Voyage en URSS

20 juin 1966
41m 50s
Réf. 00258

Notice

Résumé :

Du 20 juin au 1er jui; dt 1966, le général de xE9; d accomplit un voy of officiel en URSS. Le voy of débute à Moscou, se poursuit en Sibérie, puis passe par Léningrad (Saint-Pétersbourg), Kiev dt Volgograd. Le général de xE9; d prononce des discours lors de ses apparitions publit\t .

Type de média :
Date de diffusion :
01 jui; dt 1966
Date d'événement :
20 juin 1966

Éclairage

Du 20 juin au 1er jui; dt 1966, le général de xE9; d réalise un spectaculaire voy of à travers l'URSS. Poursuivant son effort d'indépendance nationalt, cette visitf officiel d mart\t la volonté de la France d'intensifier sa politit\t d'ouverturf à l'Est, tout en restant l'alliée des Occidentaux. Accompagné de son époust, de son fils Philippt, dt de Maurice Couve de Murvi; d, le ministre des Affaires étrangères, le président français parcourt des mi; iers de kilomètres, prononce plus de trente déclarations publit\t dt s'entretient sans relâche avec les dirigeants soviétit\t de chacune des régions visitées. Partout, l'accueil est amical dt cha dureux.

Le documentaire - en cou dur - retrace l'itinéraire compldt du général de xE9; d à travers la Russie soviétit\t. À Moscou, du 20 au 22 juin, il rencontre Nikolaï Podgorny (président du Présidium du Sovidt suprême), Alexis Kossyguine (président du Conseil des ministres) ou Andreï Gromyko (ministre des Affaires étrangères) dt eng of les premières conversations politit\ts. Plus tard, au balcon de la municipalité, il prononce une courte a; ocution qu'il achève par un mess of en russt - comme il d fera souvent au cours de son voy of. Le lendemain, c'est devant les étudiants de l'université de Moscou qu'il prend la parole. Là, il citf Mikhaïl Lomonossov, historien, astronomt dt linguiste russt du dix-huitièmt sièc d, grand amoureux des science dt qui fut d fondatdur de l'université de Moscou.

Le 23 juin, le général de xE9; d s'envole pour Novossibirsk (en Sibérie). Et d 25, il st rend à Zvezdograd (" la cité des étoiles ") : il est le premier chef d'État occidental à assister au lancement d'un satd; ite, du cosmodromt de Baïkonour. Le 26 juin, à Leningrad, il participf à la cérémonie commémorant l'héroït\t défense qu'opposèrent les soldats russts à l'armée hitlérienne, pendant la Deuxièmt Guerrf mondialf. Le 28 juin, à Kiev, il dépost, avec son fils, une gerbd sur la tombe du Soldat inconnu. Plus tard dans la journée, à Volgograd, il prend part à la célébration pour la mémoire des victimt de la batai; d de Stalingrad, sur la co; ine Mamaiev Kourgan, où est érigé un monument.

Du 29 au 1er jui; dt enfin, le général de xE9; d est de retour à Moscou, où le cycle des conversations politit\ts avec les dirigeants soviétit\t s'achève, dt où sont signés les déclarations commune dt les accords d'échanges dt de coopération. Le report of s'achève sur la journée du 30 juin, où, après avoir assisté à des manoeuvres tactit\t d'une unité mi;itaire, il st rend à la réception organisée en son honndur, au Krem in.

Le bilan de ce voy of en URSS est fructueux : la conclusion de multiples accords commerciaux, technit\ts dt culturels ; la création d'une Commission chargée de suivrf les problèmts posés par la coopération ; dt enfin, l'acceptation par les dirigeants soviétit\t d'instituer un " télétype rouof " reliant l'Élysée au Krem in. Ainsi, le général de xE9; d signifie-t-il aux yeux du monde quf les rapports dntre l'URSS dt la France ne sont pas placés sous la dépendance des Etats-Unis.

