Parcours thématique

L'invention d'un espace politique régional

Julien Cahon

Introduction

Région provinciale proche de Paris, région rurale où l'agriculture fut longtemps le principal pourvoyeur d'emplois et vieille terre d'industries, la Picardie, avant d'apparaître en 1960 dans son territoire actuel, est une région historique. Cependant, les limites administratives régionales ne correspondent ni aux contours de l'ancienne province d'Ancien Régime, ni à celles du domaine linguistique picard, très étendu jusqu'en Belgique, ni à une logique géographique. Quant à la Picardie politique, existe-elle vraiment ? À l'échelle de l'histoire administrative française, les régions sont des institutions récentes : les premières élections régionales n'ont eu lieu qu'en 1986 ! L'invention de la région Picardie puis son institutionnalisation politique progressive constitue la toile de fond du destin de plusieurs personnalités d'envergure nationale, comme Max Lejeune, qui a longtemps incarné la région dans les hautes sphères de l'Etat et a durablement marqué la vie politique régionale, tout en s'opposant aux lois Defferre de décentralisation, à la fois par attachement aux départements, héritages de la Révolution française, et au principe de l'unité nationale.

 Le parcours de Max Lejeune dans la Somme

Le parcours de Max Lejeune dans la Somme

Max Lejeune évoque son parcours politique sous trois Républiques. A la Libération il est élu conseiller général à Abbeville et élu président du conseil général de la Somme, il y sera reconduit à plusieurs reprises. Il explique son refus au moment de la loi de la décentralisation d'un nouvel échelon administratif avec les Régions. Paradoxalement il est devenu Président du Conseil régional de Picardie en 1978.

26 juin 1986
05m 16s
Fiche (00224)

Les documents présentés au fil de ce parcours permettent de revenir sur le processus complexe de fabrique de la Picardie moderne, qui s'inscrit dans une longue temporalité politique et institutionnelle.

La régionalisation fonctionnelle des années 1950-1960 : la Picardie, une réalité économique et un cadre académique

Plus globalement, on peut faire remonter l'histoire des libertés locales à la Révolution française. Cependant, la région en fut longtemps le parent pauvre. C'est finalement une régionalisation économique et fonctionnelle, assise sur les impératifs de la politique nationale d'aménagement du territoire de l'après-guerre, qui prime dans le contexte des Trente Glorieuses et sous l'impulsion d'un État interventionniste mais également d'élites locales soucieuses de combler un certain retard, qui remonte probablement aux lendemains du premier conflit mondial.

En 1955, sont ainsi créés les régions économiques de programme, transformées en circonscriptions d'action régionale (CAR) en 1960 : la Picardie moderne est née. En 1964, les limites de la Picardie servent de matrice à la Commission de développement économique régionale (CODER) – une instance consultative composées d'acteurs socioprofessionnels, chargée d'émettre un avis sur toutes les questions relatives au développement économique et à l'aménagement du territoire – ainsi qu'à la nouvelle académie d'Amiens. Cette Picardie administrative composite apparaît alors comme une réalité économique : région rurale historiquement marquée par l'agriculture, elle a aussi une longue tradition industrielle (comme dans le Vimeu avec la métallurgie ou dans le secteur aéronautique avec Henry Potez et Marcel Dassault, deux figures politiques de la Somme et de l'Oise) prolongée par la déconcentration des grandes entreprises, comme Goodyear, dans le contexte de reconstruction et de reconversion industrielle des années 1950-1960.

 Réaction de M Vandeventer président de la CODER au projet de fusion avec Champagne-Ardennes

Réaction de M Vandeventer président de la CODER au projet de fusion avec Champagne-Ardennes

Sur le plateau de Picardie Actualités, Monsieur Vandeventer, président de la CODER (Coordination du développement économique de la région) de Picardie, réagit sur la proposition du député Jean Taittinger pour fusionner la Picardie et la Champagne en une grande région.

10 oct 1968
04m 03s
Fiche (00208)

Ville moyenne en plein développement au début de la Ve République, l'ancienne capitale des Ambiens s'affirme comme la capitale de la Picardie. Pourtant, à l'époque, les perspectives ouvertes par la tournée présidentielle (11-14 juin 1964) dans la toute nouvelle région apparaissent bien minces. Le général de Gaulle reste muet sur l'avenir de la Picardie et sur la régionalisation en gestation alors que viennent d'être publiés un plan régional de développement économique et social et d'aménagement du territoire et le décret de création de l'Académie.

