ami Rudy ; mais vous remarquez la nervosité des piliers, c’est quelque chose d’absolument extraordinaire.
Rudy Ricciotti
Ce qu’il faut savoir, c’est qu’on a quand même des structures exceptionnelles. Essaie de filmer ça, cameraman, au lieu de filmer le mur. Tu vois bien que les structures exceptionnelles, tu n’en n’as jamais vues, des structures comme ça.
Journaliste
Nous vous présentons Rudy Ricciotti, l’architecte charismatique et sanguin qui a imaginé ce grand cube minéral il y a dix ans. Un bâtiment à la pointe des dernières technologies, entouré, en partie, d’eau.
Rudy Ricciotti
Ce bâtiment, il est osseux, il est nerveux, il est…, en fait il n’est pas sous la dictature de l’impérialisme anglo-saxon, par exemple, vous voyez ?
Journaliste
Entendez, pas d’inox, Rudy ne jure que par le béton.
Rudy Ricciotti
Le béton, c’est une…, c’est une matière de poésie, le béton, la république du béton.
Journaliste
Et d’ailleurs, même la passerelle de 90 tonnes est en béton.
Rudy Ricciotti
Bon, là, vous marchez sur 2 centimètres de béton. C’est une feuille de papier, et on est à 18, 20 mètres de hauteur.
musique
(musique)
Journaliste
Et au final, l’oeuvre sera recouverte d’une dentelle de béton fibré, une sorte de résille qui filtrera les rayons du soleil. Et ce n’est pas tout, d’autres équipements culturels, dédiés aux arts et aux traditions méditerranéennes poussent comme des champignons. Sur cette partie du port, des galeries marchandes, des hôtels, des appartements de luxe font leur apparition à côté de la tour CMA CGM. La façade portuaire de Marseille change radicalement de visage.
Régine Vinson
Le waterfront à la Marseillaise, si on peut dire, est une expérience assez unique. Comme vous voyez, on a des navires de part et d’autre du hangar. Donc on va inaugurer une autre façon, finalement, de vivre le port en 2013. Dans le hangar, l’intérieur du hangar, en hauteur on aura des expositions, on aura le public ; et le port, eh bien, continuera de recevoir, de faire embarquer et débarquer des passagers.
Journaliste
Et les habitants de Marseille, que pensent-ils de cette métamorphose ? Louis Cargill, jeune photographe, est toujours aussi fier de sa ville.
Louis Cargill
C’est Marseille, c’est Marseille, c’est une ville qui a 5000 ans d’histoire et qui continue à se construire à l’heure de son temps. Et c’est une ville qui est belle, qui respire quelque chose de cosmopolite.
Journaliste
Comme Louis, les Marseillais vont croiser les passagers des ferrys et des yachts de croisière au pied de ce nouveau complexe portuaire. 10 millions de visiteurs sont attendus l’année prochaine, espérons que ça dure.
musique
(musique)