Denis DUFOUR (entretien)

1998
01m 13s
Réf. 00061

Notice

Résumé :

Interview extraite du CD-ROM "La Musique électroacoustique" Ed. Hyptique (2000)

Type de média :
Date de diffusion :
2000
Date d'événement :
1998
Personnalité(s) :

Éclairage

Il naît à Lyon en 1953. Après des études musicales au CNR de Lyon (1972/74), il entre au CNSM de Paris dans les classes d'Ivo Malec, Guy Reibel, Pierre Schaeffer, Michel Philippot pour la composition et Claude Ballif pour l'analyse (1974/79).

Membre de l'Ina-GRM de 1976 à 2000, il est fondateur et membre (1977-1987) du Trio GRM-Plus/Ensemble TM+. Professeur de composition aux conservatoires de Lyon (1980-1995), puis de Perpignan, il est également cofondateur et directeur du festival international d'art acousmatique et des arts de support Futura (1993) et directeur artistique du label discographique Motus (1997). Il organise de nombreux concerts avec son acousmonium, dispositif de projection du son pour l'interprétation des musiques acousmatiques.

Compositeur depuis 1976 (plus de 100 opus à ce jour), il est l'auteur de nombreuses œuvres instrumentales (orchestrales, de chambre, vocales), électroacoustiques et acousmatiques.

Transcription

Denis Dufour
La musique acousmatique me permet d'intégrer de façon très large et très libre l'ensemble des données sonores, émotionnelles, psychologiques, tout un ensemble de sons issus du réel, du quotidien. Par ce biais-là, je peux aussi donner la parole, on pourrait dire, à des sons et des personnes et des objets en général que la musique ne pouvait pas évidemment représenter aussi facilement. Alors je ne veux pas dire par là que je fais une musique documentaire, une musique qu'on pourrait qualifier de radiophonique dans le sens que ça serait comme un reportage. Non, si j'utilise tous les sons à caractère dit anecdotique ou réaliste ou évocateur, c'est toujours pour leur morphologie, pour leur angle abstrait. Et j'aime beaucoup superposer à cette abstraction de construction justement du sens direct. Alors, c'est une chose évidemment que je ne trouve pas dans la musique instrumentale. Donc je sépare assez dans ma technique d'écriture ces deux façons de créer des oeuvres musicales.