 Le voyage du général De Gaulle en Picardie

Le voyage du général De Gaulle en Picardie

Résumé de la visite en Picardie du président de la République, le Général De Gaulle du 11 au 14 juin 1964. Il part de l'Aisne (Soissons, Laon , Saint-Quentin), puis se rend dans la Somme. A Abbeville il se rend au site de son poste de commandement en mai 1940, entouré d'ancien combattants et du couple Fournier A Amiens il se recueille au monument dédié au maréchal Leclerc en présence de la maréchale Thérèse Leclerc de Hauteclocque . Enfin, il termine son voyage par l'Oise (Creil, Beauvais, Compiègne).

11 juin 1964
01m 23s
Fiche (00401)

L'Académie d'Amiens est par ailleurs l'élément indispensable sans lequel une université autonome, fille du mouvement de Mai 68, ne pouvait voir le jour en Picardie, en 1969.

 Les étudiants définissent leur position sur l'autonomie et la réforme universitaire

Les étudiants définissent leur position sur l'autonomie et la réforme universitaire

Interview d'un étudiant (certainement Francis Lec futur député socialiste) sur la situation de l'université. Celle-ci a proclamée son autonomie et son indépendance vis à vis de la tutelle administrative et financière de Lille. Est mis en place une cogestion paritaire étudiants enseignants. Une réunion s'et tenue avec les parlementaires de la Somme afin de les informer.

24 mai 1968
02m 48s
Fiche (00207)
 Les 35 ans de l'université de Picardie

Les 35 ans de l'université de Picardie

Créée officiellement en 1969, l'université Picardie Jules Verne a 35 ans. Rappel historique dans lequel on voit comment Robert Mallet, recteur de l'Académie, a pris la décision de la construction au sud d'Amiens sur un emplacement où il pensait voir se développer une ville. 35 ans après, retour sur le Campus : Gilles Demailly, président souligne les avantages de l'Université d'Amiens par rapport à la Région parisienne. Rencontre avec Michel Fréville, qui fut étudiant ici avant d'enseigner aujourd'hui. Exemple d'un site délocalisé : Beauvais, une proximité nécessaire pour des étudiants peu mobiles. Patricia Weirauch-Mahieux, directrice de l'IUT souligne qu'il y a beaucoup plus de boursiers qu'ailleurs. Et puis exemple d'un chercheur, Jean-Marie Tarascon, qui est venu après 15 ans passés aux USA.

27 mar 1969
03m 46s
Fiche (00219)

La même année, l'échec du projet gaulliste de création des régions et de rénovation du Sénat, lors du référendum du 27 avril, auquel s'oppose vigoureusement et majoritairement la classe politique picarde, marque un coup d'arrêt dans le processus de régionalisation.

 René Blondelle du Centre national des indépendants et paysans

René Blondelle du Centre national des indépendants et paysans

Discours de René Bondelle du CNIP lors de la campagne électorale officielle du referendum sur la création des régions et la réforme du Sénat. Il expose les raisons du refus de ce referendum, incite à l'abstention et rappelle les dernières actions positives du Sénat vis à vis des agriculteurs. Le départ du général de Gaulle ne serait pas l'aventure, en conséquence de quoi, il engage à répondre "Non".

21 avr 1969
04m 26s
Fiche (00222)

La régionalisation politique des années 1970-1980 : la Picardie, entre tradition centriste et ancrage à gauche

En 1972, l'instauration des établissements publics régionaux par la loi portant création et organisation des régions signe la première étape de la régionalisation institutionnelle. A partir des années 1980, la décentralisation laisse la place à une régionalisation politique. Les lois Defferre accordent de nouveaux pouvoirs et de nouvelles compétences au Conseil régional, libéré de la tutelle préfectorale et ainsi érigé en collectivité territoriale de plein droit. En la dotant de ce statut, la décentralisation donne à la région une double légitimité : une légitimité démocratique et une légitimité d'action.

