La Fondation Planque exposée au Musée Granet

08 juin 2011
02m 15s
Réf. 01025

Notice

Résumé :
L'exceptionnelle collection de la Fondation Jean et Suzanne Planque est déposée au Musée Granet pour quinze ans. Afin de saluer cette collaboration exceptionnelle, le musée expose à l'été 2011 plus de 120 chefs-d’œuvre de cette collection inestimable, sous l'ombre de Cézanne.
Date de diffusion :
08 juin 2011
Source :

Éclairage

Jean Planque est né en 1910 en Suisse, dans le canton de Vaud. Il fait des études de commerce à Lausanne et gagne sa vie comme commercial dans divers domaines. Mais il s’intéresse aussi à la peinture, d’abord comme amateur. En 1946, il collabore durant quelques mois avec la galerie Tanner de Zurich, puis il vient à Puyloubier, au pied de la Saint-Victoire, dans les paysages de Cézanne qui est le peintre qu’il admire le plus. Trois ans plus tard il s’installe à Paris, où il devient le correspondant et l’acheteur du galeriste Ernst Beyeler de Bâle. Pendant dix-huit ans il va poursuivre cette activité, qui devient son métier, mais qui est aussi pour lui l’occasion de rencontrer de nombreux peintres, nouant avec certains, comme Picasso ou Dubuffet, des liens d’amitié. Il profite aussi de ces rencontres pour se constituer sa propre collection, tout en pratiquant lui-même la peinture. En 1972 il se retire en Suisse près de son village natal et crée, en 1997, après la mort de sa femme, la fondation Jean et Suzanne Planque, pour que la collection de trois cents œuvres qu’il a constituée ne soit pas dispersée et puisse être montrée au public.
Dans les dix années qui ont suivi la mort de Jean Planque, en 1998, sa collection a fait l’objet d’une douzaine d’expositions à travers l’Europe. La collection de Jean Planque n’est pas celle d’un riche collectionneur, mais d’un amateur éclairé qui a « l’œil » pour repérer un bon tableau. Chaque œuvre correspond réellement à un désir artistique du collectionneur. La collection reflète donc l’univers pictural de Jean Planque qui comprend nombre de peintres majeurs de la modernité, même s’ils n’y sont représentés, comme Cézanne, que par une aquarelle. Elle va de l’impressionnisme à l’abstraction avec, notamment, des œuvres de Monet, Van Gogh, Renoir, Degas, Dufy, Bonnard, Braque, Picasso, de Staël, Klee ou Dubuffet.
En 2011 la fondation Jean et Suzanne Planque a mis en dépôt, pour une période de quinze ans renouvelable, la collection au Musée Granet d’Aix-en-Provence. Ce fut l’occasion d’une première exposition d’une centaine d’œuvres dans les salles du musée, dont rend compte le reportage. En 2013 la collection a trouvé place dans un nouveau lieu, appelé Granet XXe, à savoir l’ancienne chapelle des Pénitents blancs, située à quelques centaines de mètres du Musée Granet, complètement restaurée et transformée en lieu d’exposition de 700 m2, et qui offre un écrin spécifiquement dédié à la collection Planque. Elle y est donc visible en accrochage permanent. Selon son conservateur Bruno Ély, grâce à la collection Meyer, en dépôt depuis 2003, et à la collection Planque, le Musée Granet est devenu, dans le Midi, « un musée d’art du XXe siècle véritablement incontournable ».
Bibliographie
  • Collection Planque - L'exemple de Cézanne, Paris, Réunion des musées nationaux - Grand Palais, 2011, 311 p.
Bernard Cousin

Transcription

musique
(musique)
Journaliste
Au commencement était l’oeil, l’oeil clairvoyant de Jean Planque. L’oeil d’un expert, amoureux, possédé par la passion de la peinture. De 1930 à 1998, l’année de sa mort, Jean Planque, conseiller de la Galerie Beyeler, a constitué sa propre collection. Et quelle collection ! 300 tableaux, des post-impressionnistes aux modernes, en passant par les cubistes, de Cézanne à Dubuffet. Une somme artistique, amassée au fil des coups de coeur et des rencontres.
Florian Rodari
C'est ce qu’on appelle un oeil, alors, de quoi est fait cet oeil, eh bien, c’est toujours très difficile de le dire. D’une part, du désir de comprendre la peinture, ça c’est une chose, et d’autre part, qu’elle soit durable, qu’elle résiste au temps. C’est un des critères, fondamental, de ce collectionneur protestant, d’origine calviniste et qui a besoin qu’un tableau le nourrisse toute sa vie, continue chaque jour à l’interroger, à le passionner. Il tournait quelquefois le tableau contre le mur afin d’éviter de s’en lasser, ou parce qu’il lui faisait peur, et il les retrouvait, toujours, quand il rentrait de voyage, avec un plaisir émerveillé.
Journaliste
Voici donc la collection Planque dans ses murs à Aix-en-Provence. Cette exposition présente la meilleure part, environ le tiers de ce fonds exceptionnel. Un fonds prêté au musée Granet pour une durée de 15 ans.
Bruno Ely
Si, et la Fondation Planque, et la Communauté du Pays d’Aix, dont dépend le musée Granet sont contentes l’une de l’autre, on peut reconduire encore pour 15 ans. Donc, c’est peut-être 30 ans, 45 ans, dans les collections du musée Granet.
Journaliste
C’est un rêve, c’est un souhait ou c’est un projet ?
Bruno Ely
Les trois à la fois, un rêve, un projet et un souhait pour que cette collection puisse remplir son rôle ; c’est-à-dire, montrer comment Cézanne est le père de l’art moderne, et comment, à partir de Cézanne, cette modernité s’est développée pendant le XXe siècle.
Journaliste
« Ce dont je suis fier, c’est qu’il n’y a rien de vulgaire dans ma collection ». Au musée Granet, le public découvrira que Jean Planque, ami intime de Picasso et de Dubuffet, n’avait pas seulement un oeil, mais un regard, une vision.
musique
(musique)