Les châteaux du Morbihan

29 juin 1988
3m 48s
Réf. 00428

Notice

Résumé :

Le Morbihan regorge de richesses, notamment les châteaux de Josselin et de Suscinio. Josselin appartient à la famille de Rohan. Suscinio, château fort du XIIIe siècle, est quant à lui la propriété du Conseil Général qui le restaure depuis 1965.

Type de média :
Date de diffusion :
29 juin 1988
Source :
Personnalité(s) :

Contexte

Le château de Suscinio est situé sur la commune de Sarzeau, dans le Morbihan, sur la presqu'île de Rhuys. Il est classé monument historique depuis 1840 et appartient au département du Morbihan depuis 1965. Construit en bordure de l'océan (la mer alimentait les douves à marée haute), il surplombe des marais. le nom de "Suscinio", mélange d'un préfixe roman et d'un radical celtique, peut d'ailleurs se traduire par "sur les marais".

La première mention du château date de 1218. Il était à cette époque un manoir, transformé à partir de 1380 en grande demeure par les ducs Dreux-Montfort, Jean IV puis Jean V, sortis vainqueurs de la guerre de Succession de Bretagne (années 1350), qui veulent imposer leur légitimité. La forêt qui entoure le château, aujourd'hui disparue, fait de la forteresse de Suscinio une retraite de chasse prisée, et l'une des résidences favorites des ducs de Bretagne jusqu'au XVe siècle, avant d'être délaissée au profit du château de Nantes. L'édifice appartient ensuite successivement à plusieurs grandes familles liées à la Couronne de France, mais personne n'y réside. En 1798, il est vendu à un particulier qui l'exploite comme carrière de pierres. Il est racheté en 1852 par des descendants d'un ancien capitaine du château, dont les héritiers le vendent en 1965 au département du Morbihan.

À cette date, l'édifice est à l'état de ruines. Une consolidation de l'ensemble est donc lancée, et prend de l'ampleur en 1968 avec la deuxième loi-programme de rénovation des monuments historiques. En 1977, le Conseil Général prend la décision de réaménager le corps de logis-Est pour y créer un musée. Ainsi, les plafonds sont rétablis, un système de chauffage est mis en place, et les toitures sont rénovées (le mode des terrasses est adopté, afin de laisser au château son aspect extérieur de ruine). En 1981, le Festival de Suscinio est créé : l'été, l'édifice accueille des spectacles de nuit, du théâtre, de la danse, de la poésie et de la musique. Les travaux d'aménagement du logis prennent fin en 1984, et l'on présente au public ce qui constitue le fonds initial du musée : les plus beaux éléments du pavement d'une chapelle "hors-les-murs" datant des XIIIe et XIVe siècles, découverte lors des fouilles de 1975. Le musée ainsi créé a pour vocation initiale d'évoquer l'histoire de la Bretagne, et celle du Morbihan en particulier, depuis le Moyen-Âge. À partir de 1986, les premiers achats de collections sont lancés, et le musée bénéficie également de dons de particuliers, et dispose d'oeuvres confiées en dépôt par l'Etat, la ville de Vannes... Il est contrôlé par le Direction des Musées de France depuis 1990. En 1992, alors que la collection compte plus de 300 numéros, la décision est prise de rénover également le logis-Ouest, afin d'étendre le musée. Le Château de Suscinio fait partie aujourd'hui des monuments les plus visités en Bretagne.

Le château de Josselin, du nom de la commune, est quant à lui situé près de Ploërmel. Il est la demeure des ducs de Rohan depuis la fin du XIVe siècle, qui ont fait de l'édifice (un château existe depuis la fin du XIe siècle) une citadelle comprenant huit tours et un donjon, puis un logis de plaisance à la Renaissance. Démantelé et privé de cinq tours en 1629 sur ordre de Richelieu, il est utilisé au XVIIIe siècle comme entrepôt et prison, puis il est racheté et restauré par le duc de Rohan en 1822. Il appartient toujours à cette famille, actuellement au quatorzième duc de Rohan, Josselin de Rohan, qui en fait visiter une partie.

Bibliographie :

Suscinio, édité par le Conseil Général du Morbihan, Vannes, 1992.

Patrick André, Suscinio, Éditions Jean-Paul Gisserot, 2002.

