Inauguration du MuCEM par le président de la République François Hollande

04 juin 2013
02m
Réf. 01037

Notice

Résumé :
Attendu depuis plusieurs années, le Mucem, Musée des civilisations d'Europe et de la Méditerranée, est enfin inauguré dans le cadre de l'année ''Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la Culture''. Bruno Suzarelli, directeur du Mucem, guide François Hollande durant la visite inaugurale.
Date de diffusion :
04 juin 2013

Éclairage

L’inauguration du MuCEM par le président de la République, prévue en début d’année 2013, a été retardée en raison de l’intervention française au Mali. Le 4 juin 2013, le président Hollande découvre ce musée qui s’ouvre vers la mer. L’architecte Rudy Ricciotti a conçu un bâtiment de béton enveloppé d’une résille de béton noir inspirée du moucharabieh.
C’est la première fois qu’un musée national est intégralement transféré en région : les collections de l’ancien Musée national des traditions et arts populaires de Paris, fondé par Georges-Henri Rivière, sont  transférées au MuCEM. L’implantation de ce musée délocalisé s’inscrit dans le grand projet d’aménagement urbain piloté par l’établissement public EuroMéditerranée (voir sur Ina.fr le document Visite de Frédéric Mitterrand au MuCEM). Le discours de François Hollande valorise le projet original du MuCEM qui croise les disciplines comme les périodes chronologiques, de l’Antiquité à nos jours.
Le MuCEM représente un ensemble de trois espaces.  Une passerelle relie le bâtiment de Rudy Ricciotti au Fort St-Jean, rénové par l’architecte Roland Carta, devenu un jardin-promenade, et une autre passerelle permet un accès par l’église Saint-Laurent, ouvrant ce musée sur le quartier du Panier. Le Fort Saint-Jean est dédié à la présentation d’une partie des collections dans des bâtiments dispersés et accueille l'I2MP, centre de formation professionnelle aux métiers du patrimoine. Le troisième espace, le Centre de conservation et de ressources (CCR), situé dans le quartier de la Belle-de-Mai, abrite les réserves du MuCEM, dans un bâtiment réalisé par l’architecte Corinne Vezzoni.
Cette inauguration marque la deuxième grande période de l’année 2013 pour Marseille, capitale européenne de la culture. Le financement de ce musée national qui a coûté 190 millions d’euros a bénéficié d’une participation de l’État, à hauteur de 150 millions. Le maire de Marseille se félicite du succès de l’« union sacrée » réalisée par les partenaires institutionnels, et évoque les importants financements réalisés pour cette année 2013 : selon lui, ces réalisations qui ont coûté 660 millions - dont 40 % proviennent de la ville de Marseille - étaient nécessaires pour faire entrer Marseille parmi les plus grandes métropoles.
Le MuCEM propose une approche des cultures méditerranéennes à travers l'ethnologie, les religions, l'histoire récente, à partir d’une exposition permanente et d’expositions temporaires. Pour l’inauguration du musée, deux expositions temporaires sont présentées pendant six mois : Le Bazar du genre. Féminin, masculin en Méditerranée évoque la place difficile des femmes et des hommes en Méditerranée. Une autre exposition intitulée Le Noir et le Bleu, un rêve méditerranéen révèle le bleu comme la mer, la peinture de Miro ; le noir comme les guerres qui déchirent la Méditerranée, comme la peinture de Goya.
Ces expositions précèdent un autre grand événement culturel, l’exposition « Le Grand Atelier du Midi» organisé en deux lieux, sous deux volets différents : à Aix, le Musée Granet présente cet atelier De Cézanne à Matisse, en insistant sur la modernité de la forme, et à Marseille le Musée des Beaux-Arts, au Palais Longchamp,  suggère un regard De Van Gogh à Bonnard, en insistant sur la couleur.
Bibliographie
  • Le Noir et le Bleu, un rêve méditerranéen, catalogue de l’exposition du MuCEM (7 juin 2013 – 6 janvier 2014), Collectif sous la direction de Thierry Fabre et Anissa Bouayed, Coproduction : MuCEM, Marseille-Provence 2013, Rmn-Grand Palais, 2013.
  • Le Bazar du genre. Féminin, masculin en Méditerranée, catalogue de l’exposition du MuCEM (7 juin 2013 – 6 janvier 2014), Collectif sous la direction de Denis Chevallier, Michel Bozon, Michelle Perrot et Florence Rochefort, Coédition MuCEM / Les éditions Textuel, 2013.
  • « Marseille accueille le monde », Marseille, revue culturelle, n° 240, avril 2013, 127 p.
  • Boris Grésillon, Un enjeu "capitale" : Marseille-Provence 2013, éd. de l’Aube, coll. Monde en cours, 2011, 171 p.
Marie-Françoise Attard-Maraninchi

Transcription

Journaliste
La rade de Marseille, placée sous très haute surveillance. Le gratin de la politique locale réuni sous le soleil de l’esplanade du J4. A 16 heures, le Président de la République, François Hollande, découvre le MuCEM. Un musée national de 190 millions d’Euros financé à hauteur de 150 par l’Etat. Le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée trône enfin comme un symbole à l’entrée du port de Marseille.
François Hollande
Le MuCEM, c’est un projet original qui confond les disciplines. On y trouve l’anthropologie, l’histoire de l’art, la mythologie, la sociologie, la politique, l’antiquité voisine avec l’actualité. Les continents de toutes les époques sont ensemble rassemblés. Voilà pourquoi vous avez réalisé un équipement exceptionnel.
Journaliste
Une inauguration décalée de cinq mois à cause de l’intervention française au Mali. Un retard à l’allumage qui donne le coup d’envoi du deuxième épisode de Marseille-Provence 2013. Ce 4 juin est une date importante pour la capitale culturelle de l’Europe et pour dynamiser son retour sur investissement.
Jean-Claude Gaudin
Bien entendu, dans cette année « Marseille Provence capitale de la culture », où nous avons investis 660 millions d’Euros, 40% pour la ville de Marseille, des réalisations comme celle-ci nous permettront de faire que Marseille rentrera dans le top 20 des grandes métropoles. Métropole, vous voyez que c’est important.
Bruno Suzzarelli
Le MuCEM et le grand atelier, la semaine prochaine, c’est un lancement en fanfare du second épisode.
Journaliste
Pour qualifier cette journée, Jean-Claude Gaudin a évoqué un beau mariage pour tous. Une union sacrée avant la bataille sur le champ de la politique phocéenne.
bruit
(bruit)