 Les 20 ans de l'institution régionale : les principales décisions

Les 20 ans de l'institution régionale : les principales décisions

Rétrospective des principales étapes du conseil régional de Picardie : l'institution régionale avec le comité économique et social puis après mai 1981, la décentralisation s'accélère. En 1982, le Préfet transmet ses pouvoirs au président du conseil régional. En 1984, signature du premier contrat de plan État-Région. En mars 1986, l'élection au suffrage universel donne la majorité à l'Union de l'opposition avec l'aide des voix du Front National. En 1989 deuxième Contrat de plan de 5 ans est signé et en mars 1989 est mis en place le conseil régional des jeunes.

01 oct 1991
03m 08s
Fiche (00212)

Amiens concentre alors toute l'administration d'une métropole régionale. Les luttes de pouvoir pour le contrôle de l'exécutif régional traduisent les nouveaux enjeux politiques issus de la décentralisation. Pendant 25 ans, la composition de l'assemblée régionale puis les élections régionales confirment le statut de terre centriste de la Picardie. Alors que la gauche picarde est à la tête de l'exécutif régional de 1980 à 1985 – le PCF héritant même un temps de la présidence – Charles Baur préside le Conseil régional de 1985 à 2004, avec une majorité UDF-RPR s'appuyant tour à tour sur le FN et les chasseurs de CPNT.

 Les différents présidents du conseil régional de Picardie

Les différents présidents du conseil régional de Picardie

Rétrospective des différents présidents du conseil régional de Picardie élus entre 1973 et 1986, depuis Jean Legendre jusqu'à Charles Baur en 1985. Ce dernier succède à Jean Legendre en 1976, suivi de Max Lejeune en 1979, puis Jacques Mossion. En février 1980, Raymond Maillet sera le premier et le seul président communiste de Région. En mai 1981, René Dosière est le premier président de la décentralisation, le préfet lui transfert l'exécutif régional le 15 avril 1982. En 1983, Walter Amsallem lui succède jusqu'en 1985.

21 mar 1986
06m 58s
Fiche (00211)
 Charles Baur réélu au conseil régional de Picardie

Charles Baur réélu au conseil régional de Picardie

Charles Baur pour l'intergroupe majorité parlementaire a été réélu président du conseil régional de Picardie avec l'aide des voix du Front national. Il était opposé à Walter Amsallem pour le PS et à Roland Renard pour le PCF. Résumé en images de cette élection.

21 mar 1986
02m 48s
Fiche (00223)

Gouverner l'espace régional implique de piloter des séquences de négociation de l'action publique avec l'Etat et l'Europe, à travers des contractualisations comme les contrats de projet État-régions ou la programmation de la politique de cohésion de l'Union européenne. Espace intermédiaire entre le local et l'Europe, l'espace régional constitue l'espace d'action publique où s'imbriquent les politiques publiques européennes, nationales et locales.

 Le contrat de plan État-Région 2000-2006

Le contrat de plan État-Région 2000-2006

Le contrat de plan État-région pour la période 2000-2006 a été présenté par le président du conseil régional lors d'une conférence de presse. Commentaires de Charles Baur sur la faiblesse de la dotation de l'État : pour lui, un contrat de plan n'est jamais assez ambitieux, mais il est honnête et équilibré. Commentaires du même sur les domaines couverts par le Contrat, emploi, formation et surtout équipement routier.

21 jan 2000
01m 44s
Fiche (00215)

Le pouvoir régional résulte également de la construction de coalitions politiques élargies qui doivent nécessairement transcender les clivages politiques et les intérêts infra-régionaux pour défendre efficacement une stratégie de désenclavement (plans routiers, lignes à grande vitesse).

 Les 10 ans du TGV nord

Les 10 ans du TGV nord

Le 18 mai 1993 était inaugurée la ligne TGV nord qui reliait Paris à Calais en passant par Lille. Une avancée dans le développement des liaisons transmanche mais un camouflet pour tous les partisans du passage du TGV par Amiens. Pendant plusieurs années, des élus de tous bords et une partie de la population se sont fortement mobilisés pour réclamer sans succès le passage du train à grande vitesse par Amiens. Dix ans après, le débat continue pour Joseph Gouranton de l'Association TGV Amiens-Picardie-Normandie ou le député Maxime Gremetz avec comme un atout, l'ancien député maire d'Amiens, Gilles de Robien, désormais ministre des transports.

