Bernard PARMEGIANI, De natura sonorum

1974
02m 15s
Réf. 00024

Notice

Résumé :

"Avec De Natura Sonorum, une nouvelle période dans ma création est abordée, où, succédant à la recherche d'une problématique reliant le matériau sonore à la forme de son évolution, c'est à l'écriture des sons que je m'attache, ces sons dont l'encre, pourrait on dire, est extraite de toutes matières que je tente de conjuguer, de confronter afin d'en observer la nature."

Type de média :
Date de diffusion :
1974
Personnalité(s) :

Éclairage

Durée totale : 53'02

"Avec De Natura Sonorum, une nouvelle période dans ma création est abordée, où, succédant à la recherche d'une problématique reliant le matériau sonore à la forme de son évolution, c'est à l'écriture des sons que je m'attache, ces sons dont l'encre, pourrait on dire, est extraite de toutes matières que je tente de conjuguer, de confronter afin d'en observer la nature."

Ainsi une opposition dialectique s'établit à travers ces confrontations entre un son vivant et naturel, non capté mais demeuré épars dans la nature, et un son artificiel, notion qui, selon Christian Rosset, contient "le goût d'un naturel amélioré".

C'est à travers une métamorphose continue que cette musique, se voulant "la plus générale qui soit", creuse son lit, par inductions successives du naturel à l'artificiel. A travers le passage constant d'un état à l'autre, l'écoute devient elle alors révélatrice d'une quelconque nature du son ?" (Bernard Parmegiani, 1975)

Dans Ondes croisées, les vibrations audibles de pizz interfèrent avec les ondes que l'on devine "visibles" de gouttes d'eau sur une surface de même matière.