Charles de gaulle - paroles publiques - Accueil

30 ans de paroles publiques de Charles de Gaulle

À la une

Réponse au Maréchal Pétain après la déclaration d'Armistice du 25 juin 1940

25 juin 1940
05m 10s
Fiche (00302)

Le général de Gaulle commence par indiquer que "l'infériorité militaire" de la France avancée par le maréchal Pétain comme première raison de la défaite tenait à "un système militaire mauvais" fondé sur "une armée défensive" et privée de "force mécanique". De Gaulle souligne ensuite l'écrasante responsabilité de Pétain : "Vous, qui avez présidé à notre organisation militaire après la guerre de 14-18, vous, qui fûtes généralissime jusqu'en 1932, vous, qui fûtes ministre de la Guerre en 1935, vous, qui étiez la plus haute personnalité militaire de notre pays, avez-vous jamais soutenu, demandé, exigé la réforme indispensable de ce système mauvais ?". Il reproche ensuite au Maréchal de s'être laissé berner par l'ennemi en croyant que l'armistice serait "honorable". Or, l'accord signé est "déshonorant" car il livre "les deux tiers du territoire [. . .] à l'occupation de l'ennemi, et de quel ennemi !", et car il entérine la démobilisation de l'armée tout entière. Enfin, le général de Gaulle réfute absolument le projet pétainiste pour le relèvement d'une France "livrée", "liée" et "asservie". Aux yeux du Général, le relèvement du pays n'aura lieu que "dans la liberté" et "dans la victoire". En quelques mots, l'opposition irréductible entre les deux démarches est ainsi affirmée. Notons par ailleurs que le discours publié dans le tome 1 des "Discours et Messages" diffère assez sensiblement de celui qui fut effectivement radiodiffusé. La version publiée détaille davantage les raisons pour lesquelles l'armistice est "déshonorant" aux yeux de l'homme du 18 Juin. Elle présente ensuite une interpellation passée à la postérité bien que non prononcée par le Général au micro britannique : "Ah ! pour obtenir et pour accepter un pareil acte d'asservissement, on n'avait pas besoin de vous, Monsieur le Maréchal, on n'avait pas besoin du vainqueur de Verdun ; n'importe qui aurait suffi". Enfin, elle est relativement plus prolixe sur les voies et moyens du futur relèvement français "dans la liberté" et "dans la victoire".