19 mai 2003
02m 08s
Fiche (00217)

Jusqu'en 1985, les présidents de conseils régionaux stigmatisent les nombreux handicaps de la région afin de solliciter les aides de l'État. Charles Baur donne un nouvel élan à la politique de communication de la région. D'une région mal connue et dont l'identité semblait n'intéresser que les érudits, le Conseil régional a voulu faire une terre d'avenir. La Région cherche aujourd'hui à s'affirmer entre Paris et Lille tout en tirant le meilleur parti de cette proximité pour devenir un espace de transition vers l'Europe du nord. En plus de ses compétences initiales (développement économique, aménagement du territoire, construction des lycées), la Région a pris en charge la culture, l'environnement, les transports, le tourisme, etc. Comme dans les autres régions, l'essentiel du budget est consacré aux transports régionaux, notamment ferroviaires, et surtout à la formation et à l'emploi, fort logiquement une des quatre grandes priorités de la nouvelle majorité de gauche élue en 2004.

 Régionales : la gauche gagne la région Picardie

Régionales : la gauche gagne la région Picardie

Aux élections régionales, victoire sans équivoque de la Gauche unie derrière le socialiste Claude Gewerc, le Parti communiste avec Maxime Gremetz, Les Verts et le PRG. Après l'euphorie de la victoire collective, il va falloir apprendre à travailler ensemble au quotidien. Pour gouverner la région, cette majorité plurielle devra rester soudée.

29 mar 2004
02m 23s
Fiche (00218)

« Touche pas à ma Picardie ! » ou l'affirmation d'une identité picarde « frondeuse » dans les années 1990-2000

C'est en incarnant progressivement le refus du centralisme jacobin qu'une identité régionale s'est construite, en résistance, comme lors des inondations de la vallée de la Somme en 2001. Des études récentes confirment que le complexe d'infériorité provinciale est un terreau classique pour le développement de rumeurs comme celle de 2001 (les eaux de la Seine auraient été détournées dans la Somme afin d'éviter une inondation à Paris), qui traduit les représentations profondément ancrées d'une périphérie par rapport au pouvoir central. Cette catastrophe naturelle a aussi été l'occasion pour les élus locaux de dénoncer les insuffisances de la décentralisation, de mettre en cause la gestion du fleuve par l'Etat et créer un syndicat mixte d'aménagement hydraulique du bassin versant de la Somme (SMAHBVS), dont la présidence fut confiée au député Alain Gest.

 Visite de Lionel Jospin sur le front des inondations

Visite de Lionel Jospin sur le front des inondations

La situation est loin de s'améliorer sur le front des inondations. Plus de 600 personnes ont déjà été évacuées de chez elles. Reportage à Abbeville où Lionel Jospin s'est rendu pour constater l'étendue des dégâts. Il est allé dans le "quartier des planches" où des riverains en colère l'ont interpellé. Il a répondu sur la question de l'eau qui aurait été détournée de Paris vers la Somme. Le Premier ministre a essayé d'expliquer et de répondre. Après son départ, une habitante crie son désespoir.

09 avr 2001
02m 03s
Fiche (00216)

D'autre part, le processus de régionalisation a contribué à la stabilisation de sentiments d'appartenance, plus ou moins différenciés entre l'Aisne, l'Oise et la Somme. Ainsi, les responsables parisiens sont à nouveau montrés du doigt dans le contexte de la remise du rapport du comité pour la réforme des collectivités territoriales (2009). Si la rivalité entre les deux principaux centres urbains picards, Amiens et Saint-Quentin, ne se pose plus, la question de l'existence de la région Picardie, déjà posée en 1969 par le député-maire de Reims Jean Taittinger, a été récemment relancée, le comité Balladur ayant suggéré son éclatement et le rattachement des trois départements aux régions voisines, provoquant une vive réaction des élus régionaux soutenus par une partie de l'opinion publique. La pratique d'autocollants « Touche pas à ma Picardie » sur les pare-brises des voitures montre qu'une partie non négligeable des habitants s'identifie désormais à la région.

