Inauguration de la liaison hydraulique Verdon-Saint Cassien

23 mai 2013
03m 24s
Réf. 01036

Notice

Résumé :
Aujourd'hui est inaugurée officiellement la liaison hydraulique Verdon-Saint Cassien, soit 75 kilomètres de canalisations qui permettront d'acheminer l'eau du Verdon jusqu'à Roquebrune-sur-Argens. Le chantier qui vient de s'achever a coûté 70 millions d'euros aux collectivités dont les représentants étaient tous rassemblés en fin de matinée au Cannet-des-Maures, sur le site des réservoirs des Caudairons, pour couper le ruban.
Date de diffusion :
23 mai 2013
Source :

Éclairage

Le canal de Provence ne cesse d’étendre son aire de distribution dans la région et devient, tranche après tranche, un équipement vital pour tous les départements de Basse-Provence et, en particulier, pour le littoral grâce aux retenues d’eau créées sur le Verdon, à la lisière du Var et des Alpes de Haute-Provence. La Société du Canal de Provence, société d’économie mixte fondée en 1957, a commencé par pourvoir à l’alimentation d’Aix, Marseille-Nord et de la zone de l’Étang de Berre (1ère tranche 1964-1969), puis elle a étendu ses canalisations à la région de Toulon-Hyères (2ème tranche 1969-1976, Voir De l'eau pour tous : le Canal de Provence) et à Marseille-Est (3ème tranche 1976-1986). Le reportage propose une carte qui permet de visualiser une partie de la zone desservie et celle qui va l’être grâce à cette nouvelle branche qui, partant de Tourves, près de Brignoles, traverse onze communes du centre du Var pour aboutir au lac de Saint-Cassien, dans le massif de l’Estérel. La réalisation est d’importance, elle a demandé 5 ans d’études et 3 ans de travaux. Elle permettra de sécuriser l’approvisionnement de l’Est-Varois et de l'ouest des Alpes-Maritimes, soit 285 000 habitants d’une zone de plus en plus urbanisée. S’y ajouteront donc en 2015 les communes du littoral des Maures autour de Sainte-Maxime.
Sous la houlette du Conseil régional, les collectivités locales - notamment les conseils généraux - jouent un rôle essentiel dans cet aménagement, ce qui explique la présence de leurs représentants à cette inauguration. Comme l’indique le responsable du projet, l’eau du canal de Provence est multi-usages et l’agriculture est l’un des principaux à l’origine. Mais les choses ont vite évolué et, aujourd’hui, elle sert surtout à compléter l’alimentation en eau potable des communes qui s’y raccordent, car les ressources locales ne permettent plus de faire face aux besoins, en particulier sur le littoral en période estivale. Le secteur de l’Estérel dépendait jusque-là du barrage de Saint-Cassien, construit après la rupture tragique du barrage de Malpasset, le 2 décembre 1959 (Voir Malpasset : la tragédie de Fréjus), et mis en service en 1966. Alimenté principalement par la Siagne, ce lac d’une longueur de 7 km sur 3 km de large retient 60 millions de m3 d'eau. Compte-tenu de l’urbanisation de la côte, il ne permettait plus d’affronter une situation de sécheresse.
Le reportage manque de recul critique. Il aurait pu souligner la fragilité des villes du bord de mer dépendant de cette liaison qui conduit l’eau prélevée dans les Alpes jusqu’au bord de la Méditerranée. Il aurait pu soulever la question de l’urbanisation galopante, gaspilleuse d’espace et d’énergie, que risque de favoriser cette remarquable réalisation, dans un centre Var de plus en plus mité par les constructions. Il aurait pu exprimer la crainte que le canal favorise le gaspillage dans une région où l’on a toujours su que l’eau est un trésor. La devise de la Société du Canal de Provence n’est-elle pas d’ailleurs cette significative citation de Frédéric Mistral « Eici, l’aigo es d’or » (« Ici, l’eau vaut de l’or ») ?
Jean-Marie Guillon