Marine Guida

Transcription

Journaliste
Aussi vénérable que l'abbaye de Bon Repos, le château de Suscinio, près de Vannes, a connu du XIIIe au XVe siècle une fortune singulière. Mais avec la fin du Moyen-Age commence une ère de déclin. Laissé à l'abandon, le château sera finalement transformé au XIXe siècle en carrière de pierre. Situation scandaleuse, à laquelle mettra fin à partir de 1965 le conseil général du département.
Raymond Marcellin
Comme pendant tout le XIXe siècle le château de Suscinio avait servi de carrière, c'est-à-dire qu'avec les pierres, on faisait d'autres constructions. Ben il était dans un état lamentable en 1965.
Journaliste
Et vous n'avez pas hésité à le sauver alors ?
Raymond Marcellin
Absolument, absolument. Nous l'avons acheté, le Conseil Général du Morbihan - sur ma proposition car je suis le Conseiller Général de ce canton là - l'a acheté parce que c'était le château des Ducs de Bretagne. Et un très beau château très rare, car il se trouve le long de l'océan. Un château fort du XIIIe siècle le long de l'océan, c'est une beauté merveilleuse.
Journaliste
Mais il ne fallait pas trop en faire.
Raymond Marcellin
Non, il ne faut pas trop en faire. Il ne faut pas trop en faire car il ne faut pas aboutir à faire un décor de cinéma, ce serait ridicule. Donc entre la vieille ruine du Moyen-Age et le décor que l'on pourrait faire qui ne serait qu'un simple décor, il faut s'arrêter au bon moment, de façon à ce que on évoque vraiment la période où il a été construit et la période de sa gloire. C'est cela qui est important.
Journaliste
Et que comptez-vous faire de ce château une fois restauré ?
Raymond Marcellin
Un musée de l'histoire de la Bretagne et actuellement nous sommes en train de rassembler toutes les collections pour que ce musée soit un des musées les plus intéressants de toute la région.
Journaliste
Vous avez combien de visiteurs ?
Jean-Marc Michaud
Nous avons 80000 visiteurs par an.
Journaliste
Ce qui est énorme pour un château où il n'y a pas grand-chose à voir.
Jean-Marc Michaud
Ah je vous arrête. Nous avons des choses intéressantes à présenter. Le pavement du XIVe siècle qui est présenté au premier étage.
Journaliste
Et qui a été découvert dans le château ?
Jean-Marc Michaud
Il a été découvert à proximité en 1973, en bordure de la douve, sur le site d'une ancienne chapelle.
Journaliste
Et en dehors de ce pavage, vous avez des tableaux, des objets ?
Jean-Marc Michaud
Alors nous avons fait l'acquisition depuis un an et demi environ d'objets significatifs pour l'histoire de la Bretagne.
Journaliste
Parce que vous voulez faire un musée sur l'histoire de la Bretagne ?
Jean-Marc Michaud
Ah oui, absolument nous allons faire le musée sur l'histoire de la Bretagne ici au château de Suscinio et nous allons présenter des documents historiques qui sont des tableaux, vous l'avez évoqué, il y a également des, des pièces d'orfèvrerie, des maquettes de bateau, des gravures.
Journaliste
Donc vous ferez concurrence en quelque sorte aux musées qui existent à Rennes ou à Nantes ?
Jean-Marc Michaud
Ah ce n'est pas une concurrence, c'est au contraire un complément puisque le Morbihan en effet, manquait d'un grand musée sur l'histoire de la Bretagne et ce seront des musées différents. Chacun aura son âme. Ici nous avons un château, un monument qui, qui a une forte personnalité et nous jouons cette carte.
(Silence)
Journaliste
Tous les châteaux ne peuvent pas être pris en charge par les collectivités locales. Aussi, faut-il se féliciter que certains d'entre eux restent à des particuliers et soient entretenus par eux. C'est le cas de Josselin, situé à courte distance de Ploërmel. Une seule famille a gardé ce farouche donjon depuis sa création, les Rohan, qui tantôt l'entretinrent avec amour, tantôt le délaissèrent. Aujourd'hui, l'héritier des lieux s'efforce de trouver une solution moderne à la gestion d'un aussi lourd domaine.