 Rapport Balladur : La ville de Beauvais opposée au démantèlement de la région Picardie

Rapport Balladur : La ville de Beauvais opposée au démantèlement de la région Picardie

Micro-trottoir à propos de la réforme des collectivités territoriales : les habitants de Beauvais réagissent très vivement aux rumeurs de démantèlement de la région Picardie dans le cadre des vingt propositions du comité Balladur. Caroline Cayeux, maire UMP de Beauvais, se déclare défavorable au rattachement de l'Oise à l'Île-de-France.

05 mar 2009
02m 19s
Fiche (00201)

Il est cependant difficile de cerner et de donner avec assurance un contenu à une identité picarde au prisme du politique. Elle peut néanmoins être ressentie à travers l'existence d'un esprit historiquement frondeur, un rapport particulier à l'Etat et une tradition de luttes sociales.

Le monde paysan bouge

Le monde paysan bouge

En marge d'une réunion qui réunit 30 000 paysans à Amiens, de violents affrontements opposent les manifestants aux forces de l'ordre.

17 fév 1960
51s
Fiche (00200)
 Le conflit social chez Continental Clairoix

Le conflit social chez Continental Clairoix

Reportage consacré au conflit social de l'usine de pneumatiques Continental de Clairoix dans l'Oise, promise à la fermeture en 2010. Xavier Mathieu de la CGT annonce aux salariés une prime de départ en plus de leurs indemnités de licenciements. Les salariés interrogés sont satisfaits de cet accord. Il a fallu plusieurs manifestations, des actions en justice, mais leur détermination et leur unité ont permis le compromis. Les salariés de Goodyear à Amiens nord, se retrouvent dans la même situation que les Conti. Virgilio Mota da Silva, délégué syndical SUD Goodyear, espère obtenir les mêmes conditions de départ que leurs camarades de Clairoix.

31 mai 2009
02m 01s
Fiche (00203)

Conclusion

La Picardie apparaît finalement comme une construction originale. Région composite et pouvoir périphérique, elle s'est affirmée comme une collectivité territoriale puissante investie par les élites locales, un espace de gouvernance lié à l'Etat et un espace de revendications face à l'Etat. Le Conseil régional apparaît ainsi comme un acteur spatial et politique de premier plan. Contrairement à d'autres régions à l'identité forte, comme la Bretagne, l'identité picarde, plus discutée, a fini par exister aux yeux de ses habitants, qui revendiquent, pour la plupart et de manière accrue, un sentiment d'appartenance.

Bibliographie

  • BERNET Jacques, BESSE Jean-Pierre, L'Oise, deux siècles d'histoire, Amiens, Encrage, 1998.
  • CAHON Julien, « Max Lejeune, du socialisme réformiste au centrisme réformateur », dans Histoire@politique, n°14, mai-août 2011 : http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=14&rub=autres-articles&item=60
  • CAHON Julien, Les gauches dans la Somme, 1924-1978, Amiens, Encrage, 2014.
  • COUTANT Stéphane, L'Université de Picardie, 1960-1971, Amiens, Encrage, 2009.
  • FRAMERY Damien, « La Picardie », dans GIBLIN Béatrice (ss.dir.), Nouvelle géopolitique des régions françaises, Paris, Fayard, 2005.
  • FRAMERY Damien, « Les inondations de la Somme en 2001 : enjeux de pouvoirs dans un contexte de décentralisation », dans Hérodote, n°110, 3/2003 : http://www.cairn.info/revue-herodote-2003-3-page-29.htm
  • SELLIER Michèle et Jean, Guide politique de Picardie. Aisne, Oise, Somme, Paris, Editions Thema, 1973.
  • SELLIER Jean, « La Picardie », dans LACOSTE Yves (ss.dir.), Géopolitique des régions françaises, tome 1, Paris, Fayard, 1986.
  • TROGNEUX Alain, Dictionnaire des élus de Picardie, 3 tomes : Somme, Oise, Aisne, Amiens, Encrage, 2005-2007-2010.
  • TROGNEUX Alain, Amiens, années 1960 : naissance d'une capitale régionale, Amiens, Encrage, 2000.