Transcription

Présentatrice
Si vous faites partie des 335 000 habitants qui utilisent tous les jours de l’eau dans l’est du Var et l’ouest des Alpes Maritimes, cette information vous concerne directement. Aujourd’hui est inaugurée officiellement la liaison hydraulique Verdon/Saint-Cassien. 75 kilomètres de canalisations qui permettront d’acheminer l’eau du Verdon jusqu’à Roquebrune sur Argens. Le chantier, qui vient de s’achever, a coûté 75 millions d’Euros aux collectivités, dont les représentants, vous le voyez, étaient rassemblés en fin de matinée au Cannet-des-Maures, sur le site des réservoirs des Caudeirons pour couper le ruban. Nous sommes en direct avec Vincent Kulezsa, chargé de projet à la société du Canal de Provence, merci d’être avec nous. La société est le maître d’ouvrage de ce chantier, concrètement, quel bénéfice au robinet pour les habitants ?
Vincent Kulezsa
Oui, bonjour. Donc, ben, les bénéfices, que les usagers auront, c’est d’avoir une ressource assurée qui, en Provence, la pénurie, la sècheresse ne sera pas la pénurie, donc première chose. Et deuxième chose, une eau d’excellente qualité qui provient du Verdon et qui est quasiment potable sans traitement.
Présentatrice
Ça veut dire que…
Vincent Kulezsa
Bien sûr, elle est traitée pour garantir toute, pour garantir cette qualité.
Présentatrice
Ça veut dire qu’il ne devrait plus y avoir de restriction d’eau pendant l’été dans toute cette partie de la région ?
Vincent Kulezsa
Alors, les restrictions d’eau, étant donné que les communes, certaines communes peuvent ne pas être raccordées sur notre réseau, celles qui seront raccordées, effectivement, auront une ressource assurée.
Présentatrice
Alors, c’est un gros chantier, ces canalisations. 75 millions d’Euros, les canalisations rejoindront, relieront Tourves et Roquebrune sur Argens, on va voir la carte. Les collectivités espèrent aussi un impact économique, notamment pour l’agriculture.
Vincent Kulezsa
Alors, effectivement, traditionnellement, c’est la vocation de la SCP de la Société du Canal de Provence, c’est de fournir l’eau multiusage, c’est-à-dire pour tous les usages, que ce soit l’agriculture, bien sûr pour les collectivités qui vont la traiter, la transformer en eau potable, ou pour les activités, les autres activités économiques et industrielles.
Présentatrice
Alors, on voit, là, la carte du tracé mais cette canalisation, on ne la voit pratiquement pas, elle est quasiment enterrée tout le long.
Vincent Kulezsa
La canalisation est enterrée sur quasiment l'intégralité de son parcours, nous sommes ici sur l’un des trois sites où elle est visible. Il y a trois sites, la prise d’eau au bord du canal qui est située à Tourves, ces réservoirs des Caudeirons qui sont derrière moi ; et enfin, il y a le franchissement de l’Argens, sur la commune du Muy, juste à côté de l’autoroute A8, à côté de laquelle, donc, il y a un franchissement aérien, qui sera la troisième partie visible. Tout le reste consiste à…
Présentatrice
Totalement enterré.
Vincent Kulezsa
A réaliser des canalisations enterrées.
Présentatrice
Le chantier n’est pas tout à fait terminé, il y a encore une partie à venir.
Vincent Kulezsa
Le chantier est terminé pour la liaison Verdon/Saint-Cassien, il est terminé à un mois près, le temps de terminer les derniers réglages et de mettre en service les postes. Il y aura une deuxième branche qui sera réalisée à partir de 2015, pour aller jusqu’à la ville de Sainte-Maxime, et renforcer les, les ressources en eau de cette commune et de toutes les communes qui sont autour.
Présentatrice
Chantier que vous suivrez. Merci beaucoup d’avoir été en direct avec nous depuis le Cannet-des-Maures.