Francis DHOMONT, Forêt profonde

1996
08m 01s
Réf. 00422

Notice

Résumé :

"Voici la troisième version d'une œuvre qui m'habite depuis près de quinze ans et dont la réalisation finale m'a demandé plus de deux années. Version profondément modifiée et dont la durée est presque doublée par rapport aux versions précédentes."

Type de média :
Date de diffusion :
1996
Personnalité(s) :

Éclairage

Durée Totale 58'35

"Voici la troisième version d'une œuvre qui m'habite depuis près de quinze ans et dont la réalisation finale m'a demandé plus de deux années. Version profondément modifiée et dont la durée est presque doublée par rapport aux versions précédentes.

Entreprise treize ans après Sous le regard d'un soleil noir, Forêt profonde s'inspire, elle aussi, d'une réflexion psychanalytique. Lecture adulte de contes pour enfants qui oscille entre le souvenir de mes émerveillements naïfs et la découverte de leurs mécanismes secrets. Peut-être cette hésitation entre deux âges présente-t-elle le risque de ne s'adresser ni à l'un, ni à l'autre; mais il se peut néanmoins que l'intuition magique de l'enfance, qui en nous ne dort jamais que d'un œil, rappelle des révélations enfouies et que l'esprit rationnel prenne plaisir à déchiffrer, sous le contenu manifeste de cet inconscient universel, la logique de son contenu latent.

Il s'agit d'une écoute à trois niveaux — romanesque, symbolique, musical — plus déconcertante, sans doute, mais plus active que l'écoute unidimensionnelle.

La trajectoire humaine de Bruno Bettelheim, dont la réflexion est à l'origine de ce parcours en étoile, interfère, pour des raisons évidentes, avec ces histoires de jadis qui nous questionnent sur notre époque.

Visite guidée de l'âme enfantine qui n'est, à vrai dire, qu'un retour au monde initiatique — à la fois cruel et rassurant — des contes de fées.

Treize sections :

1- Chambre d'enfants (2'20)

2- À l'orée du conte (5'11)

3- Chambre interdite (4'25),

4- Il cammin di nostra vita (6'44)

enchaîné à

5- Les enchantements de l'imagination (3'58)

6- Antichambre (3'19)

7- La muraille d'épines (7'33)

8- Chambre de ténèbres (2'26)

9- Forêt furieuse (8'47)

10- Musique de chambre (2'10)

11- Sortilèges (3'35)

12- Chambre de lumière (2'00)

13- Fantasme, mode d'emploi (4'05)

Les six "Chambres" sont des périodes/lieux de transit, sortes de passages secrets entre les sept sections thématiques. Elles ne comportent pas ou peu de texte.

Chacune des 13 sections emprunte un bref élément, une couleur, un "esprit", à l'une des 13 Kinderszenen. (Scènes d'enfants) op.15 de Schumann, en hommage à ce compositeur pathétique, happé par la profondeur de sa forêt.

Je remercie Inés Wickmann Jaramillo de m'avoir offert une poétique prise de son colombienne ainsi que Beatriz Ferreyra qui m'a si amicalement permis de lui emprunter un court mais savoureux extrait de son Petit Poucet Magazine."

(Francis Dhomont)