Raymond HAINS, Etude aux allures

01 janvier 1960
05m 26s
Réf. 00805

Notice

Résumé :

L'étude aux Allures concrétise deux expériences parallèles, l'une sonore, l'autre visuelle à travers l'exploration d'un phénomène équivalent : « l'allure ». L'allure, c'est l'oscillation qui résulte de l'entretien d'un son, le rythme interne de sa structure sonore, ce qui le fait vivre et changer depuis son émission jusqu'à son extinction. Dans cette étude, le peintre Raymond HAINS tente une transposition visuelle de cette loi acoustique en filmant ses œuvres à travers des lentilles cannelées directement fixées sur la caméra créant des effets de vibration optique qui viennent animer les formes et les couleurs et produire un rythme colorés à partir de la permanence d'objets visuels. Utilisant la musique comme canevas de montage, le peintre rend perceptible le langage secret qui s'établit de lui-même entre les événements son et image.

Type de média :
Date de diffusion :
01 janvier 1960
Thèmes :

Éclairage

Ce film s'inscrit également dans la série d'essais audiovisuels qui présente un nouveau type de relation où l'on inverse la proposition en réalisant un film à partir d'une musique préexistante, transposant ainsi dans l'activité de la musique de film la théorie de « l'inversion du sens de composition » propre à la musique concrète. Diamorphose de Iannis XENAKIS devient ainsi le modèle sur lequel vient se greffer le film Fer chaud de Jacques BRISSOT tout comme l'Etude aux allures de Pierre SCHAEFFER se trouve ici mise en images par Raymond HAINS.

« Le plus remarquable, c'est l'aisance, précisément, d'un contrepoint qui pouvait se dérouler fort librement, dès que la structure des images et des sons était en parenté. Aucun besoin d'ajuster numériquement battements ou mouvements. C'est l'esprit qui comptait, et non la lettre [...] » Pierre SCHAEFFER dans Le contrepoint du son et de l'image.

Canal de diffusion : 1ère chaine

Société de programme : RTF

Fonds : Service de la recherche de l'ORTF