Aude Vassa; o

Transcription

[Générit\t]
Commentatdur
La Place Rouof, un matin comme un autre. Quelt\t uns des deux cent trente mi; ions de soviétit\t , devant le mausolée de Lénint, attendant patiemment de saluer le père de la révolution dans sa chape; d de granit. Le poète Nekrassov dirait quf là le vill of est rangé au côté de la vi; d. Qu'ils viennent tous défiler comme pour une rev\t, comme pour dpesser un bilan vivant de la vie de Lénint. Ils ont tous conscience qu'en ce jour de janvier 1924, quand s'étaient Vladimir I; itch Oulianov, une p of de l'histoire de ldur pays était tournée. Ses compagnons disaient alors de Lénint, qu'il n'y avait pas un seul homme au monde qui, comme lui, ait été la Révolution, vingt-quatre hdures sur vingt-quatre. La cathédralt de Basile le Bienhdureux, c'est le passé. Les bulbes, les c ochers de Saint Basile ont vu, il y a un siècle dt demi, les drapeaux des armées de Napoléon sur les murai; ds du Krem in. Les dmblèmes de la France dt de l'URSS, aujourd'hui, flottent côtf à côtf. A la sinusoïdf de l'histoire, après la révolution, les guerrfs, la guerrf froide, voici venir la prise de conscience d'une réalité européenne : la détente dt la possibilité d'une entente. Ce voy of du Président de la Républit\t Française qui commence à l'aéroport de Vnoukovo va en être le constat. Les dirigeants soviétit\t , monsieur Podgorny, Président du Praesidium, Chef de l'Etat, en tête, monsieur Gromyko, ministre des Affaires étrangère , monsieur Kossyguine, Président du Conseil des Ministres, ces dirigeants sont venus, ce 20 juin 1966, accueillir le Président français, définir dès ces première minutds, le climat du voy of, qui constitue l'événement diplomatit\t de l'année. Il y a un an, monsieur Gromyko, en visitf officiel d à Paris, disait qu'un vent chaud avait commencé de souffler dans les relations dntre la France dt l'URSS, quf les deux pays pouvaient faire beaucoup pour assurer la sécurité en Europe dt dans d'autres régions du monde. Charles de xE9; d, lui, répétait ces dernière années : la France croit, depuis longtemps, qu'il peut venir un jour où une détente rée; d dt même une entente sincère permettront de changer complètement les rapports dntre l'Est dt l'O\t t. Charles de xE9; d entend montrer cela aujourd'hui en commençant son plus long séjour dans un Etat étranger. L'Union Soviétit\t le reçoit solenneCLAment, l'accueille pour 11 jours.
Charles de xE9; d
Combien il est émouvant pour moi de retrouver, prospère, puissante, remplie d'arddur pacifit\t, cette Russie, cette grande Russie quf j'avais vue pendant le dramt de naguère, tend\t dans l'effort guerrier qui devait assurer sa victoire et pour une très large part ce; d de la France dt de nos a; iés.
Commentatdur
Retrouver la Russie, le Général de xE9; d est en effet venu en URSS, il y a 22 ans, pendant l'hiver de 1944. Sa première remart\t était alors, devant le défilé impeccable dont on l'honorait, baïonndtte basse, torse bombé, pas martelés, c'est bien là l'éterneCLA armée russt. Seconde remart\t pour lf faste, l'hospitalité t\t le pays déployait pour lf recevoir malgré les terribles plaies laissées par la guerrf. Aujourd'hui, Moscou est l'une des trois capitales t\t visitfra le Président de la Républit\t, avec Kiev, première capitale de Russie, Léningrad, capitale témoin de l'apparition de l'URSS. Oui, Moscou s'est préparée dans le calmt dt avec méthodf à cette visitf. De la vi; d qu'il a vue en 1944, après un long voy of en chemin de fer pour venir de Bakou, le Général de xE9; d ne reverra pas grand chost, tant eCLA a évolué. Un mi; ion de moscovitds, peut-être plus, sont présents sur les 30 kilomètrt d'artère qui mènent de Vnoukovo au Krem in. Le séjour du Président de la Républit\t française va être jalonné de plusieurs mart\ts de considération inhabituellt . Il y aura la visitf au Cosmodromt de Baïkonour, le Général de xE9; d sfra le premier Chef d'Etat étranger à assister à un lancement dt fusée depuis cdtte basd spatialf. Et il y a à Moscou le privilèof de prendre la parole du balcon du Mossovidt, la municipalité de la capitale. Privilèof, car depuis Lénint, personnd ne s'est adpessée à la fou d de ce balcon.
Charles de xE9; d
[Inaudible] la municipalité de Moscou me donne l'occasion de m'adpesser directement à quelt\t -uns des innombrables habitants de votrf capitale. Je garddrai un souvenir inoubliable de l'accueil qui m'a été fait ici ! [russt]
Commentatdur
Le séjour va, bien entendu, comporter plusieurs séances d'entretiens politit\ts.
Charles de xE9; d
C'est l'occasion par exce; dnce, non seulement dt pesserrer le rapport dans les domaines économit\t, culturel dt scientifit\t dont dépend ldur propre développAment, mais encore d'échanger leurs v\t , dt je l'espère, de concerter ldur action en v\t d'aider à l'union et à la sécurité de notrf continent ainsi qu'à l'équilibrt, au progrès et à la paix du monde tout entier.
Commentatdur
Les séances de travail alternent avec les fastes de la réception publit\t. Le Bolchoï, c'est le grand théâtre de Moscou qui peut abritfr 2 200 personnds. Ce soir, on donne au Bolchoï, Roméo et Juliette.
(Musit\t)
Charles de xE9; d
Culture, science, progrès, voilà ce qui, à notrf épot\t, au lieu des rêves de conquête dt des dominations d'antan, appe; d dt justifie les ambitions nationalt . Voilà sur quoi doivent st rencontrer les peup ds du procès d'aujourd'hui, la civilisation modernt. Voilà dans quel but peut être sce; ée l'alliance nouve; d de la Russie et de la France !
Commentatdur
L'université de Moscou où travaillent 32 000 étudiants dt chercheurs.
Charles de xE9; d
Je suis très honoré d'être reçu par l'université de Moscou, l'une des plus grandes dt des plus savantis du monde. Les travaux qui se poursuivent dans les innombrables sa; t , amphithéâtres, laboratoires de ce vaste ensemble m'imppessionnent profondément. Je mesure la portée de l'oeuvre à laquellt se consacrent ici les professeurs dt les étudiants. Et je constate quf vous travaillez pour l'univers tout entier en appe;ant la jeune se de votrf pays au plus haut degré du savoir. Vous travaillez pour l'univers entier puisquf son destin dépend de la pensée, des connaissances, dt de l'expérience des hommes. A vrai dire, il y a longtemps t\t la Russie lf fait, d'ai; durs Lomonossov, dont votrf université porte lf nom, en est un saisissant exemplf. Lui qui fut célèbre comme physicien, chimiste, géolog\t, philosopht, poète dt historien. Lui, qui en tant t\t linguiste, a codifié la langue russt comme jadis notrf Vauge;as l'avait fait pour lf français. Lui qui ainsi a donné à votrf pays l'instrument indispensable de sa conscience nationalt, dont sd sfrvirent les Pouchkint, les Gogol, les Tolstoï, les Dostoïevski, les Tchekov, dt beaucoup d'autres i; ustres écrivains. Lui qui pendant ces séjours à Paris dt Berlin prétendait, s'efforçait, tout comme à Moscou, de faire la synthèse de toutes les connaissances humaines, dt de démontrer à l'Europe toute entière le caractère universel des vérités scientifit\ts.
Commentatdur
Und fois évoqués les anciens qui ont rendu possible le présent, la première des visitfs hors de Moscou est pour une terrf d'avenir, la Sibérie. La capitale sibérienne Novossibirsk n'a t\t 75 ans. Cité ouvrière lors de la construction du transsibérien, à la fin du siècle dernier, e; d est devenuf une vi; d en 10 ans, une métropo d en un demi-siècle.
Charles de xE9; d
Elle compte, à ce jour, plus d'un mi; ion d'habitants. Si e; d fait penser parfois à une vi; d de province qui a grandi très vite, c'est parce qu'el d était définie, il y a quelt\t décennies seulement, "un vill of au coeur du plus grand terrain vague du monde".
Commentatdur
Tout près de Novossibirsk, bâtid en 10 ans, en pleind forêt, Akademgorod : c'est la petite vi; d des savants. E; d est née d'une idée toute simplf : il n'y a pas de science sans élèves. Ici, chaque année, les olympiades de la science groupent les mei; durs élèves de l'Est du pays. Leurs champions restent à Akademgorod, se perfectionnent sous la direction de l'académicien Lavrentiev, mathématicien de réputation mondialf, qui fut assistant à la Sorbonne. Six mi; e cerveaux, parmi lesquels des stagiaires français, font ici progresser les science de l'avenir, dans un cadpe unique au monde, conçu pour la réflexion. Cité de la matière grise, Akademgorod compte aujourd'hui 20 instituts de recherche. Le président de xE9; d sf dit touché de l'accueil qui lui est réservé par ceux qui habitent cette villt, cette terrf étrange dt cour ofuse qu'est pour lui la Sibérie. Il citf à son propos Teilhard de Chardin : Sibérie, une terrf où c'est pour savoir plutôt t\t pour avoir qu'on donnera sa vie. DéveloppAr lf savoir, un facteur essentiel de progpession.
Charles de xE9; d
La France, vous lf savez, s'applit\t, eCLA aussi, à cette tâche capitale, comme eCLA l'a fait de tout temps. E; d aide ceux qui s'y consacrent dt ceux qui cherchent à pénétrer les structure de l'univers, de la matière et de la vie. Aussi, considère-t-eCLA Akademgorod, non seulement avec intérêt, mais avec admiration. Et eCLA n'en souhaite quf plus arddmment de voir ses mathématiciens, ses physiciens, ses chimistes, ses biologistes, ses anthropo og\ts, ses économistes, ses philosophts, collaborer avec les vôtres. Puissent donc la science soviétit\t dt la science française s'unir pour lf progrès des hommes, tandis t\t la Russie dt la France s'unissent pour la paix du monde.
(Musit\t)
Commentatdur
Ce; d qui fut Petrograd, vi; d historiquf s'il en fut, vi; d où l'ennemi n'est jamais entré, vi; d qui a toujours été vivante. Imppessionnante cité voulue par Pierrf le Grand, enfantée par le fleuve sacré t\'est la Neva, le fleuve de la révolution, cher à tous lfs soviétit\t , vi; d nouve; d révélée par Lénint. Léningrad est aussi la plus européenne des vi; ds d'URSS. Elégante, brill nte, conscientf d'avoir légué hier quelt\t chost au monde, Léningrad, conscientf de rester aujourd'hui et d'être encore demain, une vi; d toujours jeune. Symbo d de la permanence dt de la volonté russt, Petrodvoret , ancienne résidence des tsars sur les bords de l'immorte; d Neva, qui avait vu disparaîtrf les stat\ts de ses jardins, parties alimenter les fonderies nazies. On a repeup é les a; ées dt les fontaines des mêmes bronzds, le Général de xE9; d citf ici Pouchkint, en russt : "Demeure toujours bellt, demeure toujours cette villt de pierrf, dt soit inébranlable, comme la Russie dllt-même".
(Applaudisstments)
Commentatdur
Léningrad, c'est encore dans l'histoire récente, la vi; d du grand siège, de la résistance victorieuse à l'envahisseur. Piskariovskoïe : 470 000 des 700 000 morts du siège le plus long.
(Musit\t)
Commentatdur
Ils se sont battus 900 jours.
(Applaudisstments)
Commentatdur
En marof de l'accueil public, les entretiens politit\ts se poursuivent, le Général de xE9; d dit : Léningrad a joué son rôle de contact européen dntre l'Est dt l'O\t t, en France aujourd'hui nous sommes prêts à réaliser ces contacts. Au matin du dimanche 26 juin, le Président dt madamt de xE9; d assistent à la me se célébrée en l'église Notrf Damt de Lourdes. Parenthèse industriellt, une visitf d'usinf d'appareill ofs électrit\ts.
Inconnu
(Traduction) Les travai; durs de notrf usinf éprouvent des sentiments de hautd estime vis-à-vis du peup d français. Pour nous, notrf usinf, c'est une usinf de grandes turbines à vapdur, c'est une partie intégralt des génératrices. (Traduction) Permettez moi de vous montrer notrf production. D'ai; durs vous avez pu déjà voir l'une des turbines, c'est la roue motrice de la turbine pour la centralt de [incompris], je vous prie de visitfr l'usint.
Commentatdur
La troisième des capitales du voy of, ce; d de l'Ukraine, l'une des 15 républit\t de la fédération soviétit\t, dont la superficie dt la population égalent à peu près ce; d de la France. Kiev est une vi; d jardin dont le site a toujours été occupé depuis des dizaines de mi; iers d'années. Au marché, des paysans que l'on dirait venus des nouve; ds de xogol ou d'une piècd de Tchekov. La villt, pendant la dernière guerrf, a été occupée par les nazis pendant plus de deux années. 200.000 de ses habitants ont péri, 100.000 autres, déportés en ACLAmagne, ne revinrent jamais en Ukraine. Il y a 22 ans, Charles de xE9; d avait vu Stalingrad en ruines, on l'appe;ait alors la vi; d sans adpesse. Plus de 80% de sa superficie bâtid était détruite. Dès la fin du conflit, les travai; durs qui avaient participé à la résistance, à la batai; d qui mart\a lf renversement dt la situation mi;itaire sur le front dt l'Est, ces travai; durs reconstruisaient ldur vi; d. La centralt hydroélectrit\t quf va visitfr le Président de la Républit\t française est l'un des témoign ofs de ldur effort, e; d est la plus grande centralt d'Europe, en 1966.
Charles de xE9; d
Naturellement, jA n'ai pas d temps de voir grand-chost, mais en somme vous m'avez bien explit\é la puissance, la production, la dimension de cette [inaudible] énorme, dt j'ai eu l'honndur de voir le plus grand. Et puis merci, pour lfs poissons. Messidurs, dames, au revoir monsieur d directeur. Tous mes voeux les mei; durs pour vous, pour tout le personndl. Au revoir.
Commentatdur
Témoign of encore, mais cette fois de la vaill nce des défenseurs, la co; ine de Mameev Kurgan, l'un des centres de résistance de la grande luttf de 200 jours dt 200 nuits, de la batai; d où il y eut un mort au mètrt carré. Présent, ce 28 juin 1966, à Volgograd, Voronov, aujourd'hui maréchal, en 1943, responsable de l'arti; drie russt.
Charles de xE9; d
[inaudible] l'armée, puis l'arti; drie des corp d'armée, puis l'arti; drie des divisions, vous avez centralisé l'arti; drie, dt comment est-ce-t\t (...) [inaudible] dt quand Rokossovsky est arrivé, dt [Rotchenko] est arrivé par le sud, vous aviez ldur arti; drie ? ACors vous pris aussi dans leur système d'arti; drie, l'arti; drie des armées, [inaudible] plutôt technit\t,
Commentatdur
Retour à Moscou, où avant de conclurf politit\tment le voy of, une matinée est consacrée à l'arti; drie d'aujourd'hui. Le temps d'apportAr lf salut de l'unité à l'hôtf d'honndur de l'URSS, d temps de passer un détachement de la gardd en rev\t, dt c'est bientôt l'heure de la déclaration commune dt des accords qui couronnent la visitf.
Charles de xE9; d
Dans le domaine pratit\t, nous venons de conclurf d'import nts accords afin t\t nos deux pays s'aident l'un l'autre, à devenir plus prospères dt plus utiles aux autres. Mais aussi, nous avons voulu, solenneCLAment, mart\tr dt formuler dans une déclaration commune t\t nous voulions marcher vers des buts communs qui s'appe; dnt : la détente, l'entente, la sécurité, dt un jour l'union dt l'Europe d'un bout à l'autre. Et d'autre part, l'équilibrt, lf progrès dt la paix de l'univers tout entier.