Le tunnel sous la Manche devient une réalité avec la jonction des chantiers français et britannique

01 décembre 1990
02m 22s
Réf. 01121

Notice

Résumé :

La dernière cloison séparant l'équipe anglaise de l'équipe française du tunnel sous la Manche a été abattue. Les ouvriers anglais et français échangent des poignées de mains historiques et débouchent le champagne.

Date de diffusion :
01 décembre 1990

Contexte historique

La construction du tunnel sous la Manche est l'aboutissement d'un vieux rêve de plusieurs siècles pour relier de manière artificielle l'Angleterre au Continent. Deux tentatives de construction d'un tunnel sous la Manche avaient déjà échoué (la première au début des 1880, la seconde au milieu des années 1970). Le projet Eurotunnel vit le jour le 20 janvier 1986 lorsque François Mitterrand et Margaret Thatcher, réunis à Lille, annoncèrent le choix du projet proposé par France Manche et Channel Tunnel Group, parmi quatre projets concurrents (dont un pont et un ouvrage mixte pont-tunnel). Les travaux commencent en 1987 à la falaise de Shakespeare Cliff côté anglais et à Sangatte côté français.

La première jonction des chantiers français et britanniques au milieu de la Manche s'effectue le 1er décembre 1990. Dès Juin 1991, l'essentiel des travaux est terminé avec la jonction des tunnels ferroviaires. Mais cette performance technique contraste avec la cascade d'incidents financiers qui éclatent entre le concessionnaire et les constructeurs : le devis initial ayant été sous-évalué, les dépassements de crédits s'accumulent à mesure que les travaux progressent, portant la facture définitive à plus de 100 milliards de francs. L'inauguration officielle du tunnel a lieu le 6 mai 1994. Deux types de matériel sont utilisés. D'une part le "Shuttle", navette sur laquelle s'embarquent les voitures particulières et les camions, qui franchissent le tunnel en 35 minutes. D'autre part l'Eurostar, TGV qui permet de relier Londres et Paris en moins de trois heures.

Fabrice Grenard

Éclairage média

Ce reportage du Journal télévisé évoque le moment le plus symbolique lors de la construction d'un tunnel : la jonction des deux équipes travaillant à sa construction. Il ne s'agit pas encore de la fin des travaux (le tunnel sous la Manche en sera inauguré qu'en 1994) mais le moment est particulièrement important car le vieux rêve de relier la France à l'Angleterre, qui avait donné lieu à plusieurs projets ayant tous échoué, devient enfin réalité.

Fabrice Grenard

Transcription

Bruno Masure
Madame, Monsieur, bonsoir. Le rêve de Jules César, de Napoléon et de bien d'autres est enfin exaucé. L'Angleterre n'est plus une île, depuis 12h12, très exactement, depuis la poignée de main historique échangée à 100 mètres sous le niveau de la mer par deux ouvriers du chantier. Reportage de notre envoyé spécial, Patrick Hesters.
Patrick Hesters
A mi-chemin entre la Grande-Bretagne et la France, le marteau-piqueur attaque les 30 derniers centimètres de craie bleue, une page d'histoire se déchire. Philippe Cozette et Robert Graham Fagg échangent une bonne poignée de mains. L'Angleterre n'est désormais plus une île, on peut y aller à pied ou du moins... s'y faufiler. Dans le courant d'air qui circule, les drapeaux sont tissés, un vent violent crée par les différences de pressions atmosphériques entre Folkestone et Calais. Echange de cadeaux.
(Silence)
Patrick Hesters
Et lorsque les paroles commencent à poser quelques problèmes linguistiques, place au champagne universel. Mais comment ne pas avoir une petite pensée nostalgique pour Robbins, le tunnelier anglais qui va être abandonné sur place, 1200 tonnes enterrées et bétonnées à jamais sur le bord du tunnel. Il est vrai que le sort de Brigitte, la machine française n'est pas plus enviable. Elle a été découpée aux chalumeaux pour récupérer la ferraille. Seuls les moteurs électriques seront épargnés.
Journaliste
Avec les Anglais, ça s'est bien passé ?
François Daidone
Nous étions des concurrents, ça été une course avec eux. Nous les avons battus quelque fois, ils nous ont repris un peu nos records. Mais enfin, on est quand même... on se tient la main dans la main.
Patrick Hesters
Entre temps, quelques britanniques sont montés dans une première draisine direction la France, premier véritable voyage.
(Silence)
Journaliste
Ca n'est peut-être pas l'arrivée en gare de la Ciotat mais c'est quand même pas mal pour l'arrivée de ce train là en tout cas.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque